user preferences

New Events

Amérique centrale / Caraïbes

no event posted in the last week

Haïti-Sommet des peuples: De nouvelles voix s’élèvent contre la Minustah

category amérique centrale / caraïbes | impérialisme / guerre | presse non anarchiste author Friday June 29, 2012 23:15author by Edner Fils Décime - AlterPresse Report this post to the editors

et le pillage des ressources du pays

P-au-P, 27 juin 2012 [AlterPresse] --- Le retrait des troupes de la mission des Nations Unies de stabilisation en Haïti (Minustah), la relation entre l’occupation du pays et l’offensive multiforme des transnationales, notamment dans le domaine des mines, ont été des thèmes dominants au cours d’une activité ayant réuni environ 800 participantes et participants, dans le cadre du sommet des peuples tenu à Rio au Brésil du 15 au 23 juin 2012, selon les informations parvenues à l’agence en ligne AlterPresse.

A ce sommet, Haïti a été représentée par une délégation de huit (8) personnes, dont l’économiste Camille Chalmers de la plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda) et Chavannes Jean-Baptiste du mouvement des paysans de Papaye (Mpp - Hinche/ Plateau central)), rejoint par des étudiants et professeurs haïtiens de l’université de Rio.

« Nous avons compris la nécessité de développer de nouvelles formes de solidarité envers Haïti, autour de la lutte contre la Minustah et de la tendance actuelle à liquider les richesses du pays au nom d’une ouverture du pays au business », indique Chalmers à AlterPresse.

« Des représentants de la société civile brésilienne et des députés brésiliens y ont aussi pris part. Ils ont fait des propositions intéressantes en ce sens », ajoute le secrétaire exécutif de la Papda.

Le sommet des peuples, qui a réuni des « représentants des mouvements sociaux - qui luttent contre le capitalisme et la globalisation néolibérale - et des délégations de plus de 30 pays » a été placé sous le signe de « la justice sociale et environnementale, contre la marchandisation de la vie et de la nature et pour la défense des biens communs ».

Organisé en parallèle au colloque international Rio+20 sur le développement durable, le sommet des peuples qualifie le sommet des Nations Unies pour le développement durable Rio+20 d’ « espace illégitime », dans une déclaration publique.

« C’est illégitime, parce qu’ils sont 20 et nous sommes 7 mille millions. Ils créent l’exclusion, nous créons l’inclusion » argumente le sommet des peuples.

« Le 23 juin 2012, plus de 80,000 personnes se sont réunies dans les rues de Rio. C’est une démonstration de la puissance des alternatives », signale Chalmers, aux yeux de qui cette manifestation a été un « moment de très grande émotion ».

Une grande banderole, exigeant le retrait de la Minustah, a été « grandement remarquée » à cette mobilisation.

Des centaines d’entrevues ont également été accordées aux médias par la délégation haïtienne sur cette question, selon les informations rassemblées par AlterPresse.

Halte aux fausses solutions à la crise !

Les causes structurelles de la crise actuelle, les « fausses solutions » proposées par les puissances capitalistes, des propositions critiques et alternatives, un agenda et une campagne d’actions, ont été débattues en plénière et en assemblée.

« Nous avons pris conscience de l’urgence d’agir et de dénoncer les causes structurelles de la crise. Nous devons sortir du système capitaliste, qui est le seul moyen de résoudre la crise actuelle », estime Chalmers.

Depuis quelques décennies, le monde vit une crise profonde, imputee au système capitaliste par plusieurs intellectuels, militants et mouvements sociaux.

La crise d’aujourd’hui dans le monde se manifeste par des crashs de banques, de l’insécurité alimentaire, une augmentation sans cesse croissante du chômage, les changements climatiques et le risque de destruction de la planète.

Pour le sommet des peuples, cette situation - qui affecte « le monde entier » - a pour cause unique « l’appétit démesuré du gain, essence du capitalisme qui, dans ces dernières décennies, prend une forme spéculative, prédatrice, sauvage et antidémocratique ».

La question de l’économie verte, discours très à la mode, a été abordée et vue comme « une proposition de marchandisation de la nature. [C’est-à-dire la volonté de faire payer] l’air que nous respirons, l’eau des rivières qu’on utilise et les services environnementaux offerts gratuitement par la nature », explique Camille Charlmers de la Papda.

