user preferences

New Events

Amérique centrale / Caraïbes

no event posted in the last week

La Martinique: un enjeu stratégique

category amérique centrale / caraïbes | impérialisme / guerre | presse non anarchiste author Wednesday April 25, 2012 02:38author by Robert Sae Report this post to the editors

Si elle ne couvre que 1100 Km2 et ne compte que 400.000 habitants, la Martinique est néanmoins une base essentielle sur laquelle s’appuie la politique des impérialistes européens dans la région. Ce « Département Français d’Amérique (DFA)» est utilisé comme un véritable cheval de Troie pour leur intervention.

martinica_1.gif

La domination coloniale perdure

Avec la complicité de ses alliés dans les institutions internationales, la France est parvenue à jeter un voile sur la domination coloniale qu’elle exerce en Martinique. En imposant le statut départemental en 1946, elle a prétendu avoir réalisé la décolonisation du pays et, désormais, tout ce qui s’y passe est déclaré « affaire interne ». Les défenseurs des droits des peuples sont priés d’aller voir ailleurs.

N’importe quel analyste sérieux, se penchant sur la réalité des rapports liant la Martinique à la France et sur les politiques menées dans notre pays, ne peut qu’y constater la persistance du colonialisme : Encadrement de toutes les administrations en quasi totalité par des ressortissants « métropolitains », économie extravertie au service de la métropole, présence de forces armées utilisées dans les conflits sociaux, justice à deux vitesses, permanence du racisme, etc. Les conséquences désastreuses sur la majorité de la population au plan social et psychique, les inégalités criantes ne peuvent être gommées par l’existence d’infrastructures modernes, visant à faire de la Martinique une vitrine de la grandeur française dans la région, pas plus que par des acquis sociaux, obtenus aux prix de luttes incessantes et sanglantes. Jusqu’en 1974, les grèves se sont soldées par l’assassinat de travailleurs par les forces de répression françaises. D’ailleurs, comme dans le reste du monde, ces acquis sociaux sont laminés par la politique néolibérale agressive qui prévaut aujourd’hui. 32% de la population active est au chômage (62% pour les moins de 25 ans) ; 20 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté.

Depuis quelques années, les Gouvernements Français successifs affirment prendre en compte les « spécificités » de la Martinique. Il s’agit là d’un leurre. S’ils ont mis en œuvre une politique de décentralisation à partir de 1982, c’est parce qu’ils y ont été contraints, d’une part, par la montée en puissance des mouvements autonomiste puis indépendantiste, mais, d’autre part, par la nécessité de moderniser les structures administratives, trop jacobines, de leur propre pays. Mais, aucun pouvoir politique notable n’a été consenti aux collectivités locales. La tutelle sur la Martinique est restée totale à tous points de vue.

La montée en puissance des revendications identitaires et la percée électorale des indépendantistes, qui ont été largement majoritaires au Conseil Régional de 2006 à 2010 (la majorité actuelle est autonomiste), a contraint le gouvernement à organiser des consultations référendaires, soi-disant pour permettre à la population de s’exprimer à propos de la mise sur pied d’une Collectivité Nouvelle. Mais celle-ci, impérativement inscrite « dans le cadre de la République Française », est, elle aussi, dénuée de tout pouvoir politique. Il faut dénoncer, ici, le fait que toutes les consultations organisées dans le pays ont lieu dans un contexte de désinformation massive, de chantage à la suppression des acquis sociaux, excluent le tiers de la population martiniquaise émigrée en France et qu’y participent les Français de passage y compris les membres de l’armée et des « forces de l’ordre ».

Une plate-forme pour l’intervention impérialiste

La construction de l’Union Européenne, dont la France est l’un des moteurs, a pour conséquence que la Martinique n’est plus seulement une colonie de ce pays mais qu’elle est devenue un pion essentiel dans la réalisation des objectifs stratégiques des impérialistes européens.

- La France qui se targue d’être un pays caribéen peut occuper des sièges dans les instances régionales. Là, elle peut s’opposer aux intérêts des pays de la zone (Par exemple en faisant obstacle à leur volonté de limiter le passage des bateaux transportant des déchets nucléaires).

- La pénétration commerciale des produits européens peut se faire à partir de l’aéroport international et du « port d’éclatement » de la Martinique. L’Etat Français et les investisseurs européens, derrière la volonté affichée de « coopération régionale » et camouflés dans des entreprises qui n’ont de martiniquaises que le nom, tentent d’assurer leur main mise sur le marché caribéen.

