user preferences

Position de l'Alliance Anarchiste Révolutionnaire sur les événements du 1er décembre

category amérique du nord / mexique | mouvement anarchiste | nouvelles author Friday December 07, 2012 22:57author by Alianza Anraquista Revolucionaria - ARR Report this post to the editors

Le 1er décembre 2012 a eut lieu la cérémonie de la démocratie bourgeoise qui concluait officiellement la sanglante administration de Felipe Calderón, qui transmet ainsi la charge présidentielle au criminel Enrique Peña Nieto. En réalité il s'agit de la continuité d'un modèle politique et économique prédateur qui continuera a dégrader les conditions d'existence de la classe ouvrière, pour continuer à assurer les intérêts des grandes capitales. La cérémonie a eut lieu au milieu d'un déploiement excessif de forces de sécurité incluant une collaboration des organes de renseignements de l'Etat Majeur Présidentiel avec la Police Fédérale Préventive et divers corporations de la sécurité de la capitale.

[Castellaño]

mexico_manifestaciones_1.jpg


Position de l'Alliance Anarchiste Révolutionnaire sur les événements du 1er décembre

Aux organisations sociales
Aux médias
A la classe ouvrière en général


Le 1er décembre 2012 a eut lieu la cérémonie de la démocratie bourgeoise qui concluait officiellement la sanglante administration de Felipe Calderón, qui transmet ainsi la charge présidentielle au criminel Enrique Peña Nieto. En réalité il s'agit de la continuité d'un modèle politique et économique prédateur qui continuera a dégrader les conditions d'existence de la classe ouvrière, pour continuer à assurer les intérêts des grandes capitales. La cérémonie a eut lieu au milieu d'un déploiement excessif de forces de sécurité incluant une collaboration des organes de renseignements de l'Etat Majeur Présidentiel avec la Police Fédérale Préventive et divers corporations de la sécurité de la capitale. Les actions qui se sont déroulées dans un premier temps, comme celle de la flagrante agression contre la communauté environnante en violant son espace de transition et d'activités quotidiennes, dérivant du blocus de sécurité et des barrages policiers ont rencontré dès le début le rejet explicite aussi bien du voisinage que d'amples secteurs de la société. le déploiement excessif des forces de sécurités que nous comprenons comme une provocation claire de l'administration fédérale entrante en direction de l'ensemble de la population, afin de signifier dès son commencement la manière dont sera propagé l'incertitude, la terreur et la violence.

Tel est le cadre dans lequel des milliers de personnes et de nombreuses organisations sociales de tout le pays se sont rassemblés à proximité du Palais Législatif de San Lazaro pour protester contre l'acte de possession de Enrique Peña Nieto. Les attaques de la police ne se sont pas faites attendre, en jetant des gaz lacrymogènes et des balles caoutchouc qui visaient directement les manifestants, causant des dommages graves et irréversibles aux compagnons. ces agressions augmentèrent la tension, la rage, le sentiment d’impuissance et le mécontentement généralisé. C'est devant ces attaques que les secteurs sociaux ont commencé à user de la légitime défense. Ces tactiques d'auto-défense, qui répondirent à l'assaut policier avec son usage de la force disproportionné, comme les actions de sabotages qui eurent lieu, ne furent à aucun moment préméditées par les anarchistes ou quelque autre organisation. Ces actions rendent comptent de la frustration de divers secteurs face au désespoir qui prime dans la classe ouvrière qui voit ses conditions sans cesse paupérisées.

Nous reconnaissons les actions de sabotages et la confrontation directe contre les forces policières comme moyens légitimes de défense qui se développèrent durant de la manifestation de manière spontanée. Elles furent un recours employé par l'ensemble des organisations convoquées et également déployées par les personnes qui passe habituellement par la place, également désespérées par les condition d'existence qui poussent à l'agonie. Nous remarquons que les déclarations du Gouvernement du District Fédéral qui accusent ouvertement le mouvement anarchiste en général et certaines organisations en particulier ne correspondent pas à la manière dont se sont déroulés les faits. Il s'agit clairement d'une stratégie pour semer la désorganisation, la désarticulation du mouvement social et le mécontentement en ascendance visible, et d'un autre côté de criminaliser le mouvement anarchiste.

La conjoncture actuelle que nous traversons se présente à chaque fois en augmentant les tensions et antagonismes de classes. La crise généralisée du Capital qui fait reposer ses coûts sur le prolétariat, a rencontré des démonstrations de rejet tout autour de la planète. Le panorama national caractérisé par une recrudescence de signes de violence de l'Etat et du crime organisé, la négation des droits concédés par la démocratie bourgeoise dans son discours, tend à se montrer chaque fois plus hostile pour les familles de travailleurs. Le jeu d’échec du pouvoir continue de se mouvoir pour continuer à perpétuer les privilèges des élites économiques. La signature récente du "Pacte Pour le Mexique" par les sbires du pouvoir est une démonstration claire que l'administration entrante s'est positionnée pour mener jusqu'à ses ultimes conséquences le modèle néo-libéral actuel. Ce "pacte" trace les réformes structurelles qui permettront de plonger le prolétariat dans un état ​​de vulnérabilité totale.

Le retour du PRI au pouvoir exécutif avec Peña Nieto en tête était un mouvement nécessaire à la profondisation des reformes structurelles. Les antécédent criminels de l'actuel titulaire de l’exécutif avec la boucherie qu'il a ordonné à San Salvador Atenco, la vague croissante de féminicides, la place des groupes du crime organisé dans l'état qu'il gouvernait, tout comme les cas de corruptions documentés et d'enrichissement de membres de son cabinet (il suffit de parler d'Osorio Chong titulaire du gouvernement, qui a également permit aux Zetas d'agir en toute impunité quand il était gouverneur de l'Etat d'Hidalgo), sont des signes claires que l'administration utilisera les recours les plus néfastes pour mener à bien son projet de mort. Dans ce plan sont également alarmantes les initiatives de réforme de la loi de sécurité publique qui prétendent attribuer une capacité majeure à l'Etat pour liquider les moindres signes d'opposition politique que ce soit. Ce que nous interprétons comme un signe clair de provocation contre la société en général et le mouvement social et les groupes anarchistes en particulier. Cette question doit être considérée avec la plus grande précaution afin d'être préparés face à l'assaut de l'état assassin qui se montre clairement. Des actions responsables et conséquentes des secteurs actifs du prolétariat doivent pointer vers le déploiement d'une tactique et d'une stratégie qui nous permettra de réaliser comme une victoire immédiate la chute du régime du PRI avec tous ses alliés politiques PAN et le PRD.

L'anarchisme en tant que théorie et pratique révolutionnaires qui surgit dans un contexte historique spécifique du développement de la lutte de classes, reprend les intérêts authentiques du prolétariat jusqu'à son émancipation du capital et de sa dictature généralisée dans tous les aspects de l'existence. Nous ne sommes pas surpris de voir que d'amples secteurs de la population s'identifient avec ses principes généraux. L'Etat et la presse bourgeoise avec son appareil idéologique prétendent réduire l'anarchisme uniquement au désordre généralisé, le présentant à un tel niveau d'abstraction et d’ambiguïté qu'ils le délégitiment tel qu'il est: une théorie révolutionnaire authentique avec des principes politiques bien définis ainsi qu'une tactique et une stratégie concrètes.

Ainsi ils trouvent dans le mouvement anarchiste le bouc-émissaire idéal, auquel on peut attribuer l'origine des épisodes insurrectionnels, mésestimant et réduisant les manifestations de mécontentement de la classe ouvrière à de simples actes de vandalismes provenants de groupes isolés. En ultime instance on trouve les conditions concrètes d'exploitation et de violence qui maintiennent la classe ouvrière, celles qui se trouvent au fond des actions déployées ce premier décembre.

L’Alliance Anarchiste Révolutionnaire dénonce l'usage disproportionné de la force étatique, qui va des détentions arbitraires de plus d'une centaine de manifestants en allant jusqu'à appréhender des personnes qui ne faisaient que passer par là, sans remettre en cause l'usage de la violence.

Nous manifestons notre rejet total de l'opération déployée par le gouvernement de la Capitale, avec comme principal responsable, le criminel Marcelo Ebard, qui dans ses discours ne cesse de faire appel à l'équité et au respect des droits humains.

Nous signalons que le recours à la violence contre les manifestations légitimes du peuple s'est caractérisé indistinctement de la part des partis PRI, PAN et PRD, qui représentent le panorama actuel, chose très préoccupante pour les organisations qui constituent une opposition réelle.

Ainsi même nous exposons que les organisations Coordination Etudiante Anarchiste, Bloque Noir México et L’Appel de la Liberté (toutes trois membres de l'Alliance Anarchiste Révolutionnaire) et la Croix Noire Anarchiste, sont des groupes politiques qui depuis leurs revendications embrassent la théorie et la pratique anarchistes dans leur totalité, c'est à dire qu'à partir respectivement des luttes étudiantes, de la diffusion et de la propagande, et de la solidarité avec les prisonniers, elles apportent à la critique et à la lutte anarchistes, et avec ceci à la lutte révolutionnaire en général et que ceci va plus loin que la conjoncture actuel ou un jour de manifestation.

