user preferences

Nouvelles du Liban : L’attaque israélienne

category machrek / arabie / irak | impérialisme / guerre | communiqué de presse author Thursday July 27, 2006 21:09author by Al Badil al Chououii al taharruri - (Alternative communiste libertaire) Report this post to the editors

De nouveau le Liban est plongé dans une guerre dont on ne voit pas la fin. Le Hezbollah libanais, mouvement politico-religieux chiite, enlève deux soldats israéliens le 12 juillet 2006 après avoir franchi les frontières dans le sud du Liban et tue quelques huit soldats israéliens...


Les peuples libanais et palestiniens subissent de plein fouet l’agression israélienne avec la bénédiction des puissances occidentales. Alternative libertaire diffuse le texte qui suit, écrit, une semaine après le début des opérations israéliennes contre le Liban, par nos camarades libanais d’Al-Badil al-Chououii al-taharruri (Alternative communiste libertaire), à qui nous apportons toute notre soutien.
Alternative libertaire, le 27 juillet 2006

Nouvelles du Liban : L’attaque israélienne

De nouveau le Liban est plongé dans une guerre dont on ne voit pas la fin. Le Hezbollah libanais, mouvement politico-religieux chiite, enlève deux soldats israéliens le 12 juillet 2006 après avoir franchi les frontières dans le sud du Liban et tue quelques huit soldats israéliens. Il ne fallait pas plus que cela pour que Israël mette en œuvre son plan d’attaque préparé bien à l’avance, exactement comme ce qui s’était produit en 1982 lorsque Israël a envahi le Liban sous prétexte d’une minable tentative d’assassinat contre l’ambassadeur Israël à Londres.

Mais cette fois l’attaque d’Isba est d’une envergure inégalée : c’est du jamais vu au Liban. Pire que l’invasion du Liban puisqu’il s’agit d’attaques aériennes et maritimes partout au Liban. Mais vraiment partout : l’aéroport, les quartiers de la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, les grandes routes qui lient les villes et régions du pays, les ports, les quartiers résidentiels, etc. A vrai dire le but visé est de paralyser complètement le pays et de semer la peur, ce qui ne pouvait se faire sans tuer des civils, maintenant 180, huit jours après le déclenchement de cette guerre. Tout indique que nous ne sommes pas encore au bout du conflit puisque les pays occidentaux contactent les Etats-Unis pour demander aux israéliens ( !) de permettre l’évacuation de leurs ressortissants (des milliers) ce qui ne s’est pas produit avec cette précipitation même lors de la guerre civile de 1975…

Cette attaque doit être vue sous un angle plus global : elle intervient à notre avis dans le cadre du projet américain sur le Grand Moyen-Orient. George W. Bush veut créer une grande zone qui lui serait favorable, englobant pays arabes et Israël, qui mettrait fin, d’une manière ou d’une autre, au conflit du Proche-Orient. L’Iran et la Syrie s’opposent à ce projet, ce qui est en soi une bonne chose, bien entendu. Mais ce qui l’est moins c’est que ces pays qui soutiennent le Hezbollah et qui combattent les projets de Bush et du gouvernement israélien sont des pays franchement réactionnaires et ce sur tous les plans.

D’autre part le Hezbollah (Parti de Dieu !!) est un parti qui, malgré tout ce qu’il a fait pour chasser Israël du sud Liban et malgré le grand nombre de martyrs envoyés accomplir leur devoir religieux, voyage sans escale vers le paradis du miel et des femmes, ne satisfait plus, et depuis de longues années, les attentes des libanais. D’obédience iranienne le « Parti de Dieu » est nettement et obstinément anti-libertés. C’est simple : on ne peut pas vivre dans les quartiers du Hezbollah. Dans les villages où il est prépondérant, il est conseillé de baisser le son de la musique et ne pas mettre les chansons qui font danser le ventre. D’un parti de résistance et de sacrifice, le « Parti de Dieu » est devenu un parti insupportable : femmes obligées plus ou moins de s’habiller en noir foncé, interdiction de la vente d’alcool, soutien complice et indirect aux agissements de la Syrie (corruption, mainmise syrienne sur toutes les institutions libanaises, etc..).

C’est ainsi que le Hezbollah a créé contre lui une forte réaction populaire. Depuis quelques mois les grands chefs politiques libanais se réunissent au Parlement (Réunions pour le dialogue national) afin de trouver une solution aux problèmes cruciaux du pays, dont les armes du Hezbollah. En effet le Hezbollah refuse de laisser ses armes à l’armée libanaise et constitue ainsi un Etat dans l’Etat. Et c’est avec une grande arrogance que le chef du Hezbollah, Hassan Nasralla, lance ses menaces violentes et moyenâgeuses (couper la tête, les bras..) contre ceux qui tenteront de lui prendre les armes. Or il ne fait plus rien contre Israël depuis un certain nombre d’années, sinon réclamer l’identité libanaise des fermes de Chebaa. Le Hezbollah fait peur par son fanatisme mais aussi par la popularité qu’il peut puiser dans certains secteurs de la société libanaise, du fait de la politique de « martyrs pour la patrie » qu’il promeut. Mais sans la Syrie et l’Iran (surtout le financement iranien) il n’y aurait pas de Hezbollah.