- Le pays est une base d’appui de la plus haute importance pour la surveillance, le renseignement et les interventions militaires dans la région. (Avec la Guadeloupe, la Martinique à servi de relais lors de la guerre des Malouines et de l’invasion de Grenade ; des manœuvre militaires conjointes sont régulièrement organisées par la France et les USA.)

- La France cultive les divisions entre les peuples caribéens. La politique de plus en plus xénophobe qui a cours en Europe est exacerbée sous l’égide des autorités françaises. Les candidats à l’immigration subissent discriminations et humiliations, et nos voisins, même quand ils sont solvables et qu’ils souhaitent faire des séjours limités (pour, par exemple, participer à des événements culturels ou sportifs), ont les pires difficultés à obtenir des visas.

Toute cette réalité nous amène à affirmer, en conclusion, que l’accession à la souveraineté du peuple Martiniquais est l’une des conditions nécessaires au renversement de la domination impérialiste dans l’ensemble de notre région

Related Link: http://alainet.org/active/54288

This page has not been translated into Kreyòl ayisyen yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Verso lo sciopero generale e sociale nel mondo del lavoro, nei territori, nelle piazze

Amérique centrale / Caraïbes | Impérialisme / Guerre | fr

Sat 25 Oct, 15:46

browse text browse image

minustahcolera_1.jpg imageC´en est trop: Nous demandons aux forces d´occupation militaire des Nations Unies en Haïti de mettre 01:19 Fri 17 Feb by VA 0 comments

Il existe plus de mille raisons pour que les forces de l´ONU abandonnent Haïti. Il n´existe aucune raison capable de justifier leur présence. [English] [Castellano] [Kreyòl Ayisyen]

costa_rica_nb.jpg image[Costa Rica] Il ne reste plus de joues à tendres 02:10 Thu 05 Aug by Colectivo La Libertad 0 comments

Déclaration du collectif La Libertad qui nous arrive du Costa Rica. Elle traite de la militarisation croissante de la zone Amérique Centrale-Caraïbe. Elle examine aussi la répression croissante contre le mouvement populaire et contre chaque forme de protestation sociale ainsi que sa position devant l'autorisation donnée pour le stationnement de milliers de marines yankee sur le territoire du Costa Rica. Solidarité et Force. [Castellano] [English]

demokrasi_popile_2.jpg imageSolidarité avec le people haïtien! Pas de militarisation du pays! 06:08 Wed 24 Feb by Comité Democrático Haitiano en Argentina 0 comments

Le séisme qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010, a aussi secoué la conscience et le cœur de milliers de personnes de part le monde, séisme qui a rappelé à leur conscience l’existence d’Haïti. Il a été rappelé à notre mémoire, entre deux dépêches sur la catastrophe naturelle, que le peuple haïtien a subit de nombreuses catastrophes sociales, information qui ne nous est jamais enseigné à l’école. L’occupation militaire des Nations Unies et des États-Unis, les dictatures sanglantes supportées par le Pentagone, les embargos et les sanctions imposés par l’impérialisme français et américain, ont été tout aussi dévastateur que le séisme lui-même.
[Castellano] [English] [Italiano]

protestas_13_febrero_2006_12.jpg imageManifeste pour la désoccupation immédiate d'Haïti 05:26 Fri 20 Apr by Secretaria operativa 1 comments

Durant notre tournée au Brésil, nous avons assisté à une réunion de l’Assemblée Populaire de ce pays. Là, en présence de représentants de plus d’une cinquantaine d’organisations et faisant suite à notre présentation de la situation, une résolution avait été acceptée unanimement de se prononcer sur l’occupation d’Haïti par les troupes latino américaines, en particulier celles du Brésil même.

Le « Manifeste » qui suit (la traduction est de nous, l’original se trouve plus bas) témoigne de cette décision. Il vient de nous être envoyé. Par l’intermédiaire de la presse nous souhaitons le rendre au grand public, pour qu’il puisse savoir qu’au pays du Brésil, il n’y a pas que des voix qui plaident en faveur d’une intervention militaire. Et tirer lui aussi les conséquences qui s’imposeraient.

Batay Ouvriyé, Port-au-Prince, mardi 17 avril 2007

textHaïti : Quand l'aide humanitaire camoufle une occupation militaire Mar 09 by Cause commune 0 comments

Plus d'un mois s'est écoulé depuis ce séisme qui, selon les bilans actuels, aurait fait plus de 1,2 million de sans-abri et près de 300 000 disparu-e-s, soit 3,3 % de la population. Malgré l'apparente solidarité internationale, la terrible catastrophe haïtienne camoufle une occupation militaire sans précédent du pays.

