user preferences

Résistons à la hausse des tarifs!

category brésil/guyane/suriname/guinée française | luttes dans la communauté | communiqué de presse author Sunday June 23, 2013 09:43author by Coletivo Anarquista Bandeira Negra - CABN-CAB Report this post to the editors

Le pays est secoué par les manifestations dans la lutte pour les transports publics. Au début de la semaine il y a eu des manifestations massives à Belo Horizonte, Rio de Janeiro, Sao Paulo et des dizaines d'autres villes Le Congrès de Brasilia a été occupé par les manifestants, tout comme l'Assemblée Législative à Rio de Janeiro. A la date d'aujourd'hui, Porto Allegre, Goiania, Natal, Recife et d'autres villes ont déjà obtenu une réduction des tarifs, et les perspectives de victoires sont toujours vivantes dans d'autres villes. [Português]
320709_142593575844419_2108682953_n.jpg


Résistons à la hausse des tarifs!


Le pays est secoué par les manifestations dans la lutte pour les transports publics. Au début de la semaine il y a eu des manifestations massives à Belo Horizonte, Rio de Janeiro, Sao Paulo et des dizaines d'autres villes Le Congrès de Brasilia a été occupé par les manifestants, tout comme l'Assemblée Législative à Rio de Janeiro. A la date d'aujourd'hui, Porto Allegre, Goiania, Natal, Recife et d'autres villes ont déjà obtenu une réduction des tarifs, et les perspectives de victoires sont toujours vivantes dans d'autres villes.

La criminalisation de la protestation et la réponse brutale de la police ont été un des facteurs qui a renforcé les manifestations. Des centaines de camarades ont été arrêtésE puis relâchéEs après avoir payé un caution exorbitante, dans une tentative de faire taire et d'intimider les exigences populaires. La répression violente de la police a été l'étincelle pour le peuple, qui est comme un baril de poudre, et les manifestations sont de plus en plus massives..

Les secteurs réactionnaires te les médias, qui ont durement critiqué et criminalisé les manifestations, battent maintenant en retraite face à la détermination des gens dans la rue. Leur stratégie a été très claire : ils essaient de « dompter » les manifestations en prêchant le pacifisme, l'inertie et en proposant des programmes qui n'auront pas de réalisations concrètes.

Les gens n'étaient cependant pas endormis jusqu'à la semaine dernière. Aucun de nos droits ne nous a été offerts en cadeau – ils ont été conquis. Les capitalistes tirent des profits de la marchandisation des droits sociaux (santé, éducation, transports, etc...); et l'État et ses gouvernements sont le moteur de cet état des choses. Parler d'un « pays meilleur », d'un « meilleur usage des impôts » ou « s'opposer à la corruption » revient à faire fausse route, car c'est ignorer la nature réelle de l'État capitaliste. La corruption fait partie intégrante de ce système, qui a créé des lois pour maintenir la domination de la classe dirigeante. Ceux qui se plaignent de la violation des règles du jeu ne font, finalement, que légitimer la façon dont ce jeu fonctionne : ce n'est pas seulement la corruption qui est injuste, mais bien le système capitaliste dans son ensemble, basé sur l'exploitation et l'oppression de la classe ouvrière.

Nous devons réfléchir à nos priorités et lutter objectivement contre les problèmes que les gens rencontrent. Notre solidarité s'exprime pour celles et ceux à la base. Ainsi, nous entendons que nous ne sommes pas là pour chanter des hymnes et hisser le drapeau du pays: le nationalisme n'est qu'un instrument de réconciliation entre les classes, qui nous unit à nos ennemis sous le même bannière (les patrons de transport et le maire sont également brésiliens et « contre la corruption »).

Florianopolis a une longue tradition de lutte pour les transports, telle les «émeutes des rochets » de 2004 et 2005, au cours desquelles les luttes populaires ont également obtenu le retrait de la hausse des tarifs par l'action directe et grâce au gens qui étaient descendus dans les rues. Une culture de la revendication sur ce sujet est née dans cette ville, qui a culminé avec la défense du Tarif Zéro - un modèle où le transport public est gratuit, financé par les secteurs les plus riches de la société et sous contrôle populaire. La force des manifestations à travers le pays et la mesure dans laquelle le sujet est débattu en ville signifie que le Tarif Zéro est notre objectif stratégique, et il y a une possibilité réelle de le gagner.

Nous sommes dans les rues non seulement pour lutter pour le Tarif Zéro, mais aussi contre la criminalisation des exigences populaires, et en solidarité avec les luttes dans les autres villes ! Jour après jour nous allons construires nos outils d'organisation et accumuler de la force sociale, face à la violence d'un sytème qui exclut la plus grande partie de la population des richesses produites ; violence également d'un système qui même abondant ne réserve que la misère, la faim et la pénurie pour les pauvres, violence des expulsions et de la répression de la police qui résultent des travaux pour de grands évènements comme la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques. Violence de la réalité à laquelle les gens sont soumis.

Il est temps de renforcer l'organisation des opprimés, à travers nos mouvements sociaux, les organisations de travailleurs et d'étudiants, les espaces communautaires et culturels. Seule leur articulation, basée sur l'indépendance de classe, est capable de créer force suffisante pour influencer la direction de la société. C'est essentiel pour parvenir à contenir les attaques de la classe dirigeante et accumuler les forces pour faire pencher la balance en notre faveur, pour progresser vers nos objectifs d'une société sans classe, de liberté et de justice. Les possibilités et les limites de manifestations dans le pays sont contestées: il est temps de descendre dans les rues!

Lutter, Créer, Pouvoir Populaire !

Coletivo Anarquista Bandeira Negra

Collectif Anarchiste Drapeau Noir – Membre de la Coordination Anarchiste Brésilienne (CAB)

Traduction : Coordination des Groupes Anarchistes - Secrétariat aux Relations Internationales

Related Link: http://www.cabn.libertar.org/
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
¿Què està passant a Catalunya?

Front page

Hands off the anarchist movement ! Solidarity with the FAG and the anarchists in Brazil !

URGENTE! Contra A Criminalização, Rodear De Solidariedade Aos Que Lutam!

¡Santiago Maldonado Vive!

Catalunya como oportunidad (para el resto del estado)

La sangre de Llorente, Tumaco: masacre e infamia

Triem Lluitar, El 3 D’octubre Totes I Tots A La Vaga General

¿Què està passant a Catalunya?

Loi travail 2017 : Tout le pouvoir aux patrons !

En Allemagne et ailleurs, la répression ne nous fera pas taire !

El acuerdo en preparacion entre la Union Europea y Libia es un crimen de lesa humanidad

Mourn the Dead, Fight Like Hell for the Living

SAFTU: The tragedy and (hopefully not) the farce

Anarchism, Ethics and Justice: The Michael Schmidt Case

Land, law and decades of devastating douchebaggery

Democracia direta já! Barrar as reformas nas ruas e construir o Poder Popular!

Reseña del libro de José Luis Carretero Miramar “Eduardo Barriobero: Las Luchas de un Jabalí” (Queimada Ediciones, 2017)

Análise da crise política do início da queda do governo Temer

Dès maintenant, passons de la défiance à la résistance sociale !

17 maggio, giornata internazionale contro l’omofobia.

Los Mártires de Chicago: historia de un crimen de clase en la tierra de la “democracia y la libertad”

Strike in Cachoeirinha

(Bielorrusia) ¡Libertad inmediata a nuestro compañero Mikola Dziadok!

DAF’ın Referandum Üzerine Birinci Bildirisi:

Cajamarca, Tolima: consulta popular y disputa por el territorio

© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]