user preferences

New Events

Amérique du Nord / Mexique

no event posted in the last week

Éducation

textProgettifici e dittatori scolastici 23:09 Jul 05 0 comments

textLa Buona Scuola 02:50 Oct 05 0 comments

textLa Buona Scuola 16:04 Sep 09 0 comments

textEducar para la bobada 07:32 Jan 08 0 comments

textAteismo diventa materia scolastica in Irlanda 17:59 Sep 27 0 comments

more >>

La désertification militante au MAGE-UQAC

category amérique du nord / mexique | éducation | opinion / analyse author Sunday September 09, 2012 10:56author by Collectif Emma Goldman - Union Communiste Libertaire Report this post to the editors

Texte du journal Cause Commune express no. 22 – Édition spéciale UQAC

Depuis la création de SAGE-UQAC (Service de l’association générale étudiante de l’UQAC), un conseil d’administration a été mis sur pied. Ce C.A a pour mission la viabilité financière du MAGE-UQAC, via la création de services dans les murs de l’université. Historiquement, le MAGE-UQAC n’a jamais été une association étudiante très combative; elle misait beaucoup plus sur la collaboration et le copinage avec les « gestionnaires » de l’université. Ayant été créée en 1969, l’UQAC a toujours accueilli énormément d’étudiants et étudiantes en administration. Ils et elles ont d’ailleurs été les créateurs et créatrices du MAGE-UQAC et de ses services. La vision entrepreneuriale de ceux et celles-ci a amené la base militante étudiante à déserter cette association étudiante puisqu’elle ne représentait pas ses intérêts et n’était pas fidèle à sa mission.


La désertification militante au MAGE-UQAC


Depuis la création de SAGE-UQAC (Service de l’association générale étudiante de l’UQAC), un conseil d’administration a été mis sur pied. Ce C.A a pour mission la viabilité financière du MAGE-UQAC, via la création de services dans les murs de l’université. Historiquement, le MAGE-UQAC n’a jamais été une association étudiante très combative; elle misait beaucoup plus sur la collaboration et le copinage avec les « gestionnaires » de l’université. Ayant été créée en 1969, l’UQAC a toujours accueilli énormément d’étudiants et étudiantes en administration. Ils et elles ont d’ailleurs été les créateurs et créatrices du MAGE-UQAC et de ses services. La vision entrepreneuriale de ceux et celles-ci a amené la base militante étudiante à déserter cette association étudiante puisqu’elle ne représentait pas ses intérêts et n’était pas fidèle à sa mission. Les différents membres des comités exécutifs précédents se sont assurés de rendre le MAGE-UQAC inintéressant pour les étudiants et étudiantes prêts et prêtes à militer. Ces militantes et militants ont plutôt vu dans le MAGE une association d’étudiants-entrepreneurs qui préparent leur CV en faisant des plans d’affaires au lieu de réellement combattre les injustices.

Une attaque à la démocratie étudiante

Avec la succession des comités exécutifs, la mise sur pied d’un conseil d’administration est progressivement devenue évidente pour soi-disant « faciliter » la gestion de cette corporation étudiante. Les conseils centraux, instances regroupant les 30 associations facultaires, servaient auparavant à décider des avenues politiques et économiques du MAGE-UQAC. Avec la venue de la cafétéria, un conseil d’administration a vu le jour. Il semblait aller de soi pour les « officiers » du MAGE que les assemblées générales ne servaient plus à rien, puisqu’ils et elles avaient travaillé à en saper l’utilité. Le nombre de personnes présentes aux assemblées a largement faibli. Beaucoup, parce que les sujets à traiter se sont souvent limités à des entérinements de documents et de budgets (pratiquement impossibles à changer puisque le C.A décide de tout aux yeux de la loi), alors que les sujets réellement importants, voir entre autre les frais de scolarité, ont été totalement tassés.

Le conseil d’administration brise le mouvement étudiant à l’UQAC, obligeant les étudiantes et étudiants à s’organiser de façon autonome dans leurs associations facultaires. Pendant ce temps, le MAGE-UQAC continue de faire de l’argent, des milliers de dollars qui pourraient servir à mener la lutte, mais qui ne servent qu’à payer des projets pour d’autres services... Quelle ironie que le MAGE-UQAC prétende défendre les intérêts économiques de ses membres! Il faut lutter contre sa vision entrepreneuriale sur le campus. C’est par l’amélioration des conditions sociales des étudiantes et étudiants et non par la réduction du prix de la barre de chocolat que l’on règlera la précarité étudiante.

Related Link: http://ucl-saguenay.blogspot.ca/
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
¿Què està passant a Catalunya?
© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]