Depuis le retrait humiliant de la Syrie du Liban, deux grands courants politiques se sont constitués : celui du 14 mars (date de l’immense manifestation qui a eu lieu suite à l’assassinat de l’ex-premier ministre Rafic Hariri), et celui du 8 mars, les pro-syriens, auxquels s’est joint le courant chrétien du général Aoun depuis qu’on lui a fait miroiter la présidence de la République. Le courant du 14 mars constitue bel et bien à notre avis un mouvement relativement « révolutionnaire » quoique très relatif alors que dans celui du 8 mars nous ne trouvions que les corrupteurs de la tutelle syrienne et les nostalgiques du passé noir du Liban. L’attitude qui fait scandale est celle du Parti communiste libanais. Avec un certain groupe de personnes, dans leur majorité nostalgiques du nassérisme arabe, il a constitué un troisième courant sans odeur ni couleur et très faible. Une scission a vu le jour (Intifada des communistes), de laquelle Al Badil est très proche.

Ainsi donc et encore une fois, la position politique qu’il faut adopter devant ce qui se passe doit être claire, au delà de la dénonciation des attaques israéliennes. Nous disons non au Hezbollah en tant que parti réactionnaire, religieux, pro-iranien ; non au projet de Bush, Blair et Chirac, qui considèrent que ces attaques disproportionnées (destruction du Liban pour récupérer les soldats) sont une autodéfense légitime de la part d’Israël ; non à l’attitude du Conseil de sécurité de l’ONU, timide et ambiguë ; non au gouvernement libanais incapable, faible, contradictoire qui passe son temps à quémander de l’aide, à comptabiliser les pertes, et à regarder du côté des tribunaux internationaux.

Un grand rassemblement d’une nouvelle gauche, qui a commencé à prendre corps avec le courant du 14 mars, est seul capable, à notre avis, de faire avancer les choses. En attendant il faut bien trouver de la nourriture et surtout des médicaments à presque un million de libanais que cette guerre a déplacé. En attendant il faut bien des forces qui puissent intervenir en faveur d’un cessez-le-feu indispensable, qui ne peut être obtenu que suite à des pressions exercées contre ces deux belligérants à qui tout le monde crie maintenant : nous ne vous aimons pas.

Al Badil al Chououii al taharruri

(Alternative communiste libertaire)

Liban, 17 juillet 2006.

author by nestor - Anarkismopublication date Thu Jul 27, 2006 23:39Report this post to the editors

This article in Italian:

Related Link: http://www.anarkismo.net/newswire.php?story_id=3480
author by Chacalón - Anarkismo Editorial Grouppublication date Sun Jul 30, 2006 19:54Report this post to the editors

http://www.anarkismo.net/newswire.php?story_id=3495

author by nestor - Anarkismopublication date Tue Aug 15, 2006 17:44Report this post to the editors

This article in Nederlands:

Related Link: http://www.anarkismo.net/newswire.php?story_id=3573
 
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Employees at the Zarfati Garage in Mishur Adumim vote to strike on July 22, 2014. (Photo courtesy of Ma’an workers union)

Front page

ANARCHISM, ETHICS AND JUSTICE: THE MICHAEL SCHMIDT CASE

Land, law and decades of devastating douchebaggery

Democracia direta já! Barrar as reformas nas ruas e construir o Poder Popular!

Reseña del libro de José Luis Carretero Miramar “Eduardo Barriobero: Las Luchas de un Jabalí” (Queimada Ediciones, 2017)

Análise da crise política do início da queda do governo Temer

Dès maintenant, passons de la défiance à la résistance sociale !

17 maggio, giornata internazionale contro l’omofobia.

Los Mártires de Chicago: historia de un crimen de clase en la tierra de la “democracia y la libertad”

Strike in Cachoeirinha

(Bielorrusia) ¡Libertad inmediata a nuestro compañero Mikola Dziadok!

DAF’ın Referandum Üzerine Birinci Bildirisi:

Cajamarca, Tolima: consulta popular y disputa por el territorio

Statement on the Schmidt Case and Proposed Commission of Inquiry

Aodhan Ó Ríordáin: Playing The Big Man in America

Nós anarquistas saudamos o 8 de março: dia internacional de luta e resistência das mulheres!

Özgürlüğümüz Mücadelemizdedir

IWD 2017: Celebrating a new revolution

Solidarité avec Théo et toutes les victimes des violences policières ! Non à la loi « Sécurité Publique » !

Solidaridad y Defensa de las Comunidades Frente al Avance del Paramilitarismo en el Cauca

A Conservative Threat Offers New Opportunities for Working Class Feminism

De las colectivizaciones al 15M: 80 años de lucha por la autogestión en España

False hope, broken promises: Obama’s belligerent legacy

Primer encuentro feminista Solidaridad – Federación Comunista Libertaria

Devrimci Anarşist Tutsak Umut Fırat Süvarioğulları Açlık Grevinin 39 Gününde

© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]