user preferences

8 Mars : Quand c’est trop, c’est la grève !

category france / belgique / luxembourg | genre | opinion / analyse author Monday March 11, 2013 22:09author by Elisa (AL Toulouse) - Alternative libertaire Report this post to the editors

Au fil du temps, la journée du 8 mars s’est institutionnalisée pour devenir la « Journée de LA femme », célébration symbolique passant opportunément sous silence qu’il s’agit en réalité d’une journée de lutte. Pour se la réapproprier, une idée folle est née : la grève des femmes !

8m.jpg


8 Mars : Quand c’est trop, c’est la grève !


Au fil du temps, la journée du 8 mars s’est institutionnalisée pour devenir la « Journée de LA femme », célébration symbolique passant opportunément sous silence qu’il s’agit en réalité d’une journée de lutte. Pour se la réapproprier, une idée folle est née : la grève des femmes !

Au départ en 2012, quelques nanas motivées de Mix-Cité et de Solidaires. Il n’en fallut pas plus pour que, malgré la prétendue « folie » du projet, un collectif large se monte à Toulouse. Cela faisait plus de soixante ans qu’une grève de femmes n’avait pas eu lieu en France. « C’est apparu comme une évidence. Le 8 mars a repris un sens », estime Julie (militante à Mix-Cité et à Solidaires).

Ainsi, se sont réunis des associations féministes, des planning familiaux, des centres d’hébergement pour femmes, des syndicats (Solidaires, CNT, Snetap-FSU, Aget-FSE), des organisations et des associations (Alternative libertaire, Attac, Alternatifs, NPA). Le but : protester contre les différences salariales, les différences dans les progressions de carrière, les « violences au travail », le temps partiel subi, les pensions de retraite inférieures de 48 % à celles des hommes. Les femmes sont les premières touchées par la crise, et les mesures antisociales les précarisent d’autant plus, touchant en particulier les familles monoparentales où 86 % des parents sont des femmes.

Par la grève, la place et l’importance de l’activité des femmes dans la société sont rendues réellement visibles. Si 52 % de la population cesse de travailler, la société est bloquée. Et ce d’autant plus que certains secteurs d’activités employant en grande majorité des femmes, comme la petite enfance, le soin et l’entretien, sont des secteurs clés. En ne se limitant pas au travail domestique et en investissant le monde du travail, la grève des femmes se donne les moyens de conquérir une visibilité dans l’espace public.

Un inattendu…

Si l’idée a parlé à nombre de femmes non politisées, pour qui la non-mixité de l’appel n’a pas posé de problème, les choses furent plus compliquées dans la sphère militante. La FSU et la CGT (malgré l’intérêt de certaines de leurs militantes) avaient refusé de signer l’appel à cause de cela, et Solidaires s’est retrouvée très divisée sur la question.

Pourtant, la non-mixité permet d’affirmer de manière symbolique le droit des femmes à reprendre la rue, sans avoir à subir le racolage et le harcèlement de certains hommes. Le droit aussi de se montrer en tant qu’êtres politiques autonomes, alors que les hommes continuent le reste de l’année à tenir le haut du pavé dans le monde politique et syndical. C’est aussi la garantie d’une lutte auto-organisée par les principales intéressées, non récupérée par des groupes qui en font une question largement secondaire, voire périphérique.

Et au final, qu’est-ce qu’un jour sur 365 ? Les hommes auraient-ils peur de perdre le contrôle ? Le féminisme, devenu l’apanage de quelques spécialistes au sein des organisations et des syndicats, et regardé avec méfiance, nécessite beaucoup de pédagogie encore aujourd’hui. La réserve et la mauvaise volonté (consciente ou inconsciente) de certain-e-s n’a pas facilité les choses. Pour les camarades qui ont défendu le projet, ça a été très lourd en interne. « Les syndicats ont une énorme responsabilité quand ça ne marche pas, parce qu’ils n’y croient pas », selon Julie. Heureusement, les féministes de Toulouse y ont cru, se sont unies malgré les divergences et le résultat fut largement au-dessus de leurs espérances.

… succès !

Entre 600 et 800 femmes défilèrent ce jour-là, dans une manifestation vivante, animée par des performances d’artistes (femmes pour une fois). Devant le Théâtre national de Toulouse, c’est la vision des femmes véhiculée par une culture faite par les hommes qui est dénoncée. Devant la préfecture, c’est la double oppression des femmes immigrées et sans-papiers. Et devant un centre commercial, la femme-objet, utilisée à des fins commerciales. On était bien loin des manifestations convenues habituelles du 8 mars, défilés d’organisations affichant leur féminisme bien-pensant quand elles ne se contentent pas de s’afficher tout court.

