Benutzereinstellungen

Neue Veranstaltungshinweise

France / Belgique / Luxembourg

Es wurden keine neuen Veranstaltungshinweise in der letzten Woche veröffentlicht

Kommende Veranstaltungen

France / Belgique / Luxembourg | Anti-fascisme

Keine kommenden Veranstaltungen veröffentlicht

Antifascisme : Front social contre Front national

category france / belgique / luxembourg | anti-fascisme | opinion / analyse author Sunday November 09, 2014 23:42author by Édith Soboul - Alternative Libertaire Report this post to the editors

Congrès du Front National à Lyon

Le Front National tiendra congrès les 29 et 30 novembre à Lyon. Du côté des forces antifascistes, la mobilisation est de mise : une manifestation ainsi que des débats et ateliers sont programmés à Lyon. L’enjeu est de montrer clairement que les idées d’extrême droite doivent être combattues sans relâche.

Le front antifasciste qui se reconstitue aujourd’hui doit faire face à une période éminemment plus dangereuse que celle qui, dans les années 1980-1990, avait conduit à la constitution des réseaux Scalp-No Pasaran et Ras l’Front. Le FN est désormais une force électorale incontournable, aux marches du pouvoir, et les réseaux ultra (des soraliens-dieudonnistes aux identitaires et fachos de tout poil) réussissent à obtenir un écho certain. Face à cela, après le délitement de l’antifascisme organisé au début des années 2000, nous avançons encore à pas mesurés, bien que le chemin soit désormais engagé. Il avait fallu près de dix ans pour que le mouvement antifasciste des années 1990 réussisse à organiser des mobilisations de masse comme celle de la manifestation contre le congrès du FN à Strasbourg en mars 1997 qui avait rassemblée près de 50 000 personnes et contribué à affaiblir le parti fasciste. Nous sommes loin de pouvoir espérer réussir aujourd’hui une telle initiative. Pour autant nous n’en sommes pas exactement au point zéro.

Reconstruire un mouvement contre l’extrême droite


Les mobilisations de juin 2013 et 2014 suite à l’assassinat de Clément Méric, la multiplication de collectifs antifascistes locaux (aux réalités et aux contours forts variés), le renforcement de l’association Visa et la structuration progressive de la Conex, mais aussi la semaine « Marseille contre l’extrême droite » organisée lors de l’université d’été du FN à Marseille en septembre 2013 comme le week-end antifasciste programmé face au congrès du FN à Lyon en novembre prochain sont caractéristiques de cette période de reconstruction.

Dans ce processus, les collectifs locaux ont un rôle important à jouer. Divers dans leurs périmètres et leurs structurations, ces collectifs manquent aujourd’hui cruellement de coordination. Cartels d’organisations ou collectifs d’individus, certains peuvent être solidement implantés et depuis longtemps, d’autres, parmi les plus récents, peinent à s’installer dans le paysage. Chaque collectif est pour l’heure renvoyé à sa réalité locale, à la production de son propre matériel d’intervention et, la plupart du temps, se retrouve cantonné à la réaction au coup par coup. Mais le manque de coordination – qu’il s’agit de renforcer au plus vite ! – entraîne aussi une difficulté à mener des débats de fond qui, même si s’y expriment des opinions divergentes, voire des confrontations, permettraient de penser collectivement et stratégiquement l’action antifasciste à l’échelle nationale.

Sur le plan stratégique justement, le premier écueil à dépasser dans cette reconstruction/ redéfinition en cours du mouvement antifasciste est d’affirmer que la fracture ne doit pas se faire entre antifascisme radical et antifascisme de masse. Pour Alternative libertaire, la colère qui peut exister face à la progression de l’extrême droite doit pouvoir s’exprimer : elle contribue à battre en brèche la banalisation de l’extrême droite et de ses idées, assise par les médias dominants comme par les partis de gouvernement dans leur ensemble. Pour autant, cette colère peut s’exprimer différemment. Ainsi, lors de la manifestation de fin novembre contre le congrès du FN, il ne doit pas exister de rupture entre les camarades partisans d’actions radicales et celles et ceux souhaitant « seulement » défiler. Ce positionnement, cette « diversité des tactiques », Alternative libertaire propose au(x) collectif(s) d’organisation de le partager et de l’assumer concrètement (organisation éventuelle d’équipes juridiques et médicales par exemple).

