Benutzereinstellungen

Le sociocide colombien

category vénézuela / colombie | répression / prisonniers et prisonnières | opinion / analyse author Dienstag Februar 27, 2018 04:33author by José Antonio Gutiérrez D. Report this post to the editors

Il est temps d'attraper le taureau par les cornes. La première chose est de reconnaître le caractère exceptionnel de cette vague de criminalité qui secoue la Colombie et que, faute d'un meilleur mot, j’appellerais un sociocide, parce que nous faisons face à une tentative de réprimer violemment un secteur de la société et tout le tissu social qui l'entoure, par la suppression létale de ses représentants visibles.
asesinatos_de_lideres_sociales__en_enero_de_2018_1.jpg


Le sociocide colombien

La situation des (non-)droits humains en Colombie est extrêmement préoccupante. Au lieu d'ouvrir la porte à la paix et à l'espoir, l'après-accord avec les FARC-EP apparaît comme une période marquée par l'incertitude et la violence. Alors qu’on fait des comptes joyeux sur la réduction des morts violentes de membres des forces dites de sécurité, du côté des organisations et des mouvements populaires et de gauche, la réalité est terrifiante.La guerre sale continue et augmente. Il ne se passe guère de jour sans l’assassinat d’un dirigeant populaire. Rien qu’en janvier de cette année, 27 dirigeants sociaux ont été tués, pratiquement un par jour. Inutile de préciser que l'épicentre de cette guerre sale se trouve dans le sud-ouest de la Colombie, qui a été le théâtre le plus critique de conflit social et armé dans le pays. Les cartes des deux violences se chevauchent, révélant le lien intime qui les unit.

Tout cela se passe au nez et à la barbe des forces répressives de l'État, qui ont un déploiement sans précédent sur tout le territoire national. Ces forces, si efficaces dans la lutte contre les flambées d’insurrection, sont impuissantes face à l'avancée du paramilitarisme et des tueurs à gages. En vérité ce n'est pas de l'impuissance, mais un manque de volonté, car l'alliance perverse entre le paramilitarisme et les corps de l’État n'a pas été démantelée. Elle n'a même pas été reconnue, car le gouvernement continue de nier l'évidence: le paramilitarisme existe et se renforce sur l'ensemble du territoire national. C'est comme l'alcoolisme. Si vous voulez surmonter votre problème, vous devez d'abord le reconnaître. Le refus de l'État de reconnaître le problème paramilitaire est la preuve flagrante du manque de volonté politique pour mettre fin à ce massacre préventif. Je dis préventif, parce que l’objectif poursuivi avec cette tuerie semble être d’éviter tout progrès, si petit soit-il, de forces politiques et sociales alternatives au bloc oligarchique au pouvoir. Dans cet ordre d'idées, l'assassinat de dirigeants sociaux et de défenseurs des droits humains est l'élément clé de ce type de violence de la part des puissants contre ceux qui remettent en question leur pouvoir et leurs privilèges.

Il est temps d’affronter ce problème dans son ampleur réelle et de commencer à demander quelque chose de plus que le châtiment des responsables intellectuels et matériels de ce véritable génocide en cours. Il est temps de comprendre la gravité particulière de ces crimes systématiques et d'exiger un traitement différencié pour ce type de violence. Je précise d'avance que je ne suis pas un expert en droit ou quoi que ce soit d’approchant, mais je pense que nous devrions commencer à appeler les choses par leur nom. Comme l'assassinat systématique de femmes dans le contexte des relations asymétriques et inégales de genre a été appelé féminicide, pour mettre en évidence la nature particulièrement grave de ce type de violence meurtrière, il est temps de commencer à parler de sociocide. C'est-à-dire le meurtre systématique de dirigeants sociaux et de défenseurs des droits humains comme stratégie pour éviter toute remise en question de l'ordre social en vigueur.

Ce type de crime mérite un traitement spécial car il est particulièrement grave et a un effet multiplicateur sur la société, créant de l'apathie et de la terreur. Les forces sinistres qui tiennent la gâchette le savent bien, qui stigmatisent les victimes potentielles dans les médias et dans les institutions étatiques qui facilitent ce massacre à partir des services de renseignement et des organes de répression. C'est pourquoi ils l'appliquent avec un tel enthousiasme. Ils savent qu’en tuant un dirigeant social, on terrorise toute une communauté de centaines, voire de milliers de personnes. L'assassinat sélectif est aussi efficace que les massacres paramilitaires du début du millénaire. Il paralyse, réduit au silence, muselle, démobilise. C'est pourquoi ces types de crimes ne peuvent plus être traités de la même manière qu'un meurtre commis lors d’une bagarre d’ivrognes ou, pour parler comme un ministre, pour une simple histoire de cul. Le meurtre d'un dirigeant social doit être traité avec plus de rigueur, puisque chaque meurtre d'un dirigeant ou d'un défenseur équivaut à tuer cent personnes. De plus, le problème est encore plus grave que le simple calcul quantitatif: à travers le meurtre du dirigeant, il s'agit en fait de tuer le tissu social.

