user preferences

New Events

France / Belgique / Luxembourg

no event posted in the last week

Industrie graphique: les rotatives sous pression

category france / belgique / luxembourg | culture | opinion / analyse author Friday November 30, 2012 03:13author by Jean-Yves Lesage - Alternative Libertaire Report this post to the editors

En 1974 le rapport Lecat affirmait que «la France n’a pas de vocation graphique». C’était le début de l’offensive patronale contre un secteur ouvrier très combatif et fortement structuré. Dans les semaines qui viennent de dures batailles signeront soit de nouvelles défaites majeures, soit un renversement de tendance au profit des travailleurs.

artesgraficas.jpg

Il fut un temps pas si lointain où chaque éditeur possédait son unité industrielle, ce qui donnait une force considérable aux salariés, puisque les marchés étaient captifs de fait. Progressivement les éditeurs se sont totalement désengagés pour faire jouer la concurrence entre prestataires. Tous les secteurs sont ainsi frappés par une baisse des tarifs commerciaux qui amènent les patrons de nos industries à faire payer aux salariés la note finale. Pendant ce temps les profits des éditeurs gonflent sans que cela ne profite aux salariés des sièges éditoriaux… C’est bien la captation par les éditeurs des richesses produites tout au long de la chaîne, du journaliste au kiosquier, qui déstabilise toute la profession.

Des chômeurs en presse quotidienne!

Les plans sociaux qui se succèdent depuis 1976 avaient servi à éponger les destructions massives de postes, davantage liées à une vertigineuse modernisation qu’à la baisse des volumes. La presse quotidienne a traversé la période avec des pré-retraites structurelles socialement bien négociées avec le maintien jusqu’à la retraite d’une rémunération proche du salaire. Pour la première fois, de vrais chômeurs se multiplient avec la disparition de France-Soir et de La Tribune et la restructuration de l’imprimerie du Monde. Un volet « jeunes », cautionné par la fédération Filpac-CGT mais rejeté par le syndicat parisien majoritaire (SGLCE), et qui prévoit tout de même trois ans de formation payés, met à mal la gestion de l’emploi par le départ anticipé des plus âgés. Très affaibli numériquement, le secteur reste mobilisable même si, sur les salaires par exemple, les salarié-e-s subissent un décrochage réel.

Dans la distribution de la presse, Presstalis (ex-NMPP) et ses filiales sont confrontés plus brutalement à un plan drastique de réduction des emplois sans aucun accompagnement social. Mille postes pourraient disparaître sur 2 500 et jusqu’à 20 000 postes seraient touchés en cascade (disparition de petits éditeurs privés de distribution, dépositaires de province, chauffeurs…). Ici, l’enjeu pour les patrons est double puisque la charge de travail n’a en rien disparue : d’une part ils cherchent à achever de basculer le travail en sous-traitance dans des entreprises à statut social au rabais (et là les travailleurs payent le prix d’accords successifs qui dévitalisaient chaque fois davantage les NMPP) ; d’autre part, des éditeurs veulent aboutir à la libéralisation de la distribution et à la fin de la mutualisation des coûts, enjeu idéologique gravé par Sarkozy dans le marbre des « Etats généraux de la presse ». Pourtant même les gros éditeurs risquent de le regretter amèrement quand il s’agira pour chacun de payer sa distribution ! La particularité de Presstalis est d’être une « coopérative » gérée par les éditeurs eux-mêmes. Ce sont donc eux qui fixent les tarifs des prestations et les exigences de qualité. En tant qu’utilisateurs, ils exigent toujours plus alors qu’en tant que gestionnaires ils bloquent les tarifs en dessous des coûts réels pour ensuite s’étonner d’être « dans le rouge » ! Le dos au mur les travailleurs concernés jouent leur va-tout ! Les actions entamées de grève et de blocages de titres vont se multiplier. L’Etat, qui soutient financièrement la distribution au nom du pluralisme, doit enfin prendre ses responsabilités pour la reconstruction d’une distribution assurant la présence de tous les titres de presse (en particulier ceux d’information politique générale) et garantissant le statut social des salarié-e-s.

Le labeur anéanti

La défaite ouvrière de la branche d’impression (prospectus, magazines, livres…) est visible en convention collective. Pour la première fois cette année, la branche qui fut si longtemps enviée se retrouve avec les quatre premiers échelons de sa grille de salaire en-dessous du smic ! Des batailles héroïques à répétition n’ont pu empêcher la destruction systématique des entreprises avec la complicité de l’Etat, des éditeurs et de dirigeants cyniques : par le rachat massif d’entreprises et la constitution du groupe géant Quebecor dans lequel les actionnaires n’ont pas fait un centime d’investissement, pour pomper les profits jusqu’à épuisement du matériel tout en jouant la baisse des prix pour capter les grands comptes.

Les nouveaux pauvres

Des milliers de chômeurs ont plus de temps pour lire des œuvres imprimées jusqu’en Chine avec un surcoût écologique maximum pour leur rapatriement ! Cinquante pour cent des livres, 90 % des BD, 70 % des magazines sont imprimés hors des frontières, ce qui pose aussi un problème démocratique, car le jour où nous n’aurons plus l’outil industriel nécessaire au journal et au livre… Le comble est atteint avec la Française des Jeux, entreprise d’Etat aux profits resplendissants, qui a fermé son imprimerie de Montreuil pour aller jusqu’au Canada imprimer ses tickets (mais que fait Montebourg !).

Le routage des abonnés résiste mieux car les titres doivent pour l’instant être déposés à la Poste en France. Mais les éditeurs tentent d’abattre les entreprises qui conservent un statut social hérité des décennies précédentes. En grève parfaitement coordonnée malgré la concurrence acharnée de leurs patrons, le 20 septembre dernier, les travailleurs de BHR et de France-Routage (dans le 77) ont envoyé un signal clair aux éditeurs pour la défense de leurs emplois et de leurs statuts. D’ici janvier, des enjeux considérables vont mobiliser les salarié-e-s autour du renforcement de leur convention collective. Des dizaines de milliers d’emplois sont aujourd’hui concernés par une précarité absolue et des salaires misérables : portage de presse, distribution de prospectus, majorité des kiosquiers… Derniers maillons de la filière graphique, ils sont aussi les plus maltraités et les plus faiblement syndiqués l’un expliquant l’autre…

Imaginer l’avenir

Défendre les emplois et les statuts de travailleurs de nos professions ne doit pas empêcher de réfléchir aux grands enjeux de société. Par exemple faut-il vraiment imprimer des prospectus publicitaires? Ou encore, si la défense du pluralisme politique et du foisonnement culturel (revues et livres philosophiques, historiques, poétiques…) peut justifier une aide financière publique pour soustraire à la seule initiative privée la capacité de sélectionner ce qui peut être édité, est-il acceptable que les grands groupes industriels et financiers qui contrôlent la presse quotidienne reçoivent des aides? Est-il acceptable que les aides soient absorbées par les revues peoples et la presse télé?

Jean-Yves Lesage
Alternative Libertaire

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Issue #3 of the Newsletter of the Tokologo African Anarchist Collective

France / Belgique / Luxembourg | Culture | fr

Tue 21 Oct, 16:47

browse text browse image

text"Dansons la Ravachole !" en braille 16:47 Sat 29 Oct by éditions Libertaires 0 comments

En 2004, les éditions Libertaires publaient "Dansons la Ravachole !", un roman noir et rouge de Paco. L'ouvrage est à présent disponible en braille. Une première.

Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.

text"Dansons la Ravachole !" en braille Oct 29 0 comments

En 2004, les éditions Libertaires publaient "Dansons la Ravachole !", un roman noir et rouge de Paco. L'ouvrage est à présent disponible en braille. Une première.

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]