Le mouvement anarchiste organisé et sérieux au Mexique, est un projet embryonnaire qui à travers de quelques groupes et individus qui se revendiquent comme tel, ont rencontré dans cette posture les tactiques et propositions politiques nécessaires pour transformer la réalité en vigueur. Sans doute, le mouvement anarchiste tel quel, même si il croît, ne détient pas la capacité pour articuler, organiser ou conspirer une manifestation de l'envergure du 1er décembre et nous disons à nouveau que ce fût le prolétariat mexicain dans un exercice légitime de son auto-défense qui a manifesté énergiquement son mécontentement avec le retour du PRI et ce que cela représente.

Nous exigeons:

1. La libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers.

2. L'arrêt des persécutions contre le compagnon José Uriel Sandoval Diaz, étudiant de l'UACM qui est en ce moment à l'Hôpital Général après la perte de son œil occasionné par une balle en caoutchouc et que la police n'arrête pas d'accuser avec la menace de la détention. Ainsi même nous exigeons l’indemnisation des coûts immédiats et futurs.

3. L'arrêt de la fabrication de montages contre des groupes anarchistes maintenant une activité militante, tout comme la persécution et la satanisation médiatique qui se fait de l'anarchisme et des ses sympathisants en général.

Nous rendons responsables et dénonçons le Gouvernement Fédéral et celui de la capitale pour quelque tentative de détention que ce soit, enquête préliminaire, tenue de procès-verbaux ou tout autre action judiciaire contre des groupes ou individus anarchistes et reconnaissons ces tentatives comme une revanche politique afin de nous utiliser comme boucs émissaires.

La violence quotidienne à laquelle nous sommes soumis sous la dictature du Capital et de son organe de défense l'Etat (qui réduit nos conditions à la misère et au pourrissement, persécutant l'opposition politique avec les actes les plus vils qui distinguent l'appareil d'Etat: torture, prison, disparitions forcées, etc.), n'est en rien comparable aux signes de rage et de frustration que des secteurs conscients du prolétariat déploient comme tactique. Nous disons à partir de ce moment, que les anarchistes comme entité endogène du prolétariat nous embrassons et revendiquons les manifestations dignes du mécontentement du peuple, contribuant à ce que celles-ci croissent qualitativement.

Pour l'anarchie.
Pour l'émancipation totale du prolétariat.

Alianza Anarquista Revolucionaria conformada por los grupos: Bloque Negro, Colectivo Autónomo Magonista, Coordinadora Estudiantil Anarquista, Escarlata Revoltosa, Grupo Anarco Comunista, Grupo Bandera Negra, Juventud Libertaria, La llama de la libertad

Traduction, Comité Editorial d'Anarkismo.net

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Revolutionary Trade Unionism: The Road to Workers’ Freedom

Latest News

Amérique du Nord / Mexique | Mouvement anarchiste | Nouvelles | fr

Thu 24 Apr, 07:47

browse text browse image

ucl.jpg imageTroisième congrès de l'UCL 20:02 Wed 07 Nov by Union Communiste Libertaire 0 comments

textTournée québécoise «Usines sans patrons» : un franc succès 04:56 Tue 09 Mar by Cause commune 0 comments

Couverture du no 30 de La Sociale imageHostie d’vieux monde ! L’anarchisme au Québec 23:26 Wed 25 Nov by La Sociale 0 comments

ucl.jpg imageL’UCL en campagne! 00:03 Thu 10 Sep by Cause commune 0 comments

textBye bye 2008 ! 21:18 Mon 29 Dec by Collectif anarchiste La Nuit 0 comments

textCommon Cause : renouveau du mouvement libertaire en Ontario 07:29 Mon 03 Nov by Vincent Nakash 0 comments

textCause commune 04:02 Wed 06 Feb by Cause commune 0 comments

textLinchpin : un nouveau journal anarchiste - Ontario 16:58 Wed 05 Dec by Voix de faits 0 comments

textRapport sur le congrès 2007 de la NEFAC 23:23 Sun 11 Nov by NEFAC 0 comments

textQuébec: Nous on vote pas ! 23:53 Thu 01 Mar by Nestor 1 comments

more >>
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]