Ce châtiment exemplaire doit être appliqué non seulement aux forces matérielles derrière cette hécatombe sans fin: il doit également s’appliquer aux instigateurs et aux forces qui, dans les médias, encouragent cette culture de la violence contre des contestataires de l’establishment. Il est temps d'attraper le taureau par les cornes. La première chose est de reconnaître le caractère exceptionnel de cette vague de criminalité qui secoue la Colombie et que, faute d'un meilleur mot, j’appellerais un sociocide, parce que nous faisons face à une tentative de réprimer violemment un secteur de la société et tout le tissu social qui l'entoure, par la suppression létale de ses représentants visibles. Nous devons secouer l'indifférence et cette culture dans laquelle l’assassinat des nôtres s'est normalisé. Nous ne sommes pas confrontés à une série de meurtres et de crimes sans lien entre eux : nous avons affaire à un massacre systématique, depuis plusieurs décennies, favorisé par un environnement hostile dans lequel les médias exacerbent la haine et normalisent la mort. La gravité de la situation mérite des mesures tout aussi exceptionnelles.

José Antonio Gutiérrez D.
25 Août, 2018

photo4945295778239326194_1.jpg

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
#Nobastan3Causales: seguimos luchando por aborto libre en Chile

Hauptseite

Alan MacSimóin (1957-2018)- Rest In Power

[Colombia] Entre la crisis actual y las posibilidades latentes

Nota sobre o atual cenário da luta de classes no Brasil

Devrimci Anarşist Faaliyet: "The state’s project of eliminating revolutionary opposition hasn’t finished yet"

Μετά την καταστροφή τι;

Aufruf zur Demonstration am 2.9.2018 in Unterlüß "Rheinmetall entwaffnen – Krieg beginnt hier"

Mass protest in central and southern Iraq

Ecology in Democratic Confederalism

[Colombia] Perspectivas sobre la primera vuelta de las elecciones presidenciales de Colombia 2018

Call for Solidarity with our Russian Comrades!

8 reasons anarchists are voting Yes to Repeal the hated 8th

Comunicado de CGT sobre la Nakba, 70 años de dolores para el Pueblo Palestino

[ZAD] Les expulsions ont commencé, la zad appelle à se mobiliser

Assassinato Político, Terrorismo de Estado: Marielle Franco, Presente!

La Huelga General del 8 de Marzo, un hito histórico

A intervenção federal no Rio de Janeiro e o xadrez da classe dominante

Halklarla Savaşan Devletler Kaybedecek

Σχετικά με τον εμπρησμό

Ciao, Donato!

[Uruguay] Ante el homicidio de un militante sindical: Marcelo Silvera

[Argentina] Terrorista es el Estado: Comunicado ante el Informe Titulado "RAM"

[Catalunya] Continuisme o ruptura. Sobre les eleccions del 21D

Reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël : de l'huile sur le feu qui brûle la Palestine

Noi comunisti anarchici/libertari nella lotta di classe, nell'Europa del capitale

Vénézuela / Colombie | Répression / prisonniers et prisonnières | fr

Do 13 Dez, 12:19

browse text browse image

460_0___30_0_0_0_0_0_esmad_1.jpg imageDéclaration Internationale Contre la Brutalité Policière et la Répression de la Jeunesse en Colombie 20:01 So 15 Aug by Red Libertaria Popular Mateo Kramer - RLPMK 0 comments

Depuis que la répression a pris de terribles proportions en Colombie, le mécanisme de la violence absolu sert à imposer un régime terroriste mafieux, une enclave servile aux intérêts impérialistes des États-Unis dans la région. Le régime actuel exprime la politique la plus sévère de la violence de classe contre les travailleur-euse-s de la région. Cette situation n'est pas seulement dommageable pour les Colombien-ne-s, mais elle représente une menace pour tous les peuples d'Amérique Latine. Les organisations libertaires qui ont signé cette déclaration l'ont fait dans le but de montrer leur solidarité au mouvement libertaire en Colombie. Tout comme le reste des mouvements populaires, ces organisations savent qu'on ne fait pas de quartier dans la lutte contre le Terrorisme d'État et l'Impérialisme.
[English]

imageColombie - Arbitraire et injustice pour les gueux : à propos des détenus de La Marina (Tolima) Feb 07 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

Le 25 janvier devait se dérouler une nouvelle audience dans le cadre du procès contre les huit dirigeants paysans de La Marina accusés de "soutien à la subversion" et de rébellion. Edwin Lugo Caballero, José Norbey Lugo Caballero, Arcesio Díaz, Aycardo Morales Guzmán, Saan Maceto Marín, Fredynel Chávez Marín, Alexander Guerrero Castañeda et Armando Montilla Rey (ce dernier originaire de RíoBlanco), ont été accusés par des faux "guérilléros démobilisés", témoins à la solde du réseau de collabos, dans le cadre de la persécution qui sévit dans les zones de consolidation militaire contre toute forme d’organisation du peuple. [Castellano]

imageDéclaration Internationale Contre la Brutalité Policière et la Répression de la Jeunesse en Colombie Aug 15 0 comments

Depuis que la répression a pris de terribles proportions en Colombie, le mécanisme de la violence absolu sert à imposer un régime terroriste mafieux, une enclave servile aux intérêts impérialistes des États-Unis dans la région. Le régime actuel exprime la politique la plus sévère de la violence de classe contre les travailleur-euse-s de la région. Cette situation n'est pas seulement dommageable pour les Colombien-ne-s, mais elle représente une menace pour tous les peuples d'Amérique Latine. Les organisations libertaires qui ont signé cette déclaration l'ont fait dans le but de montrer leur solidarité au mouvement libertaire en Colombie. Tout comme le reste des mouvements populaires, ces organisations savent qu'on ne fait pas de quartier dans la lutte contre le Terrorisme d'État et l'Impérialisme.
[English]

© 2005-2018 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]