user preferences

New Events

Amérique du Nord / Mexique

no event posted in the last week
Recent articles by CEG
This author has not submitted any other articles.
Recent Articles about Amérique du Nord / Mexique Environnement

A Green New Deal vs. Revolutionary Ecosocialism Jan 02 19 by Wayne Price

México DF: Con carnaval defienden el maíz contra embates de Monsanto May 28 13 by Carolina S. Romero

Le développement durable, un concept non durable Apr 24 13 by Collectif Anarchiste La Commune (UCL-Montréal)

GNL Québec : Les gains matériels d'une lutte écologiste

category amérique du nord / mexique | environnement | opinion / analyse author Tuesday May 24, 2022 06:45author by CEG - Collectif Emma Goldman Report this post to the editors

À l’été 2021, le gouvernement du Québec officialisait son rejet du projet d’usine de liquéfaction du gaz naturel de GNL Québec après avoir longuement persisté à le promouvoir. Cette volteface sur un projet évalué à 14 milliards $ est le résultat de plusieurs années de luttes écologistes. Concrètement, ce sont de petits collectifs populaires locaux, organisés sur la base d’assemblées, qui ont réussi à faire pencher la balance. Devant eux se dressaient un promoteur, un État et des élu-e-s qui ont dépensé des millions $ dans une bataille qui leur était annoncée gagnée d’avance par un gouvernement conquis à leurs idées.
À Tadoussac
À Tadoussac

Un article inédit du Collectif Emma Goldman à paraître dans la 2e édition du journal anarchosyndicaliste "Liberté ouvrière" au cours de l'été.

À l’été 2021, le gouvernement du Québec officialisait son rejet du projet d’usine de liquéfaction du gaz naturel de GNL Québec après avoir longuement persisté à le promouvoir. Cette volteface sur un projet évalué à 14 milliards $ est le résultat de plusieurs années de luttes écologistes. Concrètement, ce sont de petits collectifs populaires locaux, organisés sur la base d’assemblées, qui ont réussi à faire pencher la balance. Devant eux se dressaient un promoteur, un État et des élu-e-s qui ont dépensé des millions $ dans une bataille qui leur était annoncée gagnée d’avance par un gouvernement conquis à leurs idées. C’est une victoire historique à laquelle, on peut noter, les syndicats régionaux ont très peu participé – lorsqu’ils n’apportaient pas tout simplement leur appui au projet dans l’idée que des centaines d’emplois seraient « gagnés » pour la région. Alors que les médias ont constamment présenté les positions ouvrières et écologistes comme diamétralement opposées au cours de cette lutte, dans ce texte, je tâcherai de présenter en quoi elle constitue une victoire pour la classe ouvrière.

Un tel projet n’aurait tout d’abord pas suscité autant d’enthousiasme partout. Le Saguenay-Lac-St-Jean, qui devait l’accueillir, est considéré comme une des régions périphériques du Québec. En terres Ilnuat volées du Nitassinan, depuis la colonisation, son développement économique s’est centré autour d’industries qui ont su profiter des ressources naturelles du milieu. « Chaque pays développé, écrivait l’économiste Samir Amin, a créé en son sein son propre pays sous-développé [1] ». Il s’agit des divisions spatiales générées par le capitalisme, autrement dit du développement inégal. Cela se répercute en règle générale entre autres choses sur la diversité économique, les conditions d’emploi, les taux de chômage et une forme de dépendance à l’endroit des marchés extérieurs. Ainsi, les 1100 emplois directs et indirects promis par GNL Québec, dont près de 250 bien payés durant la phase d’opération, sont certainement arrivés comme un signe d’espoir inattendu pour la classe dirigeante régionale – peu importe les sommes exorbitantes accordées à l’entreprise en subventions directes et indirectes. Celle qui discourait depuis des décennies sur la nécessité de « diversifier l’économie », comme si les gens étaient plus dupes qu’ailleurs, avait maintenant trouvé un filon à soutenir. Les médias et des syndicalistes n’ont pas tardé à les suivre là-dedans, notamment via un faux mouvement citoyen « Je crois en ma région ». Celui-ci était formé par la création paramunicipale de l’ex-maire Jean Tremblay, Promotion Saguenay, ainsi que des associations de parcs industriels et des chambres de commerce. À travers une idéologie régionaliste appelant au sentiment d’appartenance, une vision manichéenne et interclassiste était diffusée pour présenter l’opposition aux grands projets inutiles comme des menaces aux intérêts soi-disant communs de la région. L’ouvrier de la région était selon elle l’otage de groupes écolos exogènes et marginaux. C’est sans surprise que l’on a pu voir un appui ouvrier considérable aux projets dans les sondages commandés par les industriels ou affichés dans les grands médias.

Le soutien offert par plusieurs syndicalistes au projet n’était guère plus surprenant. Après plus de 30 ans de domination du modèle du syndicalisme d’affaires, nos syndicalistes sont plus souvent enclins à entretenir de cordiales relations avec les directions qu’à les confronter. On a d’ailleurs dorénavant l’habitude de les voir discourir en chœur de la nécessité de préserver la prospérité des entreprises. C’est l’idée reçue que la croissance économique favoriserait la prospérité de tous et de toutes par un effet de ruissellement. Or, force est de remarquer que les surplus engrangés dans les quarante dernières années n’ont pas été répartis à l’ensemble de la société, ont été concentrés pour former des fortunes sans précédent dans l’histoire et ont généré une croissance extrême des inégalités sociales. Professionnel-le-s de l’encadrement de la main-d’œuvre, ces pontes syndicaux sont en définitive devenu-e-s des partenaires dans le « développement du sous-développement » (pour reprendre l’expression d’André Gunder Frank).

Les conseils de bande, organismes de gouvernance des communautés Autochtones instaurés par le colonialisme canadien, ont quant à eux cherché à négocier leur part du gâteau. Faisant fi du rejet du projet par une partie considérable de leurs membres et du péril qui guettait le fjord et les écosystèmes tout au long du pipeline gazier de 780 kilomètres, cette petite élite bureaucratique misait sur une Entente sur les répercussions et les avantages (ERA) pour s’en mettre plein les poches en catimini. Heureusement, plusieurs ont activement dénoncé leurs manigances. À cet égard, le Collectif Mashk Assi, formé de membres des Premières nations qui défendent le territoire et vivent sur celui-ci de manière à perpétuer les traditions ancestrales, s’est maintes fois exprimé. Ce groupe a pris part à la lutte de ses premières à ses dernières heures. Il portait une vision différente du territoire et de son utilisation en opposition à l'extractivisme et aux emplois qui en découlent. D’autres membres des communautés Autochtones ont également été nombreux et nombreuses à prendre part aux manifestations contre le projet, l’une d’elles, à Mashteuiatsh, ayant par exemple rassemblé plus d’une centaine de personnes.

La victoire écologiste a été un affront fait à la communauté régionale des affaires. Le rejet du projet de 14 milliards $ fait rupture avec leurs modes de pensée et leurs « solutions » à court terme qui ont historiquement façonné le mal-développement de cette région périphérique. Au-delà des clichés véhiculés par la classe dominante, cette lutte exprime une conscience qui doit continuer de s’épanouir. Nous n’avons pas à marchander la santé de nos organes vitaux et celle de nos enfants contre leurs bilans économiques. Il y a autre chose qui a de la valeur que ce qui est produit dans les usines. Face aux marchands de pacotilles de nos rues commerciales vivotantes, face à une classe politique vendue aux intérêts des multinationales, les travailleurs et travailleuses et les moins nanti-e-s de notre région peuvent avoir un pouvoir ensemble en faisant voler en éclat le faux consensus régionaliste : en arrêtant la machine. Plutôt que de plier éternellement aux menaces de fermeture et d’exodes du patronat, on pourrait commencer à se dire qu’il serait possible de s’organiser bien autrement sans les monopoles, Rio Tinto-Alcan et Produits Forestiers Résolu, que les travailleurs et les travailleuses peuvent effectivement prendre le contrôle de l’économie. Et si la fumée devait cesser de sortir des cheminées des usines, ce sera parce que l’on aura choisi ensemble qu’elles ne répondaient pas à un besoin.

