user preferences

New Events

France / Belgique / Luxembourg

no event posted in the last week

Sanofi: L’essentiel, c’est l’actionnaire

category france / belgique / luxembourg | luttes en milieu de travail | nouvelles author Friday November 23, 2012 20:41author by Boris - AL - París Sud Report this post to the editors

Depuis cet été, la direction de Sanofi, obsédée par la rentabilité de l’entreprise, envisage plusieurs centaines de licenciements. Face à l’inertie des pouvoirs publics, les salarié-e-s s’organisent.

sanofi.jpg

Arnaud Montebourg ne se prive pas de célébrer l’heureuse surprise : à Sanofi, ce ne sont «plus» que 900 emplois que la direction envisage désormais de supprimer avant 2015. Le ministre s’en est publiquement félicité, arguant du fait que les «recommandations du gouvernement» avaient été scrupuleusement observées par le patronat.

Une petite piqûre de rappel s’impose : en juillet dernier, le puissant groupe pharmaceutique annonce un projet de « restructuration », qui impliquait selon les syndicats la suppression de 1 500 à 2 500 emplois. En ligne de mire, les sites de Montpellier et Toulouse (secteur recherche), les fonctions support (services informatiques, achats, etc.), et la filiale Sanofi-Pasteur (vaccins). Aussitôt, le ministre du Redressement productif monte sur ses grands chevaux. Pour parvenir, à force de reculades successives, à ce piètre résultat : près d’un millier de licenciements prévus.

À ce sinistre bilan s’ajoutent les menaces que la direction laisse encore planer sur les 640 salarié-e-s du site toulousain – sans compter la sous-traitance et l’intérim, qui représentent à peu près le même nombre de travailleurs et de travailleuses. Car même si Sanofi a fini par effacer Toulouse du plan de licenciement «officiel», l’entreprise continue à affirmer que l’avenir du centre de recherche « reste à préciser ».

Licenciements boursiers

Le groupe pharmaceutique ne traverse pourtant aucune difficulté particulière. Au contraire, les bénéfices sont au rendez-vous, puisque le groupe a réalisé environ 8,8 milliards d’euros de profits en 2011. Le but du laboratoire ne souffre d’aucune ambiguïté: réduire au maximum les investissements dans la recherche et augmenter toujours davantage le versement de dividendes aux actionnaires. L’entreprise n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Entre 2009 et 2011, Sanofi a ainsi supprimé environ 4 000 postes dans l’Hexagone, dans une conjoncture pourtant favorable. Le saccage social n’a d’ailleurs pas de frontière. En 2010, des plans de licenciement similaires avaient par exemple été lancés aux États-Unis.

Là encore, les objectifs de toutes ces «restructurations» – pour employer l’euphémisme en usage – se fondaient avant tout sur des considérations boursières, que ce soit pour revaloriser le cour des actions ou donner des gages de rentabilité aux investisseurs.

Un groupe assisté par l’État

Dans le même temps, le groupe pharmaceutique est abreuvé de financements publics. Selon l’union locale CGT de Montpellier, ce sont 130 millions d’euros qui ont été généreusement attribués à l’entreprise pour la seule année 2011. Qui plus est, le remboursement des médicaments par la Sécurité sociale profite lui aussi à Sanofi. Les chiffres exacts sont difficiles à évaluer ; chaque année, ce sont en tout cas plusieurs dizaines de millions d’euros qui se déversent ainsi dans les caisses du groupe. Rien de très choquant aux yeux de Montebourg, qui considère que le laboratoire est dans son droit. Les salarié-e-s, quant à eux, sont bien décidé à ne pas baisser les bras. Depuis les annonces de l’été 2012, les actions et les manifestations se sont multipliées. Le 13 septembre dernier ont eu lieu plusieurs rassemblements à Montpellier, Strasbourg ou Toulouse. Plus de 700 travailleurs et travailleuses se sont ainsi réunis dans la ville rose, pour dénoncer les plans du patronat. La direction de Sanofi entend de toute évidence sacrifier la recherche et le développement pharmaceutiques, au profit de raisonnements comptables. Aux enjeux sociaux se mêlent donc des problèmes de santé publique. La fabrication et la distribution de médicaments sont trop importantes pour être laissées aux mains des capitalistes. Dans ces conditions, la perspective d’un passage à une organisation publique et autogérée des sites de recherche ou de développement mérite qu’on y prête attention. C’est d’ailleurs le sens du communiqué du 19 septembre dernier, signé par plusieurs organisations anticapitalistes de Toulouse (Alternative libertaire, Les Alternatifs, Convergences et alternative, Fase, MOC, NPA).