« Nous nous opposons à cette solution et pensons qu’il faut faire le constat de l’échec de la civilisation capitaliste : une civilisation non soutenable, qui ne permet pas de satisfaire les besoins fondamentaux des individus, l’incapacité à résoudre les grands problèmes de l’humanité aujourd’hui », argue l’économiste.

Dans sa déclaration publique du 20 juin 2012, le sommet des peuples affirme lutter pour « une nouvelle civilisation, dont la rationalité n’est pas le gain et la consommation sans le bien-vivre ».

La question de la dette externe

Chalmers voit dans le processus d’endettement, un « mécanisme fondamental de domination du système capitaliste ».

Le sommet a proposé un audit des dettes externes afin de ne pas payer les dettes illégitimes et les corrompus.

Le professeur et économiste Chalmers lie la dette financière à « d’autres types d’échanges, notamment le rapatriement des profits des transnationales, l’échange mondial et la fuite des cerveaux », pour pouvoir cerner la question de la dette dans sa totalité et ne pas négliger la dimension historique.

« La dette – qui absorbe une grande partie des ressources du pays- doit être révisée et analysée sous le regard des conventions internationales et des dispositions constitutionnelles internes. Et tout ce qui a été mal fait représente des dettes à ne pas payer », préconise Chalmers.

Plus de 70% de la dette externe de l’Équateur est illégitime, car contractée illégalement ou sous pression, révèle la commission d’audit de la dette en Équateur, après deux années d’investigation.

L’administration politique du président équatorien Rafael Correas aurait décidé de ne pas payer ces dettes.

« C’est la pire des erreurs que nous avons commise en acceptant l’annulation de la dette du pays. Ce choix équivaut à une déclaration de faillite et nous ferme la voie aux marchés financiers », estime la ministre de l’économie et des finances en Haïti, Marie Carmelle Jean-Marie, intervenant sur une station de radio de la capitale.

Pourtant, « ce sont les pays du Nord qui doivent à ceux du Sud, si nous suivons le processus historique de destruction qui empêche les pays appauvris de se développer », d’après Chalmers, évoquant le « rôle important de l’entreprise [étasunienne] Shada (cf. http://www.alterpresse.org/spip.php...) dans la déforestation de notre pays ».

Après Rio ?

Rappelant combien la « participation à Rio entre dans le processus de mobilisation, dans lequel nous sommes engagés depuis de longues années », le dirigeant de la Papda annonce l’organisation prochaine d’un « forum de restitution, de manière à ce que les idées sorties de Rio soient diffusées et débattues en Haïti ».

La Papda n’entend pas démordre de ses « revendications antérieures au sommet des peuples, notamment sur la question des études d’impact environnemental et l’éducation environnementale ».

« Tout investissement important doit être précédé d’études sur l’impact environnemental. Le cas de Caracol [Nord-Est d’Haïti] est une preuve de catastrophe », soutient Chalmers, qui s’inquiète de l’importance de la menace au niveau des projets miniers.

« Dans les différents niveaux de l’enseignement, il faudrait mettre en place des cours d’éducation environnementale, qui permettra à chaque Haïtienne et à chaque Haïtien de connaitre les forces et faiblesses de leur environnement, les différents cycles de production agricole, les écosystèmes », recommande la Papda.

« Ces espaces d’éducation ne doivent pas être uniquement théoriques, mais doivent erre plutôt massivement intégrés dans des campagnes de reforestation, de recyclage de déchets, etc. », poursuit la plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif. l L’une des propositions les plus actuelles est celle de « Jean Anil Louis-Juste, ce grand intellectuel militant [qui] a été l’un des tout premiers à lancer cette idée de restructurer le système éducatif [haïtien], autour d’une nouvelle relation entre la population et son environnement, une nouvelle responsabilité citoyenne autour de la question environnementale », rappelle Chalmers.

Assassiné le 12 janvier 2010, quelques heures avant le séisme, Louis-Juste a plaidé, durant sa vie, pour une « école écologique de citoyenneté pleine ».

En attendant, la Papda pense « Faire de Rio, un momentum fort, dans le cadre de la convergence des différents mouvements sociaux autour des objectifs clés qui doivent permettre au pays de se relever ».