Pour une décroissance libertaire

Pour les marxistes orthodoxes du siècle dernier, écrit le philosophe Pierre Madelin, « l’émancipation du prolétariat passait par l’appropriation et la socialisation des moyens de production, sans remettre en cause ni la nature de ses moyens de production, ni l’idéal productiviste qu’ils devaient servir, ni même la nécessité d’une centralisation de leur gestion [2] ». Sortir de la crise écologique et se libérer du capitalisme implique aussi de se libérer de la dépossession (de notre puissance, de nos facultés, de nos capacités) dont il nous afflige et de la subordination du moindre aspect de nos vies à sa logique marchande. L’idée de l’emploi à tout prix, astronomiquement subventionné et destructeur du territoire, doit être définitivement balayée. La mise en marche sous autogestion ouvrière d’un projet comme GNL Québec n’aurait guère plus de sens pour nous. Pas plus qu’une mine à ciel ouvert exploitée au milieu d’un village par une coopérative de mineurs autogérée. C’est à ce propos que le sociologue John Holloway écrivait : « la révolution ne consiste pas à détruire le capitalisme, mais à refuser de le fabriquer [3] ». La satisfaction des besoins ne saurait se réduire à la production de biens. Il faut sortir de cette obsession idéologique de la production à l’infini de nouvelles marchandises simplement pour faire rouler artificiellement une économie de la rapidité et de l’éphémère. La prise de conscience des enjeux liés aux écosystèmes dans notre rapport au monde à travers l’écologie, ainsi que les savoirs, réalités et modes d’organisation propres aux Premiers Peuples sur le territoire desquels nous habitons, nous appellent à un dépassement de perspective. Tout en développant de nouveaux rapports de complicité avec les communautés Autochtones, les impacts environnementaux liés à l’augmentation des gaz à effet de serre devraient nous inciter à envisager la nécessité d’une décroissance libertaire. Il ne s’agit pas là d’arrêter le développement de nouvelles technologies qui facilitent et améliorent nos vies, mais plutôt de mettre un terme à la fabrication de marchandises qui alimentent cette société consumériste et qui nécessitent de plus en plus de ressources bien souvent exploitées dans les pays du Sud. Dans le développement de communautés résilientes, conviviales et en harmonie avec le territoire, nous pouvons ici et maintenant préfigurer une forme d’auto-organisation ouvrière pour sortir du marais de la dépossession. Ces expériences ne sont pas fatalement condamnées à l’isolement, à être enfermées sur elles-mêmes et pacifiées. On a qu’à penser aux mobilisations contre GNL de petits producteurs bio et artisans du fjord, aux zones à défendre (ZAD) en France ou aux caracoles zapatistes au Mexique.

Par où commencer?

« Tout commence le jour où ils font une assemblée sans les bonzes du syndicat ».
- Extrait du journal Rosso, Groupe Gramsci de Milan sur les ouvriers et ouvrières des ateliers de Mirafiori à Turin (1973) [4]