Contre l’isolement, pour la solidarité de classe

Alternative libertaire a décidé, lors de sa dernière coordination fédérale, de faire de la réussite de la manifestation antifasciste de Lyon une de ses priorités, en s’engageant partout où c’est possible dans les cadres unitaires qui porteront cette mobilisation. Lors de cette manifestation, nous proposons également à nos partenaires libertaires et anticapitalistes la structuration d’un pôle large dans la manifestation, dans lequel chaque cortège s’intégrerait sans pour autant s’y dissoudre. Ainsi les anticapitalistes apparaîtront unis et parlant d’une même voix face au parti fasciste et à l’extrême droite. Une voix qu’il faut faire entendre car elle raisonne des mots de lutte et de solidarité de classe, de grève, d’autogestion...

D’autant qu’à l’occasion de la mobilisation contre le congrès du FN, des forums sont également prévus. Ils peuvent être l’occasion de défendre un antifascisme social comme alternative à l’antifascisme républicain, qui apparaît trop souvent comme seul rempart à la progression du FN. Par antifascisme « républicain », nous visons particulièrement l’illusion qui consiste à croire qu’une force électorale à gauche de la gauche serait capable de freiner la progression du FN. C’est le choix stratégique explicite de la gauche mélenchoniste et du PCF. C’est aussi une idée qui habite les têtes de nombreux militants, pas nécessairement encarté-e-s, mais polarisé-e-s par cette stratégie. Au-delà, les discours généraux sur « l’abstention qui fait monter le FN » participent de cette stratégie républicaine qui renvoie à l’isoloir – et à l’isolement – la lutte antifasciste.

Pour un antifascisme social


Encore faut-il donner du contenu à cet antifascisme social. Si nous jugeons la période véritablement plus inquiétante, nous devons, alors, aller plus loin que ce que nos habitudes militantes nous confortent à mettre en œuvre. Il ne s’agit pas de se priver de faire ce que nous savons faire, de faire ce que nous avons appris au cours de plusieurs années de pratiques des luttes : organiser des manifestations, des collages, des tractages, réaliser des argumentaires et assurer – le plus possible – une présence physique face à l’extrême droite. Face à la tentation fasciste et à l’ampleur de la pénétration des idées d’extrême droite, il faut regagner du terrain. La « simple » propagande et les réactions au coup par coup n’y suffiront pas, bien que ces aspects soient nécessaires. La présence physique sur les marchés, sur les lieux de vie et de sociabilité populaire sont une nécessité. Pas seulement pour y apporter un discours qui peut apparaître comme extérieur mais pour prouver et incarner nos engagements et nos valeurs d’entraide et de solidarité. L’action syndicale que nous pouvons développer sur nos lieux de travail, les luttes sociales que nous contribuons à animer sur différents fronts (logement, antiracisme…) peuvent y contribuer et c’est bien sûr de cela dont il faut parler et qu’il faut d’abord faire connaître.

La campagne unitaire « Uni-e-s contre l’extrême droite » portée par la CGT, la FSU et Solidaires est encore trop « centralisée », même si des initiatives locales ont pu exister. La responsabilité des militants révolutionnaires et de contribuer à décliner plus encore cette campagne à l’échelle des départements et des unions locales comme dans les fédérations, les syndicats et les sections des secteurs professionnels. Tout atteste que le syndicalisme reste un rempart essentiel à la progression de l’extrême droite, par sa capacité à mener des luttes de masses et à rendre tangible la solidarité de classe au quotidien. Le renforcement de l’association Visa, la création d’antennes locales, comme c’est le cas dans les Bouches-du-Rhône, peut également participer de cette démarche. La création de commissions antifascistes dans les différents syndicats et aux différents niveaux de structuration est également à l’ordre du jour. Il ne faut pas non plus négliger ce qu’un travail intersyndical antifasciste peut permettre en matière de consolidation des liens intersyndicaux et interprofessionnels, atout certain pour les luttes sociales à venir.

