user preferences

Logements étudiants : rêve ou calvaire ?

category italie / suisse | luttes dans la communauté | opinion / analyse author Wednesday November 07, 2012 06:56author by OSL-Vaud - Organisation Socialiste Libertaireauthor email info at rebellion-osl dot ch Report this post to the editors

Aujourd’hui, à Lausanne, il existe une forte demande de logements pour étudiant-es. Ceci est logique étant donné l’importance quantitative d’enseignements donnés au sein de l’Université de Lausanne, de l’EPFL et de toutes les autres institutions de formation. Pourtant, la ville de Lausanne ne répond pas à cette demande. En effet, en cette période de reprise des cours, il y aurait encore cinq-cents étudiant-e-s sans logement alors qu’ils/elles sont dans la nécessité de vivre à Lausanne ou ses environs afin de pouvoir suivre correctement les cours.

reblocal6.png

Les habitations sont complètes et les listes d’attente en cas de désistement sont longues. Certes, il reste des logements vides au sein des maisons pour étudiant-e-s, mais les prix de ceux-ci ne sont pas adaptés aux revenus de ces dernier-ères. Parlons donc deniers ; il existe des chambres d’étudiant-e-s pour 380 francs par mois, les loyers les plus élevés tournant autour des 1’100 à 1’200 francs. En moyenne, les logements sont entre 400 et 600 francs par mois. Il est aussi possible, mais difficile, de trouver des toits (n’étant pas rattachés aux maisons pour étudiant-e-s) dans la ville de Lausanne pour 800 francs par mois, soit, à deux en collocation, 400 francs par personne et par mois. Ajoutons à cela le prix des études, qui est, il faut l’admettre, bas en Suisse comparé aux autres pays, le prix du matériel nécessaire aux études, le prix de la nourriture ainsi que les abonnements aux transports (les chambres d’étudiant-e-s ne se trouvant pas forcément proches des Universités et autres Hautes Ecoles).

La Solution ? Un job d’étudiant ma foi ! Prenons l’exemple d’un travail dans une société de sondage : trois soirs minimum du Lundi au Vendredi entre 17h30 et 21h. À 17 francs l’heure, cela fait 714 francs par mois. Soustrayons à cette somme les dépenses nécessaires citées plus haut et nous pouvons imaginer que l’étudiant-e se doit d’avoir un budget calculé au millimètre ou un soutien financier.

Pour être plus confortable, l’étudiant peut se trouver un autre travail, le week-end par exemple. Mais travailler le week-end et trois soirs par semaine, étudier et réviser les cours durant le temps libre ainsi que simplement le temps passé aux cours, cela donne un cocktail de stress plutôt explosif. Ainsi, l’étudiant ne se détend pas, il travaille. Ainsi l’étudiant n’a pas de loisir, il étudie.

Etudier, c’est un choix (de vie).

Petit message aux forces de l’ordre du bien-être et de la sécurité :

Moi, futur étudiant et infiltré dans le milieu, vous conseille de garder un œil attentif sur ces cinq-cents étudiant-e-s dont ce texte fait part. En effet, au vu de leur situation, et s’ils/elles ne trouvent pas un logement provisoire chez un-e ami-e ou chez une âme charitable, ils/elles risquent de faire le choix de dormir dans les rues et même, il faut évoquer cette possibilité, de squatter ! Cela entrainerait une recrudescence anormale et incontrôlée de délits mineurs au préjudice douteux ce que représentent les occupations de logements vides pour vous, cher-e-s correspondant-e-s.

Merci de votre attention.

Related Link: http://www.rebellion-osl.ch
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Verso lo sciopero generale e sociale nel mondo del lavoro, nei territori, nelle piazze

Italie / Suisse | Luttes dans la communauté | fr

Sat 25 Oct, 18:19

browse text browse image

Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.

imageLe squat: une action directe contre le Capitalisme et la crise du logement Nov 06 by OSL-Vaud 0 comments

Des maisons qui renaissent, l’espace vide réinvesti à nouveau, un acte de résistance contre le Capital et sa sacro-sainte propriété privée, une expérimentation immédiate d’organisation autogérée, autant de manière d’exprimer et de tenter de saisir la réalité qu’englobe le squat. Les actions d’occupation sont diverses car elles se construisent dans les spécificités humaines de chaque collectif et sont tributaires d’un contexte donné. Nous retiendrons cependant qu’elles sont toutes des actions directes porteuses de revendications contre la mainmise économique et politique du Capital et de la Bourgeoisie sur l’espace.

imageUn quartier populaire Nov 06 by OSL-Vaud 0 comments

C’est un quartier populaire, 50 nationalités, des disparités générationnelles accentuées, beaucoup de groupes, une infinité de situations particulières, d’histoires singulières, des constructions contrastées.

imageReprenons la ville, Faisons-la commune! Nov 05 by OSL-Vaud 0 comments

“Le retrait sur l’Aventin est une action assurément politique, mais entreprise en dehors des cadres institutionnels reconnus, qui donne en définitive aux plébéiens le statut de sujets politiques, par la modification de ces cadres institutionnels. Voilà bien une leçon de l’histoire qui peut être méditée comme leçon politique” Laurent Lévy, Politique hors champ, 2012.

Un toit est un besoin pour chacun-e et qui dit besoin, dit du même coup droit. Non pas un droit qui serait concédé par un quelconque pouvoir séparé mais un droit conquis par la mobilisation sociale, la lutte. En d’autres termes, une victoire politique, culturelle et symbolique, une avancée stratégique liée à l’accumulation de pratiques anti-hégémoniques.

imageLuttes pour le droit à la ville, histoires autour du monde Nov 05 by OSL-Vaud 0 comments

Ce ne sont que quelques exemples, pour mémoire. La lutte pour un toit s’y mêle inextricablement au combat pour la conquête d’un espace public plébéien, pour la transformation de la ville en un territoire émancipé où contre-pouvoir et cité insurgée se déclinent de la résistance au présent jusqu’au possible de l’élan révolutionnaire.

Les besoins et les aspirations immédiates ne se bornent pas à l’indispensable logement, à la réalisation par le combat de ce premier droit social, ils se déploient dans un projet de saisir l’espace et le territoire pour en faire un lieu de vie libéré. C’est une exigence tout aussi immédiate que le droit au logement. C’est en fait la même exigence.

imagePDF DocumentRévolutions arabes: du soulèvement au pouvoir populaire Feb 10 by Organisation Socialiste Libertaire 0 comments

Le soulèvement populaire égyptien livre une dure lutte au régime Moubarak et aux puissances du capitalisme mondialisé. Tous les pouvoirs interviennent sur la scène égyptienne pour sauvegarder leurs intérêts politico-militaires et économiques. Pour y arriver il leur faut brider la contestation populaire, maintenir un pouvoir étatique aussi fort que possible et briser l'élan de la lutte sociale et démocratique. Il leur faut en particulier séparer les revendications sociales des exigences de démocratie et enfermer tout le mouvement dans le cadre d'une politique de délégation qui renouvelle partiellement les institutions sans toucher aux mécanismes centraux de la société d'exploitation.

more >>
Sorry, no press releases matched your search, maybe try again with different settings.
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]