user preferences

Allemagne: Recompositions syndicales par la base

category pays-bas / allemagne / autriche | luttes en milieu de travail | opinion / analyse author Thursday September 27, 2012 02:05author by Willi Hajek - Syndicaliste allemand Report this post to the editors

L’impression diffusée par les grands medias du paysage social allemand laisse à penser que le pays est un havre de la paix, compétitif où les travailleuses et les travailleurs sont heureux et productifs ! Cela n’est bien sûr qu’une construction médiatique.
sindicalismoalemania.jpg

En février 2012, la chaine Schlecker fait faillite, mettant à la rue les 25 000 employé-e-s allemands – presque exclusivement des femmes – et les 17 000 à l’international. Le patron avait longtemps refusé toute activité syndicale mais avait cédé ces dernières années suite à d’âpres luttes.

Ce fut un grand succès dans un secteur ou il est notoirement difficile pour les syndicats de s’implanter. Le syndicat majoritaire est Ver.Di avec ses deux millions d’adhérents. Pendant le processus de faillite – de février à juin 2012 – le syndicat tente quelques mobilisations régionales mais priorise les négociations avec la direction pour trouver une issue. Les travailleuses mirent toute leur confiance dans les négociations. Seule une petite minorité d’entre elles prirent l’initiative de créer une dynamique par le bas en organisant des actions dans les grandes villes. Mais aucune action concertée nationalement ne permit de réunir les 25 000 travailleuses afin d’affirmer leur présence, leur combativité et le soutien de la population. Au final, cette lutte montre surtout qu’un syndicat de 2 millions d’adhérents est incapable de mobiliser massivement contre une telle faillite.

Cela met aussi en relief le rôle gestionnaire d’un syndicalisme d’accompagnement dans la crise, particulièrement apprécié par les gouvernants. Un petit groupe de travailleuses s’est néanmoins constitué en collectif et compte ouvrir des boutiques autogérées. À suivre!

Bureaucraties syndicales

L’industrie automobile en Allemagne compte des gagnants – ce sont les marques de luxe : Mercedes-BMW-Audi et Volkswagen-Porsche. Et il y a Opel-GM qui est dans la même situation que PSA-Aulnay et dont la direction prévoit la fermeture pour 2016.

Seul problème, les travailleurs d’Opel Bochum sont plutôt combatifs et le syndicat IG-Metall n’arrive pas à contrôler les travailleurs qui organisent grèves et actions sauvages. Il y a un mois, une assemblée générale organisée par la direction a trouvé son terme lorsque tous les travailleurs – environ 2 000 – ont quitté la salle par protestation, entrainant la démission du directeur de l’usine. Dans le pays tout entier, le malaise social ne cesse de croitre entre une richesse provocante et une précarisation grandissante: 20 % de la population à Berlin vit des allocations chômage et de nombreux travailleurs perçoivent un salaire mensuel inférieur à 1000 euro.

La rue comme espace de revendication

Mais les grands syndicats ne sont pas capables ou tout simplement ne veulent pas organiser la mobilisation pour défendre une revalorisation du salaire minimum. Dans différents secteurs – transports, santé – le mécontentement qui grandit à l’égard de ce syndicalisme cogestionaire entraine la création de groupes oppositionnels dans les grands syndicats et le développement des activités des syndicats de base (FAU et Wobblies). Le paysage syndical se trouve donc en pleine recomposition face à un patronat et une partie des directions syndicales, principalement IG-Metall, qui entendent limiter le droit de grève et d’organisation syndicale. Au-delà des recompositions syndicales, les populations résistent et s’organisent.

À Berlin, des tentes ont été dressées depuis juillet pour protester contre l’augmentation des loyers et dans tous les quartiers populaires de Berlin fleurissent des comités, des assemblées populaires, des actions de rue et des blocages. Le mouvement social qui s’est développé contre le projet ferroviaire Stuttgart 21 a changé le rapport de force.

Une partie de la population a découvert la rue comme lieu de protestation et un espace public oppositionnel ainsi qu’une télévision alternative ont été créés. Ça, c’est l’Allemagne dans laquelle je vis et je milite.

Willi Hajek

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org/spip.php?article4913
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
#Nobastan3Causales: seguimos luchando por aborto libre en Chile

Front page

[Colombia] Entre la crisis actual y las posibilidades latentes

Nota sobre o atual cenário da luta de classes no Brasil

Devrimci Anarşist Faaliyet: "The state’s project of eliminating revolutionary opposition hasn’t finished yet"

Μετά την καταστροφή τι;

Aufruf zur Demonstration am 2.9.2018 in Unterlüß "Rheinmetall entwaffnen – Krieg beginnt hier"

Mass protest in central and southern Iraq

Ecology in Democratic Confederalism

[Colombia] Perspectivas sobre la primera vuelta de las elecciones presidenciales de Colombia 2018

Call for Solidarity with our Russian Comrades!

8 reasons anarchists are voting Yes to Repeal the hated 8th

Comunicado de CGT sobre la Nakba, 70 años de dolores para el Pueblo Palestino

[ZAD] Les expulsions ont commencé, la zad appelle à se mobiliser

Assassinato Político, Terrorismo de Estado: Marielle Franco, Presente!

La Huelga General del 8 de Marzo, un hito histórico

A intervenção federal no Rio de Janeiro e o xadrez da classe dominante

Halklarla Savaşan Devletler Kaybedecek

Σχετικά με τον εμπρησμό

Ciao, Donato!

[Uruguay] Ante el homicidio de un militante sindical: Marcelo Silvera

[Argentina] Terrorista es el Estado: Comunicado ante el Informe Titulado "RAM"

[Catalunya] Continuisme o ruptura. Sobre les eleccions del 21D

Reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël : de l'huile sur le feu qui brûle la Palestine

Noi comunisti anarchici/libertari nella lotta di classe, nell'Europa del capitale

Luttons contre le harcèlement et toutes les violences patriarcales !

© 2005-2018 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]