Mais il s’agit aussi de développer d’autres pratiques extraparlementaires. Des expériences comme celles de la Créa à Toulouse, de la Rôtisserie ou de la cantine autogérée des Pyrénées à Paris, même si elles sont encore embryonnaires et limitées, vont dans ce sens. Les lieux autogérés qui peuvent exister dans certaines villes, comme L’Étincelle à Angers, également.

… et extraparlementaire

Nous devons aussi garder à l’esprit que si les (trop) rares expériences que nous pouvons mobiliser ont été la plupart du temps mises en œuvre en ville, il est capital de trouver les contours de pratiques similaires dans les espaces périurbains et ruraux. Même si les modalités d’intervention peuvent être encore difficiles à imaginer, cela n’en demeure pas moins un objectif qui peut être discuté dans les collectifs militants.

Le projet est bien de rendre possible ce qui s’apparenterait à des centres sociaux autogérés, véritables bourses du travail contemporaines, où la solidarité la plus concrète et la plus élémentaire ne serait pas qu’un vain mot. C’est aussi de cela qu’il faut débattre au sein d’un mouvement antifasciste qui cherche à répondre le plus efficacement possible à la résistible ascension des différentes extrêmes droites. L’ancrage de militants anticapitalistes, libertaires et révolutionnaires dans le mouvement social et le syndicalisme est un atout certain pour éviter que ces initiatives restent cantonnées à un pré carré militant, et, au contraire s’adressent au plus grand nombre. Portées au sein des collectifs antifascistes, dans les différents regroupements unitaires (notamment ceux préparant la mobilisation de novembre à Lyon), ces propositions peuvent dessiner une alternative idéologique et stratégique et contrecarrer les discours légalistes et républicains tout en affirmant une position anticapitaliste. Car c’est bien à partir de notre terrain, celui de la rue et des luttes, que nous dessinerons les contours d’un antifascisme social, de masse et de classe.

Édith Soboul (secrétariat fédéral d’AL)

Verwandter Link: http://www.alternativelibertaire.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

France / Belgique / Luxembourg | Anti-fascisme | fr

Thu 09 Feb, 19:43

browse text browse image

manif_clment_1.jpg imageProcès des assassins de Clément : l’extrême droite est un poison mortel 19:05 Fri 11 Jun by UCL 0 comments

Vendredi 4 juin, la cour d’assises d’Evry a condamné en appel les deux anciens skinheads néonazis pour la mort de notre camarade Clément Méric à huit et cinq ans d’emprisonnement. Ces peines moins lourdes qu’en première instance, ont néanmoins confirmé que ce sont bien les nervis fascistes qui sont à l’origine de l’attaque et ont porté les premiers coups.

autoc_ucl_antifa.png imageLe fond de l’air est brun 04:59 Fri 14 May by Union Communiste Libertaire 0 comments

Dans un contexte global, particulièrement propice aux discours autoritaires, nous avons vu ces derniers jours s’accroître les violences émanant de groupes d’extrême droite à Lyon, Orléans, Clermont-Ferrand, Montpellier, Strasbourg… Ne nous y trompons pas, la politique sécuritaire, répressive et fractionniste du gouvernement, qui préfère de son côté combattre le supposé danger islamo-gauchisme dans les facs ou l’écriture inclusive à l’école, est directement coupable de laisser ces nervis fascistes agir en toute impunité.