Boris
Alternative Libertaire - Paris Sud

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
E

Front page

The experiment of West Kurdistan (Syrian Kurdistan) has proved that people can make changes

[Chile] EL FTEM promueve una serie de “jornadas de debate sindical”

Ukraine: Interview with a Donetsk anarchist

The present confrontation between the Zionist settler colonialist project in Palestine and the indigenous working people

Prisões e mais criminalização marcam o final da Copa do Mundo no Brasil

An Anarchist Response to a Trotskyist Attack: Review of “An Introduction to Marxism and Anarchism” by Alan Woods (2011)

هەڵوێستی سەربەخۆی جەماوەر لە نێوان داعش و &

Contra a Copa e a Repressão: Somente a Luta e Organização!

Nota Pública de soldariedade e denúncia

Üzüntümüz Öfkemizin Tohumudur

Uruguay, ante la represión y el abuso policial

To vote or not to vote: Should it be a question?

Mayday: Building A New Workers Movement

Anarchist and international solidarity against Russian State repression

Argentina: Atentado y Amenazas contra militantes sociales de la FOB en Rosario, Santa Fe

Réponses anarchistes à la crise écologique

50 оттенков коричневого

A verdadeira face da violência!

The Battle for Burgos

Face à l’antisémitisme, pour l’autodéfense

Reflexiones en torno a los libertarios en Chile y la participación electoral

Mandela, the ANC and the 1994 Breakthrough: Anarchist / syndicalist reflections

Melissa Sepúlveda "Uno de los desafíos más importantes es mostrarnos como una alternativa real"

On Sectarianism

France / Belgique / Luxembourg | Luttes en milieu de travail | Nouvelles | fr

Wed 03 Sep, 05:28

browse text browse image

conf.jpg imageLa Confédération Paysanne occupe La Maison du Lait à Paris ! Soutenons la ! 00:40 Wed 22 Sep by Des paysans d’Alternative Libertaire. 0 comments

Le 21 septembre 2010 - La Confédération Paysanne occupe depuis maintenant 14 jours (depuis le mercredi 8 septembre) la Maison du Lait, siège du CNIEL ( Interprofession Laitière Nationale) afin d’obtenir une représentation pluraliste au sein de cette interprofession. Le CNIEL regroupe aujourd’hui des producteurs et des transformateurs (industries) de la filière laitière en France. Seul le syndicat de filière dépendant de la FNSEA (Fédération Nationale des Exploitants Agricoles) participe aux négociations au sein de cette interprofession. Autrement dit, c’est le point de vue d’une agriculture productiviste qui prime au sein de cette instance.

manifauxiliaireslaposte2.jpg image[France] Postiers : tout passera par la grève 03:25 Fri 04 Dec by Germinal de Sousa 0 comments

Depuis plus d’un an une soixantaine d’associations, organisations politiques, syndicats se sont regroupés pour dire non au projet de privatisation de la Poste. Parallèlement les organisations syndicales mènent la bataille dans l’entreprise avec les salarié-e-s pour mettre au tapis le projet de loi.

610124.jpg image[France] La Poste : Ni privatisation, ni stagnation 03:21 Fri 04 Dec by Tract fédéral 0 comments

La « votation citoyenne » du 3 octobre sur l’avenir de la Poste a été un succès. Plus de 2 millions de personnes ont désavoué à une écrasante majorité le projet gouvernemental de privatisation. Mais cette votation n’aura été que symbolique, si elle ne sert pas à encourager le vrai rapport de forces : dans la rue, dans la grève.

sudbanner.jpg image[France] congrès Sud-Rail : Et maintenant, dans le privé ! 21:46 Wed 02 Dec by Des camarades 0 comments

Le congrès de Sud-Rail s’est déroulé en Vendée le mois dernier, alors que le syndicat connaît une progression indéniable, et que les salarié-e-s sont de plus en plus exposé-e-s à une dégradation de leurs conditions de travail.

textAutomobile : Premières tentatives de coordination 01:42 Mon 02 Nov by Simon Laviec 0 comments

Le 17 septembre avait lieu la première manifestation regroupant des délégations des travailleurs et des travailleuses en lutte dans l’industrie automobile. Ambiance chaude et combative.

textInflation et luttes salariales : L’engrenage est enclenché 06:14 Fri 09 Jan by Nicolas 0 comments

La forte hausse des prix accule les travailleuses et les travailleurs au conflit pour les salaires. Le patronat craint une explosion sociale. Aidons celle-ci à avoir lieu en popularisant les luttes sociales.

textComme une impression de déjà-vu Sep 16 by Alternative libertaire 0 comments

Comme prévu, la rentrée va être agitée par la cinquième «  réforme  » des retraites en vingt ans  ! Mais cette fois-ci, la gauche est au pouvoir ! Loin de nous rassurer, cela inquiète plutôt tant on connaît l’habileté du PS pour faire passer dans le feutré des saloperies qui feraient rougir la droite. Songeons un instant aux privatisations massives du gouvernement Jospin (l’équivalent de 31 milliards d’euros en quatre ans, contre « seulement » 26 milliards pour les gouvernements de Balladur et Juppé dans les quatre années précédentes !). [English]

textSécurisation des licenciements... Précarité à tous les étages. Apr 29 by Relations Extérieures de la CGA 0 comments

