user preferences

New Events

Amérique centrale / Caraïbes

no event posted in the last week

La Martinique: un enjeu stratégique

category amérique centrale / caraïbes | impérialisme / guerre | presse non anarchiste author Wednesday April 25, 2012 02:38author by Robert Sae Report this post to the editors

Si elle ne couvre que 1100 Km2 et ne compte que 400.000 habitants, la Martinique est néanmoins une base essentielle sur laquelle s’appuie la politique des impérialistes européens dans la région. Ce « Département Français d’Amérique (DFA)» est utilisé comme un véritable cheval de Troie pour leur intervention.

martinica_1.gif

La domination coloniale perdure

Avec la complicité de ses alliés dans les institutions internationales, la France est parvenue à jeter un voile sur la domination coloniale qu’elle exerce en Martinique. En imposant le statut départemental en 1946, elle a prétendu avoir réalisé la décolonisation du pays et, désormais, tout ce qui s’y passe est déclaré « affaire interne ». Les défenseurs des droits des peuples sont priés d’aller voir ailleurs.

N’importe quel analyste sérieux, se penchant sur la réalité des rapports liant la Martinique à la France et sur les politiques menées dans notre pays, ne peut qu’y constater la persistance du colonialisme : Encadrement de toutes les administrations en quasi totalité par des ressortissants « métropolitains », économie extravertie au service de la métropole, présence de forces armées utilisées dans les conflits sociaux, justice à deux vitesses, permanence du racisme, etc. Les conséquences désastreuses sur la majorité de la population au plan social et psychique, les inégalités criantes ne peuvent être gommées par l’existence d’infrastructures modernes, visant à faire de la Martinique une vitrine de la grandeur française dans la région, pas plus que par des acquis sociaux, obtenus aux prix de luttes incessantes et sanglantes. Jusqu’en 1974, les grèves se sont soldées par l’assassinat de travailleurs par les forces de répression françaises. D’ailleurs, comme dans le reste du monde, ces acquis sociaux sont laminés par la politique néolibérale agressive qui prévaut aujourd’hui. 32% de la population active est au chômage (62% pour les moins de 25 ans) ; 20 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté.

Depuis quelques années, les Gouvernements Français successifs affirment prendre en compte les « spécificités » de la Martinique. Il s’agit là d’un leurre. S’ils ont mis en œuvre une politique de décentralisation à partir de 1982, c’est parce qu’ils y ont été contraints, d’une part, par la montée en puissance des mouvements autonomiste puis indépendantiste, mais, d’autre part, par la nécessité de moderniser les structures administratives, trop jacobines, de leur propre pays. Mais, aucun pouvoir politique notable n’a été consenti aux collectivités locales. La tutelle sur la Martinique est restée totale à tous points de vue.

La montée en puissance des revendications identitaires et la percée électorale des indépendantistes, qui ont été largement majoritaires au Conseil Régional de 2006 à 2010 (la majorité actuelle est autonomiste), a contraint le gouvernement à organiser des consultations référendaires, soi-disant pour permettre à la population de s’exprimer à propos de la mise sur pied d’une Collectivité Nouvelle. Mais celle-ci, impérativement inscrite « dans le cadre de la République Française », est, elle aussi, dénuée de tout pouvoir politique. Il faut dénoncer, ici, le fait que toutes les consultations organisées dans le pays ont lieu dans un contexte de désinformation massive, de chantage à la suppression des acquis sociaux, excluent le tiers de la population martiniquaise émigrée en France et qu’y participent les Français de passage y compris les membres de l’armée et des « forces de l’ordre ».

Une plate-forme pour l’intervention impérialiste

La construction de l’Union Européenne, dont la France est l’un des moteurs, a pour conséquence que la Martinique n’est plus seulement une colonie de ce pays mais qu’elle est devenue un pion essentiel dans la réalisation des objectifs stratégiques des impérialistes européens.

- La France qui se targue d’être un pays caribéen peut occuper des sièges dans les instances régionales. Là, elle peut s’opposer aux intérêts des pays de la zone (Par exemple en faisant obstacle à leur volonté de limiter le passage des bateaux transportant des déchets nucléaires).

- La pénétration commerciale des produits européens peut se faire à partir de l’aéroport international et du « port d’éclatement » de la Martinique. L’Etat Français et les investisseurs européens, derrière la volonté affichée de « coopération régionale » et camouflés dans des entreprises qui n’ont de martiniquaises que le nom, tentent d’assurer leur main mise sur le marché caribéen.

- Le pays est une base d’appui de la plus haute importance pour la surveillance, le renseignement et les interventions militaires dans la région. (Avec la Guadeloupe, la Martinique à servi de relais lors de la guerre des Malouines et de l’invasion de Grenade ; des manœuvre militaires conjointes sont régulièrement organisées par la France et les USA.)

- La France cultive les divisions entre les peuples caribéens. La politique de plus en plus xénophobe qui a cours en Europe est exacerbée sous l’égide des autorités françaises. Les candidats à l’immigration subissent discriminations et humiliations, et nos voisins, même quand ils sont solvables et qu’ils souhaitent faire des séjours limités (pour, par exemple, participer à des événements culturels ou sportifs), ont les pires difficultés à obtenir des visas.

Toute cette réalité nous amène à affirmer, en conclusion, que l’accession à la souveraineté du peuple Martiniquais est l’une des conditions nécessaires au renversement de la domination impérialiste dans l’ensemble de notre région

Related Link: http://alainet.org/active/54288

This page has not been translated into Dansk yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Employees at the Zarfati Garage in Mishur Adumim vote to strike on July 22, 2014. (Photo courtesy of Ma’an workers union)

Front page

Reseña del libro de José Luis Carretero Miramar “Eduardo Barriobero: Las Luchas de un Jabalí” (Queimada Ediciones, 2017)

Análise da crise política do início da queda do governo Temer

Dès maintenant, passons de la défiance à la résistance sociale !

17 maggio, giornata internazionale contro l’omofobia.

Los Mártires de Chicago: historia de un crimen de clase en la tierra de la “democracia y la libertad”

Strike in Cachoeirinha

(Bielorrusia) ¡Libertad inmediata a nuestro compañero Mikola Dziadok!

DAF’ın Referandum Üzerine Birinci Bildirisi:

Cajamarca, Tolima: consulta popular y disputa por el territorio

Statement on the Schmidt Case and Proposed Commission of Inquiry

Aodhan Ó Ríordáin: Playing The Big Man in America

Nós anarquistas saudamos o 8 de março: dia internacional de luta e resistência das mulheres!

Özgürlüğümüz Mücadelemizdedir

IWD 2017: Celebrating a new revolution

Solidarité avec Théo et toutes les victimes des violences policières ! Non à la loi « Sécurité Publique » !

Solidaridad y Defensa de las Comunidades Frente al Avance del Paramilitarismo en el Cauca

A Conservative Threat Offers New Opportunities for Working Class Feminism

De las colectivizaciones al 15M: 80 años de lucha por la autogestión en España

False hope, broken promises: Obama’s belligerent legacy

Primer encuentro feminista Solidaridad – Federación Comunista Libertaria

Devrimci Anarşist Tutsak Umut Fırat Süvarioğulları Açlık Grevinin 39 Gününde

The Fall of Aleppo

Italia - Ricostruire opposizione sociale organizzata dal basso. Costruire un progetto collettivo per l’alternativa libertaria.

Recordando a César Roa, luchador de la caña

© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]