460_0___30_0_0_0_0_0_house_of_mesopotamia.jpg imageCommuniqué de soutien après l’attaque de la maison de la Mésopotamie 19:41 Mon 05 Apr by UCL Lyon 2 comments

Samedi 3 avril dans l’après-midi, la Maison de la Mésopotamie située dans le 7e arrondissement de Lyon, a été violemment attaquée par un groupe de fascistes appartenant aux Loups Gris (extrême-droite turque).
La Maison de la Mésopotamie est un lieu culturel de la communauté kurde, force émancipatrice forte qui se bat depuis de nombreuses années contre Daech d’un côté et Erdogan de l’autre.

nice.jpg imageNice : la spirale de la terreur ne brisera pas nos solidarités 20:53 Sat 31 Oct by Union Communiste Libertaire 0 comments

Quinze jours à peine après l’horrible assassinat de Samuel Paty, un homme, se revendiquant là encore de l’intégrisme islamiste, a tué trois personnes à Nice le jeudi 29 octobre. L’UCL toute entière est révulsée par ces nouveaux meurtres et veut témoigner ici de ses condoléances aux familles des victimes et à leurs proches. Les assassins qui tuent ici comme Daech en Syrie sont parmi nos pires ennemis et l’ensemble des forces progressistes doit faire rempart à leurs agissements criminels.

antifascism.jpg imageNouvelle attaque fasciste sur une soirée militante : solidarité ! 02:15 Sat 28 Oct by Relations extérieures de la CGA 0 comments

Ccommuniqué de la CGA en soutien aux militant-e-s de Chambéry suite à l'attaque fasciste du 20 octobre.

croppedbandeaublogal2page00122.jpg imageBelgique : Après les attentats, la répression d’État 02:38 Mon 23 May by Commission internationale Alternative libertaire 0 comments

Les attentats de Bruxelles ont d’ores et déjà des conséquences néfastes sur les classes populaires, les musulmans et le mouvement social.

arton629881b6a.jpg imageLoi sur le renseignement : Un Patriot Act à la française 19:18 Sat 30 May by Tristan (AL Toulouse) 0 comments

Après les assassinats de janvier 2015 le gouvernement compte faire voter en urgence une nouvelle loi antiterroriste. Celle-ci constitue une grave atteinte aux libertés publiques dans un contexte de répression politique systématisée.

textNon au fascisme, qu’il soit nationaliste ou religieux 22:17 Mon 12 Jan by CGA Lyon 0 comments

Communiqué du groupe de Lyon de la CGA suite aux attentats en France. [Italiano]

26j.jpg imageFace au fascisme, riposte populaire ! 07:57 Sat 01 Feb by Relations extérieures CGA 0 comments

La manifestation du 26 janvier 2014 à Paris représente une étape de plus dans l’expansion d'un mouvement fasciste de masse en France.
Par les thèmes et les discours, ce rassemblement de plusieurs milliers de personnes issues de la quasi-totalité des courants nationalistes pouvait rappeler les manifestations du 6 février 1934, où les ligues d’extrême-droite avaient eu comme objectif de faire tomber le pouvoir (de gauche) en place.

textLa CGA contre le racisme d’Etat ! 18:33 Fri 03 Jan by RE Coordination des Groupes Anarchistes 0 comments

Au plus haut sommet de l’Etat français1, les politiques suivies se caractérisent par leur apparente similitude. Que se soit la gauche ou la droite qui se retrouve aux affaires, les gouvernants gèrent de manière identique la question des flux migratoires. Les marchandises peuvent allègrement franchir les frontières hexagonales, mais les êtres humains ne bénéficient pas de la même mansuétude. Bien au contraire.

more >>

textFace aux groupuscules et à l’idéologie fascistes : vigilance et résistance collectives ! Jun 06 by Relations Extérieures de la CGA 0 comments

Communiqué de la CGA suite à l'ouverture d'un squat fasciste à Lyon

textCharlie Hebdo : Après l’émotion, passons à l’action Feb 20 by Secrétariat fédéral d’AL 0 comments