Le 11 janvier 2013, les organisations patronales et trois syndicats -CFDT, CGC et CFTC- ont signé un Accord National Interprofessionnel (ANI) qui représente un pas supplémentaire dans les attaques que portent, de manière conjointe, Capital et Etat, à l’encontre des acquis ouvriers, niant ainsi les intérêts des travailleuses et travailleurs. Au nom de la « sécurisation de l'emploi », il s’agit en fait de « sécuriser » les plans sociaux à venir. Le projet de loi prévoit une simplification des procédures de licenciement collectif. L'employeur pourra : soit passer par un accord majoritaire, soit par une homologation via l'administration. Dans ce dernier cas, l'Inspection du travail vérifiera la validité de l'ensemble de la procédure avant que les licenciements ne soient prononcés. Un salarié pourra refuser cet accord, auquel cas l'entreprise aura le droit de le licencier pour « cause réelle et sérieuse ».

imageGoodyear : les affrontements de Rueil-Malmaison en photo Mar 20 by Alternative Libertaire 0 comments

Le rituel est connu : dès que les opprimé-e-s se révoltent, ils et elles sont qualifiés d’ « extrémistes » de « violents » et sont infantilisés par des journalistes. Les patrons voyous, les flics ripoux, les hommes ou femmes politiques corrompus n’ont pas droit au même traitement médiatique, loin de là !

imageSud-Rail: Anti-bureaucratisme petits bras Mar 03 by Cheminots d’Alternative Libertaire 0 comments

La stagnation des luttes fait mal au syndicalisme. Au lieu de militer, on se mange le nez. Au lieu de combattre le patronat, on se lance dans la chasse au «bureaucrate syndical». Le congrès de Sud-Rail, en octobre dernier, a subi ces avanies.

imageServices publics: La mobilisation naissante des précaires Feb 06 by Grégoire 0 comments

L’opposition acharnée des organismes de recherche et des universités à appliquer la loi Sauvadet de résorption de la précarité dans la fonction publique conduit les précaires de ce secteur à s’organiser.

more >>

textANI, Retraites et… INsécurité sociale ! Jan 03 0 comments

L’année 2013 nous a apporté son lot de forfaitures et de basses lâchetés. Le gouvernement socialdémocrate a su se montrer l’égal de ses devanciers libéraux :

Après l’ANI (Accord National Interprofessionnel) du 11 janvier 2013, puis le 14 mai 2013, l’adoption de la loi transposant l'accord sur la sécurisation de l'emploi, c’est le 18 décembre que la réforme des retraites vient d’être définitivement adoptée, une réforme "clé" du quinquennat de F. Hollande, loi jugée timide par les institutions internationales, dont la Commission européenne.

textLe racket sur nos retraites c'est le Capitalisme et l’État! Combattons les et développons les luttes Aug 26 Coordination des Groupes Anarchistes 0 comments

La réforme proposée par le gouvernement ce mois de septembre annonce une nouvelle étape dans le démantèlement du système de retraite qui, dans la lignée des réformes engagées depuis 20 ans, va se traduire par une diminution des pensions, que cela soit cette fois-ci par une augmentation de la CSG, des suppressions d'avantages fiscaux, ou encore une sous-indexation des pensions et des salaires portés au compte. A long terme, les mesures envisagées comprennent le relèvement de l'âge de l'ouverture aux droits à la retraite et de la retraite sans décote, un allongement des durées de cotisations pour un taux plein, et la possibilité pour le gouvernement de réduire les pensions très rapidement selon la situation économique et sociale.

imageLes amis de l’ANI sont nos ennemis Apr 05 AL 0 comments

L’attaque contre les droits des travailleuses et des travailleurs s’accélère toujours plus avec la signature en janvier de l’accord national interprofessionnel (ANI) entre le patronat et trois syndicats minoritaires (CFDT, CGC, CFTC). Ce texte préconise un détricotage en bonne et due forme du code du travail : accélération des procédures de licenciements, limitation des possibilités de recours des salarié-e-s, légalisation du « chantage à l’emploi », généralisation de contrats dérogatoires (CDI intermittents)… on croirait lire le programme du MEDEF. [Italiano]

imageFace à la crise, la seule solution, à Aulnay comme ailleurs, est l’expropriation des capitalistes! Jul 26 AL 0 comments

A PSA, les licenciements c’est maintenant!

textDerrière le « dialogue » et la « conférence » sociales, c'est le Capital qui impose la cadence. Jul 15 0 comments

Tandis que la crise du capitalisme s'étend, les travailleurs et travailleuses d'Europe (comme en Espagne, Grèce et Italie) continuent à subir les plans d'austérité. La France n'en est pas exempte, même si de nombreuses mesures avaient été suspendues le temps que se déroule le cirque électoral : l'augmentation des prix (en particulier du gaz), le gel des salaires et des minimas sociaux, la destruction des services publics et les licenciements reprennent de plus belle, à peine un mois après la fin des élections.

more >>
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]