Nous voulons tout pour tout le monde et rien pour nous seul-e, mais évidemment, sur « le plancher des vaches », par où commencer? Il n’y a pas de recette toute faite pour le changement que nous voulons. Toutefois, nous pouvons partager quelques constats pour éviter certains écueils. L’autonomie et l’auto-organisation en dehors des institutions a certainement fait la différence dans la lutte contre GNL Québec. Plutôt que de reposer sur la quête de soutiens de grandes organisations syndicales ou sociales, la lutte contre GNL s’est structurée à partir du bas, dans les débats en assemblées et dans les actions directes autonomes. Les grandes structures ont démontré qu’elles n’étaient pas en faveur d’initiatives telles qu’un blocage ferroviaire, l’occupation des bureaux de GNL ou l’installation d’un mini gazoduc rempli de merde devant les bureaux de Promotion Saguenay. Mais l’attente et l’inaction dans une lutte nous réduisent à l’impuissance. Nous avions vu cela en 2012 lorsque le Mouvement des associations générales étudiantes, le MAGE-UQAC, tentait par tous les moyens de pacifier et de faire cesser une grève combative hors de son contrôle, impulsée et animée de manière autonome par les membres de plus d’une dizaine de programmes d’étude. Nous l’avions ensuite vu dans les années subséquentes, lors du lock-out des employé-e-s de garage des concessionnaires du Saguenay-Lac-St-Jean. Campé-e-s sur le bord de la route durant près de trois ans, les syndiqué-e-s de la CSD étaient sommé-e-s par leur chef de se vautrer dans leur chaise, tout en essuyant passivement les provocations patronales. La nécessité de construire un rapport de force malgré l’arsenal légal et répressif à la disposition du patronat était une évidence pour bien des travailleurs et travailleuses de la base. Il y a eu des actions autonomes de la base et nous en avons également réalisé solidairement en dépit de la condamnation de ces gestes par le syndicat. Ces actions ont au moins nourri le moral des lockouté-e-s dans les temps durs et servi à augmenter la pression sur des patrons qui laissaient leurs employé-e-s geler sur le bord du chemin.

S’organiser de manière autonome dans une lutte ou un mouvement permet de dépasser la réduction de ceux-ci à une négociation dans laquelle les propositions de changement social sont dès le départ évacuées. Force est de constater les dommages qu’ont faits des décennies de concertation, de collaboration et d’affairisme au sein des mouvements sociaux et syndicaux : la priorité n’est plus du tout à la lutte et au pouvoir des travailleurs et travailleuses. Au-delà de quelques discours annuels, les chefs des centrales syndicales ont bien intégré leur position de cadres hauts placés dans la société capitaliste à la manière d’apparatchiks soviétiques. Par l’autonomie, nous pouvons reprendre du pouvoir collectivement et individuellement dans des actions que l’on décide et assume ensemble. Nous ne sommes pas des marchandises. De plus, nous n’avons pas besoin des moyens financiers des syndicats pour lutter. Eux se permettent de payer des publicités à coup de centaines de milliers de dollars, mais refusent de payer les contraventions des ouvriers et ouvrières trop rebelles pour leurs bureaucrates. La bataille contre GNL a bien prouvé qu’un projet de 14 milliards $ pouvait être battu sans grands moyens. Cela fait que oui, pour commencer, on pourrait bien s’organiser par nous-mêmes, sur nos milieux de travail ou de vie et dans la complicité avec les gens qui sont solidaires, pour passer outre l’attente et la pacification et faire des victoires. Créer des réseaux, des espaces libérés, des milieux alternatifs et relier tous ces archipels en lutte pour construire notre monde sur les ruines de celui des capitalistes. Enfin, c’est faire le constat de la nécessité de prendre des moyens en adéquation et en cohérence avec les objectifs : renforcer la capacité des individus et des communautés à assurer eux-mêmes leurs reproductions matérielle et symbolique, à se libérer collectivement des systèmes de domination, à faire la révolution sociale.

Collectif anarchiste Emma Goldman (Saguenay sur le Nitassinan)

[1] Samir Amin. « Le développement inégal : essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique », Éditions de Minuit, 1973, p.318.
[2] Pierre Madelin. « Après le capitalisme : Essai d’écologie politique », Éditions Écosociété, 2017, p.55.
[3] John Holloway. « Crack Capitalism : 33 thèses contre le capital », Libertalia, 2016.
[4] Marcello Tarì. « Autonomie! : Italie, les années 1970 », La Fabrique Éditions, 2011.

Related Link: http://ucl-saguenay.blogspot.com/2022/05/gnl-quebec-les-gains-materiels-dune.html
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
© 2005-2022 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]