This page has not been translated into Čeština yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Verso lo sciopero generale e sociale nel mondo del lavoro, nei territori, nelle piazze

Amérique centrale / Caraïbes | Impérialisme / Guerre | fr

Sat 01 Nov, 11:48

browse text browse image

minustahcolera_1.jpg imageC´en est trop: Nous demandons aux forces d´occupation militaire des Nations Unies en Haïti de mettre 01:19 Fri 17 Feb by VA 0 comments

Il existe plus de mille raisons pour que les forces de l´ONU abandonnent Haïti. Il n´existe aucune raison capable de justifier leur présence. [English] [Castellano] [Kreyòl Ayisyen]

costa_rica_nb.jpg image[Costa Rica] Il ne reste plus de joues à tendres 01:10 Thu 05 Aug by Colectivo La Libertad 0 comments

Déclaration du collectif La Libertad qui nous arrive du Costa Rica. Elle traite de la militarisation croissante de la zone Amérique Centrale-Caraïbe. Elle examine aussi la répression croissante contre le mouvement populaire et contre chaque forme de protestation sociale ainsi que sa position devant l'autorisation donnée pour le stationnement de milliers de marines yankee sur le territoire du Costa Rica. Solidarité et Force. [Castellano] [English]

demokrasi_popile_2.jpg imageSolidarité avec le people haïtien! Pas de militarisation du pays! 06:08 Wed 24 Feb by Comité Democrático Haitiano en Argentina 0 comments

Le séisme qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010, a aussi secoué la conscience et le cœur de milliers de personnes de part le monde, séisme qui a rappelé à leur conscience l’existence d’Haïti. Il a été rappelé à notre mémoire, entre deux dépêches sur la catastrophe naturelle, que le peuple haïtien a subit de nombreuses catastrophes sociales, information qui ne nous est jamais enseigné à l’école. L’occupation militaire des Nations Unies et des États-Unis, les dictatures sanglantes supportées par le Pentagone, les embargos et les sanctions imposés par l’impérialisme français et américain, ont été tout aussi dévastateur que le séisme lui-même.
[Castellano] [English] [Italiano]

protestas_13_febrero_2006_12.jpg imageManifeste pour la désoccupation immédiate d'Haïti 04:26 Fri 20 Apr by Secretaria operativa 1 comments

Durant notre tournée au Brésil, nous avons assisté à une réunion de l’Assemblée Populaire de ce pays. Là, en présence de représentants de plus d’une cinquantaine d’organisations et faisant suite à notre présentation de la situation, une résolution avait été acceptée unanimement de se prononcer sur l’occupation d’Haïti par les troupes latino américaines, en particulier celles du Brésil même.

Le « Manifeste » qui suit (la traduction est de nous, l’original se trouve plus bas) témoigne de cette décision. Il vient de nous être envoyé. Par l’intermédiaire de la presse nous souhaitons le rendre au grand public, pour qu’il puisse savoir qu’au pays du Brésil, il n’y a pas que des voix qui plaident en faveur d’une intervention militaire. Et tirer lui aussi les conséquences qui s’imposeraient.

Batay Ouvriyé, Port-au-Prince, mardi 17 avril 2007

textHaïti : Quand l'aide humanitaire camoufle une occupation militaire Mar 09 by Cause commune 0 comments

Plus d'un mois s'est écoulé depuis ce séisme qui, selon les bilans actuels, aurait fait plus de 1,2 million de sans-abri et près de 300 000 disparu-e-s, soit 3,3 % de la population. Malgré l'apparente solidarité internationale, la terrible catastrophe haïtienne camoufle une occupation militaire sans précédent du pays.

Alors que les médias délaissent tranquillement le dossier afin de retourner à des sujets « plus vendeurs », une guerre silencieuse pour la prise de possession des ressources naturelles et de la reconstruction fait rage sur la petite île.

imageHaïti : Il n’y a pas de « malédiction » Mar 04 by Boris (AL Paris Sud) 0 comments

La terre a tremblé à Haïti, dévastant la capitale Port-au-Prince. Au-delà de ses effets immédiats, le séisme met aussi en évidence les difficultés structurelles du pays.

imageL’arbre qui cache la forêt: Que cache l’occupation américaine d’Haïti? Jan 30 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

Haïti semble être la dernière victime des États-Unis dans la tentative de reconquête de son hégémonie en Amérique Latine. Bien entendu, cette occupation tend à créer des frictions avec d’autres puissances qui ont également des intérêts en Haïti : C’est pour cette raison que La France et le Brésil, « les amis d’Haïti » se rencontreront au Canada lundi 25 janvier 2009 pour régler leurs différents et décider de l’avenir d’Haïti sans véritable implication des haïtiens eux-mêmes.