Alors que les médias délaissent tranquillement le dossier afin de retourner à des sujets « plus vendeurs », une guerre silencieuse pour la prise de possession des ressources naturelles et de la reconstruction fait rage sur la petite île.

imageHaïti : Il n’y a pas de « malédiction » Mar 04 by Boris (AL Paris Sud) 0 comments

La terre a tremblé à Haïti, dévastant la capitale Port-au-Prince. Au-delà de ses effets immédiats, le séisme met aussi en évidence les difficultés structurelles du pays.

imageL’arbre qui cache la forêt: Que cache l’occupation américaine d’Haïti? Jan 30 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

Haïti semble être la dernière victime des États-Unis dans la tentative de reconquête de son hégémonie en Amérique Latine. Bien entendu, cette occupation tend à créer des frictions avec d’autres puissances qui ont également des intérêts en Haïti : C’est pour cette raison que La France et le Brésil, « les amis d’Haïti » se rencontreront au Canada lundi 25 janvier 2009 pour régler leurs différents et décider de l’avenir d’Haïti sans véritable implication des haïtiens eux-mêmes.

[English]

imageInsurrection au Honduras? Jul 30 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

La rupture des négociations de San José de Costa Rica pour trouver une sortie "négociée" favorable aux Gorilles du Honduras, affaiblit et isole la dictature, en même temps qu'elle ouvre la possibilité pour que le peuple puisse affermir son rôle d'acteur politique de droit et puisse avancer, par sa résistance, vers une victoire partant du bas. Cette rupture, ouvre de plus grandes possibilités à une victoire populaire par l'action directe, qui aura pour résultat de renforcer le peuple, par l'acquisition d'une plus grande expérience et par la prise de conscience de ses capacités. Ce scénario représenterait une importante défaite des secteurs les plus archaïques de l'oligarchie. C'est dans ce sens, est que notre solidarité doit s'exprimer avec la plus grande force en ce moment critique où le peuple peut passer à l'offensive et pendant lequel la répression sera, probablement, elle aussi accentuée.

imageHONDURAS : On négocie la sortie de "crise" dans le dos du peuple Jul 13 by José Antonio Gutiérrez D. 0 comments

Cet article de José Antonio Gutiérrez D publié par Anarkismo analyse la situation actuelle au Honduras ; il montre, notamment, comment les auteurs du coup d'Etat, obligés à négocier, espèrent continuer leur travail de sape à l'encontre de tout réformisme aussi tiède soit-il et comment ces négociations se dérouleront dans le dos du peuple. Cet article fait suite à celui qui avait été publié précédemment.

[ Castellano ]

Traduction: Groupe Nada (FA)

more >>

imageC´en est trop: Nous demandons aux forces d´occupation militaire des Nations Unies en Haïti de mettre Feb 17 0 comments

Il existe plus de mille raisons pour que les forces de l´ONU abandonnent Haïti. Il n´existe aucune raison capable de justifier leur présence. [English] [Castellano] [Kreyòl Ayisyen]

image[Costa Rica] Il ne reste plus de joues à tendres Aug 05 0 comments

Déclaration du collectif La Libertad qui nous arrive du Costa Rica. Elle traite de la militarisation croissante de la zone Amérique Centrale-Caraïbe. Elle examine aussi la répression croissante contre le mouvement populaire et contre chaque forme de protestation sociale ainsi que sa position devant l'autorisation donnée pour le stationnement de milliers de marines yankee sur le territoire du Costa Rica. Solidarité et Force. [Castellano] [English]

imageSolidarité avec le people haïtien! Pas de militarisation du pays! Feb 24 0 comments

Le séisme qui a secoué Haïti le 12 janvier 2010, a aussi secoué la conscience et le cœur de milliers de personnes de part le monde, séisme qui a rappelé à leur conscience l’existence d’Haïti. Il a été rappelé à notre mémoire, entre deux dépêches sur la catastrophe naturelle, que le peuple haïtien a subit de nombreuses catastrophes sociales, information qui ne nous est jamais enseigné à l’école. L’occupation militaire des Nations Unies et des États-Unis, les dictatures sanglantes supportées par le Pentagone, les embargos et les sanctions imposés par l’impérialisme français et américain, ont été tout aussi dévastateur que le séisme lui-même.
[Castellano] [English] [Italiano]

imageManifeste pour la désoccupation immédiate d'Haïti Apr 20 ASSEMBLