user preferences

New Events

Balkans

no event posted in the last week

Lettre ouverte sur les agressions racistes du 2 décembre en Bulgarie

category balkans | anti-fascisme | presse non anarchiste author Monday December 06, 2010 00:22author by L'Alliance des Activistes Bulgares / Gens contre le racisme Report this post to the editors

Dans cette lettre, nous voulons fermement exprimer notre préoccupation devant les incidents fatals de violence raciste la nuit dernière après un match de football entre les équipes du CSKA (Sofia) et de Besiktas (Turquie).

À:
M. Gueorgui Parvanov, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DE BULGARIE
M. Boïko Borisov, premier ministre LA RÉPUBLIQUE DE BULGARIE,
Borisov Tsetska MRS, PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE
M. Tsvetanov, MINISTRE DE L'INTÉRIEUR DE LA RÉPUBLIQUE DE BULGARIE
OMBUDSMAN M. Konstantin Penchev DE LA RÉPUBLIQUE DE BULGARIE
Les 41 députés de l'ASSEMBLÉE NATIONALE
MEDIAS

Mesdames et Messieurs,

L'Alliance des Activistes Bulgares et les Gens contre le racisme sont des groupes informels d'activistes, dont les activités touchent au champ de la protection des droits de l'homme en Bulgarie.

Dans cette lettre, nous voulons fermement exprimer notre préoccupation devant les incidents fatals de violence raciste la nuit dernière après un match de football entre les équipes du CSKA (Sofia) et de Besiktas (Turquie). Comme il est maintenant connu, des néo-nazis ont battu deux garçons d'origine roms dans le bus 94. L'une des victimes était particulièrement vulnérable, car il souffre d'épilepsie et a été gravement frappé à la tête. Selon les informations fournies par les médias, l'agression du jeune a résulté en deux fractures du crâne et des lésions cérébrales (http://www.vesti.bg/index.phtml?tid=40&oid=3448751).

Rappelons qu'il ne s'agit pas d'un incident isolé. Cette année restera marquée dans les mémoires par les plus brutales attaques publiques sur des activistes roms et même sur des personnes au hasard dans la capitale. (Les victimes de la violence nazie dans les campagnes restent presque toujours muettes sur leur agression, à l'exception du cas de l'assassinat brutal d'un étudiant à Yambol par des skinheads.) En Janvier, nous avons été témoins de l'agression d'un étudiant et activiste, Boris Boev, devant son domicile. Le 6 juin de cette année, en plein jour, dans le tram #20, le même jeune homme a été frappé avec des barres de métal par la tête encore, alors qu'il n'était pas encore complètement remis de la commotion cérébrale reçue en janvier. Avec lui, trois personnes ont été blessées, dont l'un est un étudiant de 17 ans ayant dû subir une chirurgie après s'être fait battre.

Les attaques arrogantes n'ont pas cessé: peu de temps après l'incident du tram #20, des néo-nazis ont battu un groupe de jeunes Roms à la présidence, devant les caméras de sécurité de l'une des institutions clés dans notre pays. Et rappelons l'assassinat d'un jeune homme dans le parc central, qui est survenu il y a deux ans, pour le seul motif qu'il ressemblait à un nazi homosexuel.
Outre les jeunes Roms qui ont paisiblement voyagé par le bus un jour plus tôt, cinq jeunes ont à nouveau commis une agression raciste dans le bus blessant un homme originaire d'Afrique, vivant depuis de nombreuses années en Bulgarie. Celui-ci n'a pas contacté la police pour obtenir de l'aide car il est sans papiers d'identité et il n'avait aucune raison de croire que les autorités bulgares le protégeraient.

De telles attaques sont très rarement rapportées par les médias. La plupart des attaques racistes demeurent, en fait, anonymes et non traitées, ce qui donne confiance aux criminels que tout leur est permis. Même l'organisation et le déroulement de manifestations publiques, où des symboles nazis et les dirigeants nazis eux-mêmes (comme le général Hristo Lukov) sont brandis et de même que de l'idéologie nazie, sont permises.Par exemple, chaque hiver depuis plusieurs années, les organisations néo-nazis, Blood and Honour et l'Union Nationale Bulgare, ont organisé une marche aux flambeaux en mémoire du Traité de Neuilly et du général Hristo Lukov (grand supportaire bulgare de l'Allemagne nazie).

En d'autres termes, il s'agit d'organisations ouvertes, dont les membres et partisans ont commis des agressions physiques à caractère raciste.

Pourquoi dilapider les ressources et les efforts du gouvernement à ne combattre que le «crime organisé», alors que les bandes d'extrême droite existent ouvertement et que l'Etat n'est pas en mesure de les contrer? Est-ce que le nazisme en Bulgarie ne représente pas l'une des formes du crime organisée, tout aussi dangereuse pour notre sécurité que la mafia? Puis, est-ce que la fragile majorité du Parti GERB au pouvoir pourrait effrayer les politiciens à passer à l'action contre les groupes d'extrême-droite? Ce comportement est-il inhérent à tout parti se prétendant être représentatif des valeurs européennes modernes et de droite?

En tant que citoyen-ne-s, militant-e-s et gens ordinaires, nous demandons que toutes les mesures soient prises pour combattre et éliminer les attaques racistes (qu'elles se produisent en plein jour ou de nuit).

La Bulgarie est le pays de l'Union Européenne avec le plus grand nombre de policier par habitant et Sofia a déjà une police municipale, mais il semble que l'effet sur notre sécurité personnelle, en particulier autour des matchs de football, n'est pas très grande. De toute évidence l'attirail de caméras de surveillance et de policiers est une dilapidation de l'argent publique par les fenêtres, puisque les néo-fascistes croissent et agissent dans l'impunité.

Nous ne voulons pas de caméras ou de policiers dans les transports urbains, mais la racine de ce phénomène terrible - le néo-fascisme - doit être traitée de manière adéquate par les institutions de l'Etat.

Nous croyons que les jeunes ne choisiront pas de ne pas de devenir nazis parce que le nombre de caméras augmentera un peu (ils attaquent même devant les caméras). La faute ne doit pas seulement être recherchée dans les familles - il est important de jeter un oeil aux messages d'ordre public transmis aux gens par les plus hauts échelons de l'État.

Nous réclamons un plan concret pour une éducation active et à long terme du public et une politique sociale parmi les jeunes à risque.

L'Alliance des Activistes Bulgares et les Gens contre le racisme condamnent fermement les crimes de la nuit dernière et réclament une réponse adéquate des institutions gouvernementales.

София / Sofia
3 décembre 2010

Cordialement,

Alliance des activistes bulgares
http://bulgarianactivistalliance.org/

Les gens contre le racisme
http://stopnazi-bg.org/

*Traduction du Blogue du Collectif Emma Goldman
Source: Indymedia Bulgarie - http://bulgaria.indymedia.org/article/37346&r

Related Link: http://bulgaria.indymedia.org/article/37346&r
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
© 2005-2022 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]