user preferences

Tierra y libertad!

category ibérie | luttes dans la communauté | nouvelles author Friday December 28, 2012 22:42author by Alternative Libertaire - Commission Ecologie Report this post to the editors

Depuis plusieurs mois des journaliers agricoles occupent des terres à Somonte (Andalousie) à l’initiative du SOC-SAT [1] dans un contexte de spéculation foncière. Malgré la répression, les journaliers maintiennent leur occupation et diversifient leur action. Reste à voir si ces luttes d’occupation pourront converger avec le reste du mouvement social.

somonte.jpg

Depuis le 4 mars, des ouvriers agricoles, dans leur majorité adhérents au SAT, occupent une propriété de 400 hectares qui devait être mise en vente par le gouvernement socialiste andalou dans le cadre d’une vaste campagne de spéculation. La majorité des terres andalouses est possédée par une minorité de grands propriétaires qui en profite pour toucher de grasses subventions européennes. À l’opposé, le quotidien reste difficile pour la majorité des travailleurs journaliers (jornaleros) dans un contexte d’austérité féroce où 33 % de la population andalouse est au chômage. Ces paysans sans terre survivent avec des aides gouvernementales qui chutent – environ 400 euros par mois – alors que la majorité des terres est laissée en friche ou est destinée à de pseudo projets écologiques comme la production de biocarburants ou l’installation de panneaux solaires. L’autonomie des occupantes et occupants est assurée par la mise en place d’une ferme autogérée. La vie collective témoigne d’une vraie solidarité qui s’oppose à l’individualisme généralisé. Le fonctionnement horizontal est assuré par une assemblée générale quotidienne.

Occupation des terres et autogestion

De nombreux soutiens locaux, nationaux voire internationaux affluent sur place. À terme, l’occupation des 400 hectares pourrait nourrir plusieurs milliers de personnes. Les autorités ont riposté par une campagne calomnieuse dans les médias puis par des poursuites judiciaires qui ont abouti à l’expulsion du campement le 26 avril. Malgré la pression policière quotidienne, l’occupation a repris et dure encore. Le SAT renoue aujourd’hui avec sa tradition de luttes d’occupations. Suite à une lutte acharnée à Marinaleda en 1985, les jornaleros avaient obtenu la création d’une coopérative sur les terres occupées en échange d’une indemnisation du propriétaire par la région. Le SAT revendique la mise en place d’une vraie réforme agraire et un droit à l’autonomie alimentaire. Ici, la théorie et l’expérience des luttes construisent les bases d’une autre agriculture. Le SAT ne fait que reprendre une vieille revendication du peuple andalou. Comme le dit Lola, porte-parole du SAT: «La propriété privée c’est le vol. La terre c’est comme l’eau ou l’air, cela ne peut appartenir à personne».

Un syndicalisme d’action directe

Après Somonte, le SAT a occupé fin juillet une propriété militaire à Las Turquillas. Ici, seule 20 hectares sur 1 200 sont utilisés. L’État rencontre des difficultés à organiser la répression à cause de la réduction drastique de postes. Pour autant, l’expulsion définitive a eu lieu le 10 août. La grande marche organisée début septembre a permis au SAT de populariser les luttes d’occupation. Plusieurs milliers de personnes ont traversé la campagne andalouse jusqu’à Séville. La nourriture récupérée à l’occasion de réquisitions dans des supermarchés a ensuite été distribuée à des familles pauvres. La dégradation du contexte social explique en partie l’évolution des formes de luttes depuis 2011. Pour autant, la révolution est encore loin et la convergence avec le reste du mouvement social reste à faire. Ainsi, le SAT appelle aujourd’hui à la constitution d’un large front anti-austérité. Occuper la terre reste un modèle exemplaire et efficace en ces temps d’austérité. Se réapproprier la terre, se réapproprier sa vie, les révolutionnaires de 1936 l’exprimaient ainsi: «La terre est à qui la travaille».

Commission Ecologie d’AL


[1] Le SOC-SAT : Syndicat des ouvriers des champs-Syndicat des travailleurs andalous, fusionnés en 2007. Fondé en 1977, il lutte depuis la fin du franquisme contre la structure féodale de l’Andalousie.

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

Ibérie | Luttes dans la communauté | Nouvelles | fr

Mon 22 Dec, 23:22

browse text browse image

Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.
Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.
Sorry, no press releases matched your search, maybe try again with different settings.
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]