La grève fit fermer au moins trois crèches, une douzaine de Centres de loisirs associés à l’école (CLAE) et cantines, et plusieurs centres d’hébergement pour femmes. Les sages-femmes de l’hôpital Joseph Ducuing qui ne pouvaient pas faire grève affichèrent leur soutien avec les badges du collectif. Elle perturba aussi les écoles primaires de la ville. Certaines femmes, avec parfois plus de vingt ans d’ancienneté, firent grève pour la première fois, parce que ça leur parlait. Pour une grève dont les préavis n’ont été déposés que par quelques syndicats de Solidaires, ce n’est pas mal du tout ! Les autres ont dû admettre qu’ils avaient manqué le coche.

2013-2014 : la grève encore !

Et cette année, c’est rebelote à Toulouse. L’appel cette fois est mixte du fait de la pression des syndicats qui menaçaient de ne pas se réengager. Et sans syndicat, pas de grève… Si la FSU s’est finalement associée au projet, la CGT n’a pas daigné répondre à l’invitation. La non-mixité n’était-elle donc qu’une excuse ? La mixité ne risque-t-elle pas de faire perdre un peu de son sens et de sa radicalité au projet, et de permettre sa récupération ? Cette deuxième expérience permettra en tout cas de répondre à ces questions.

Ce qui est sûr, c’est que les vacances tombent mal cette année, le milieu scolaire ayant été le plus mobilisé l’an dernier. Mais cela ne doit pas nous démotiver, et il faut d’ores et déjà penser plus loin. Pourquoi ne pas étendre cette grève à toute la France en 2014 ? L’idée a fait mouche un peu partout et Solidaires s’est déjà positionnée pour. Le Forum social européen de Florence de 2012 a appelé à faire des « actions européennes d’affirmation de l’émancipation des femmes contre l’austérité et la dette », et bien que cet appel soit à la « sauce dém » et limité aux questions économiques, cela a permis de faire venir dans le collectif le Parti de gauche, la Gauche anticapitaliste, Convergences et alternative et Europe écologie les verts. Si les syndicats et organisations s’engagent au niveau national, cette grève pourrait avoir un sacré écho. Un appel national permettrait aussi une plus grande autonomie des groupes féministes, des initiatives multiples et originales, et surtout, de donner un nouveau souffle à cette journée et aux luttes des femmes en général.

Mais nous devons aussi rester vigilantes à ce qu’elle ne perde ni sa radicalité ni son pouvoir de subversion. Mieux vaut des débats houleux qu’un acquiescement dû à une indifférence convenue. Faire de ce projet une réalité sera un des objectifs d’Alternative libertaire pour l’année à venir. Les syndicats et organisations, tenus pour l’essentiel par des hommes, doivent se mouiller et prouver qu’ils sont prêts à s’engager sur ces questions. Car les groupes féministes, ultra-divisés aujourd’hui, tiennent là un bon moyen de s’unir pour refaire du féminisme une lutte vivante et offensive, une lutte qui s’adresse à toutes les femmes, et non à quelques spécialistes. N’en déplaise au patriarcat qui nous gangrène.

Elisa (AL Toulouse)

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Revista "Socialismo Libertário" num. 2

Latest News

France / Belgique / Luxembourg | Genre | fr

Thu 17 Apr, 09:04

browse text browse image

dessincolloghanaloct12258x500.jpg imageCampagne Pour l’égalité des salaires 18:56 Thu 20 Dec by Odile 0 comments

text« Vivre sans entrave, vivre librement, nous le voulons dès maintenant ! » 03:15 Tue 04 Dec by CGA 0 comments

lerenouveaudufeminismem56667.jpg imageLa lutte contre le viol et les violences faites aux femmes est une nécessité ! 17:32 Sat 24 Nov by Coordination des Groupes Anarchistes 0 comments

textAucune complaisance avec le viol ! 15:38 Wed 14 Nov by Relations Extérieures de la CGA 0 comments

femminisme.gif imageDroits des femmes: L’IVG menacée 23:27 Mon 12 Mar by Violaine 0 comments

textDroit des femmes : des conquêtes menacées et encore beaucoup à gagner 23:28 Wed 22 Apr by Relations Extérieures de la CGA 0 comments

textPour une révolution sexuelle, féministe, libertaire et anticapitaliste 17:41 Tue 18 Mar by AL - Commission Antipatriarcat 0 comments

Opinion and Analysis

imageContre un féminisme complice du patriarcat Dec 19 by Christine 0 comments

imageAvortement, sexualité, contraception: On veut choisir May 11 by Alternative Libertaire Bordeaux 0 comments

imageProstitution: Le cheval de Troie du capitalisme Feb 15 by Irène 0 comments

textFéminisme et lutte homosexuelle : Pas mariés et fiers Jul 04 by Anne Arden 1 comments

textFéminisme et mouvement libertaire Jun 27 by Christine (AL Alençon) et Camille Anias (AL Tours) 0 comments

more >>
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]