[English]

imageInsurrection au Honduras? Jul 29 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

La rupture des négociations de San José de Costa Rica pour trouver une sortie "négociée" favorable aux Gorilles du Honduras, affaiblit et isole la dictature, en même temps qu'elle ouvre la possibilité pour que le peuple puisse affermir son rôle d'acteur politique de droit et puisse avancer, par sa résistance, vers une victoire partant du bas. Cette rupture, ouvre de plus grandes possibilités à une victoire populaire par l'action directe, qui aura pour résultat de renforcer le peuple, par l'acquisition d'une plus grande expérience et par la prise de conscience de ses capacités. Ce scénario représenterait une importante défaite des secteurs les plus archaïques de l'oligarchie. C'est dans ce sens, est que notre solidarité doit s'exprimer avec la plus grande force en ce moment critique où le peuple peut passer à l'offensive et pendant lequel la répression sera, probablement, elle aussi accentuée.

imageHONDURAS : On négocie la sortie de "crise" dans le dos du peuple Jul 13 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

Cet article de José Antonio Gutiérrez D publié par Anarkismo analyse la situation actuelle au Honduras ; il montre, notamment, comment les auteurs du coup d'Etat, obligés à négocier, espèrent continuer leur travail de sape à l'encontre de tout réformisme aussi tiède soit-il et comment ces négociations se dérouleront dans le dos du peuple. Cet article fait suite à celui qui avait été publié précédemment.

[ Castellano ]

Traduction: Groupe Nada (FA)

more >>

imageC´en est trop: Nous demandons aux forces d´occupation militaire des Nations Unies en Haïti de mettre Feb 17 0 comments

Il existe plus de mille raisons pour que les forces de l´ONU abandonnent Haïti. Il n´existe aucune raison capable de justifier leur présence. [English] [Castellano] [Kreyòl Ayisyen]

image[Costa Rica] Il ne reste plus de joues à tendres Aug 05 0 comments

Déclaration du collectif La Libertad qui nous arrive du Costa Rica. Elle traite de la militarisation croissante de la zone Amérique Centrale-Caraïbe. Elle examine aussi la répression croissante contre le mouvement populaire et contre chaque forme de protestation sociale ainsi que sa position devant l'autorisation donnée pour le stationnement de milliers de marines yankee sur le territoire du Costa Rica. Solidarité et Force. [Castellano] [English]

imageSolidarité avec le people haïtien! Pas de militarisation du pays! Feb 24 0 comments

Le séisme qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010, a aussi secoué la conscience et le cœur de milliers de personnes de part le monde, séisme qui a rappelé à leur conscience l’existence d’Haïti. Il a été rappelé à notre mémoire, entre deux dépêches sur la catastrophe naturelle, que le peuple haïtien a subit de nombreuses catastrophes sociales, information qui ne nous est jamais enseigné à l’école. L’occupation militaire des Nations Unies et des États-Unis, les dictatures sanglantes supportées par le Pentagone, les embargos et les sanctions imposés par l’impérialisme français et américain, ont été tout aussi dévastateur que le séisme lui-même.
[Castellano] [English] [Italiano]

imageManifeste pour la désoccupation immédiate d'Haïti Apr 20 ASSEMBLÉIA POPULAR 1 comments

Durant notre tournée au Brésil, nous avons assisté à une réunion de l’Assemblée Populaire de ce pays. Là, en présence de représentants de plus d’une cinquantaine d’organisations et faisant suite à notre présentation de la situation, une résolution avait été acceptée unanimement de se prononcer sur l’occupation d’Haïti par les troupes latino américaines, en particulier celles du Brésil même.

Le « Manifeste » qui suit (la traduction est de nous, l’original se trouve plus bas) témoigne de cette décision. Il vient de nous être envoyé. Par l’intermédiaire de la presse nous souhaitons le rendre au grand public, pour qu’il puisse savoir qu’au pays du Brésil, il n’y a pas que des voix qui plaident en faveur d’une intervention militaire. Et tirer lui aussi les conséquences qui s’imposeraient.

Batay Ouvriyé, Port-au-Prince, mardi 17 avril 2007

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]