user preferences

New Events

International

no event posted in the last week

Licenciements : La récession, pain béni pour le capital

category international | Économie | opinion / analyse author Friday January 09, 2009 07:23author by Vincent Nakash - Alternative Libertaire Report this post to the editors

Après les banques, c’est aux entreprises de souffrir de la débâcle du capitalisme. Mais pas de panique : les patrons resteront confortablement affalés sur leurs matelas de billets et ce sont les travailleurs qui devront passer à la caisse.

Après les États-Unis, la récession est arrivée en Europe : comme on s’y attendait, le transfert de la crise du secteur financier à l’économie « réelle » ne s’est pas fait attendre… et n’est pas prêt de s’arrêter. Coût estimé de la crise à l’échelle mondiale : 2 800 milliards de dollars et 20 millions de chômeurs…

L’économie en chute libre

Aux États-Unis, berceau de la crise financière, les annonces de licenciements se multiplient. Dans l’immobilier bien sûr, mais aussi dans le transport aérien, les sociétés de services, touchées par la chute de la consommation, ainsi que dans les services publics, avec la chute des revenus fiscaux des États. L’automobile, secteur déjà mal-en-point, et reposant sur le crédit que la crise a rendu rare, est au bord du gouffre ; General motors a déjà annoncé 5 500 suppressions de poste, mais en cas de faillite, c’est 2,5 millions d’emplois qui seraient potentiellement touchés !

Pourtant Henry Paulson, secrétaire américain au Trésor, a annoncé que la priorité du gouvernement était d’aider le secteur financier à se relever, et qu’il n’était pas question de soutenir l’industrie automobile. La stratégie est claire : faire porter le fardeau de la dépression sur le dos de la classe ouvrière plutôt que sur les responsables de la crise, l’oligarchie financière.

N’oublions pas que General Motors, c’est aussi Opel ou Saab : l’Europe est donc directement concernée. Déjà, l’usine strasbourgeoise de GM (1 000 personnes) est en vente, tout comme l’usine Ford de Bordeaux. Les ventes de voitures ont chuté de 15 % en octobre et Renault a annoncé qu’elle allait réduire sa production.

Une aubaine pour les capitalistes

La crise, c’est aussi le moment rêvé de « restructurer » les entreprises. Ainsi le plan de sauvetage de l’industrie automobile américaine demandé par les Démocrates serait accompagné de « restructurations » dont on pressent le goût amer qu’il aurait pour les salarié-e-s. Mais ne soyons pas dupes : les « restructurations » à venir dans tous les secteurs et tous les pays auraient eu lieu de toute façon, la crise n’étant qu’un bon moyen de faire passer la pilule.

Comme on le voit, la crise, pour les capitalistes, c’est l’occasion de licencier ou de précariser un peu plus les travailleurs et les travailleuses. Autre exemple : en plus des 524 000 chômeurs de plus en deux mois aux États-Unis, 844 000 salarié-e-s se sont vus imposer des temps partiels non souhaités.

En France, Sarkozy n’a même pas pris soin de maquiller la supercherie. Promettant un « traitement social » de la crise, il a en fait annoncé fin octobre la libéralisation sans frein du recours aux CDD pour les PME, au motif que si en période de forte croissance un CDD en plus c’est un CDI en moins, à l’inverse en phase de ralentissement, un CDD en plus c’est un chômeur en moins. Pendant que Sarkozy débitait ces sottises, ce sont les intérimaires qui ont subi les premiers les conséquences de la crise.

Sur la liste des cadeaux au patronat, on trouve également un gel de la taxe professionnelle sur les investissements jusqu’en 2010, ou encore un « fonds public d’intervention » pour les « entreprises stratégiques ». Autre remède à la crise : le travail le dimanche. On se demande bien où peut être le rapport…

Anticipant sur l’échec de ces mesures, qui de toutes manières ne sont pas destinées à sauvegarder l’emploi, Sarkozy a pris soin de prédire que les licenciements étaient « inévitables ».

Face à ces discours pseudo-fatalistes qui ne sont que des alibis à contre-réformes, une seule réponse possible : la lutte sociale !

Vincent Nakash (AL Paris-Sud)

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org/
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

Front page

International anarchist solidarity against Turkish state repression

Declaración Anarquista Internacional por el Primero de Mayo, 2022

Le vieux monde opprime les femmes et les minorités de genre. Leur force le détruira !

Against Militarism and War: For self-organised struggle and social revolution

Declaração anarquista internacional sobre a pandemia da Covid-19

La révolution du Rojava a défendu le monde, maintenant le monde doit défendre la révolution du Rojava!

Anarchist Theory and History in Global Perspective

Trans Rights is a Class Issue

Capitalism, Anti-Capitalism and Popular Organisation [Booklet]

AUKUS: A big step toward war

Reflexiones sobre la situación de Afganistán

Αυτοοργάνωση ή Χάος

South Africa: Historic rupture or warring brothers again?

Declaración Anarquista Internacional: A 85 Años De La Revolución Española. Sus Enseñanzas Y Su Legado.

Death or Renewal: Is the Climate Crisis the Final Crisis?

Gleichheit und Freiheit stehen nicht zur Debatte!

Contre la guerre au Kurdistan irakien, contre la traîtrise du PDK

Meurtre de Clément Méric : l’enjeu politique du procès en appel

Comunicado sobre el Paro Nacional y las Jornadas de Protesta en Colombia

The Broken Promises of Vietnam

Premier Mai : Un coup porté contre l’un·e d’entre nous est un coup porté contre nous tou·tes

Federasyon’a Çağırıyoruz!

Piştgirîye Daxuyanîya Çapemenî ji bo Êrîşek Hatîye li ser Xanîyê Mezopotamya

Les attaques fascistes ne nous arrêteront pas !

© 2005-2022 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]