Le carnage perpétré au siège de Charlie Hebdo et le meurtre de clients juifs dans un supermarché casher ont suscité une vague d’émotion légitime que nous partageons. Mais la colère ou la peur sont toujours mauvaises conseillères et il faut maintenant s’interroger sur les répercussions politiques de cette tuerie et démêler les discours pour tenter d’y voir clair.

textExtrême droite Jan 19 by Jacques Dubart 1 comments

Si l’extrême droite est systématiquement productiviste et partisane de la croissance, elle peut teinter son discours d’un écologisme de façade, où la nature est vue comme un élément de l’identité nationale. Antihumanistes et malthusiennes, ces conceptions peuvent attirer quelques écologistes perdus, la vigilance est donc de mise.

imageSoral-Dieudonné Dec 28 by Commission internationale AL 0 comments

Le duo de bras cassés de la politique formé par Alain Soral et Dieudonné va fonder un nouveau parti. Ils sont enfin sortis de l’ombre en affichant leur proximité avec le Front National. Ce que nous savions déjà, ils l’assument maintenant publiquement.

image29-30 novembre : À Lyon comme ailleurs, pas de quartier pour le FN Nov 03 by Commission international 0 comments

Face à un FN qui se proclame « premier parti de France », la riposte s’organise et le camp antifasciste se reconstruit. Le congrès du parti d’extrême droite à Lyon les 29 et 30 novembre est l’occasion de ne pas lui laisser le terrain droite en organisant un week-end de mobilisation .

more >>

imageProcès des assassins de Clément : l’extrême droite est un poison mortel Jun 11 Union Communiste Libertaire 0 comments

Vendredi 4 juin, la cour d’assises d’Evry a condamné en appel les deux anciens skinheads néonazis pour la mort de notre camarade Clément Méric à huit et cinq ans d’emprisonnement. Ces peines moins lourdes qu’en première instance, ont néanmoins confirmé que ce sont bien les nervis fascistes qui sont à l’origine de l’attaque et ont porté les premiers coups.

imageLe fond de l’air est brun May 14 UCL 0 comments

Dans un contexte global, particulièrement propice aux discours autoritaires, nous avons vu ces derniers jours s’accroître les violences émanant de groupes d’extrême droite à Lyon, Orléans, Clermont-Ferrand, Montpellier, Strasbourg… Ne nous y trompons pas, la politique sécuritaire, répressive et fractionniste du gouvernement, qui préfère de son côté combattre le supposé danger islamo-gauchisme dans les facs ou l’écriture inclusive à l’école, est directement coupable de laisser ces nervis fascistes agir en toute impunité.

imageCommuniqué de soutien après l’attaque de la maison de la Mésopotamie Apr 05 Union Communiste Libertaire 2 comments

Samedi 3 avril dans l’après-midi, la Maison de la Mésopotamie située dans le 7e arrondissement de Lyon, a été violemment attaquée par un groupe de fascistes appartenant aux Loups Gris (extrême-droite turque).
La Maison de la Mésopotamie est un lieu culturel de la communauté kurde, force émancipatrice forte qui se bat depuis de nombreuses années contre Daech d’un côté et Erdogan de l’autre.

imageNice : la spirale de la terreur ne brisera pas nos solidarités Oct 31 0 comments

Quinze jours à peine après l’horrible assassinat de Samuel Paty, un homme, se revendiquant là encore de l’intégrisme islamiste, a tué trois personnes à Nice le jeudi 29 octobre. L’UCL toute entière est révulsée par ces nouveaux meurtres et veut témoigner ici de ses condoléances aux familles des victimes et à leurs proches. Les assassins qui tuent ici comme Daech en Syrie sont parmi nos pires ennemis et l’ensemble des forces progressistes doit faire rempart à leurs agissements criminels.

imageNouvelle attaque fasciste sur une soirée militante : solidarité ! Oct 28 Coordination des Groupes Anarchistes 0 comments

Ccommuniqué de la CGA en soutien aux militant-e-s de Chambéry suite à l'attaque fasciste du 20 octobre.

more >>
© 2005-2023 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]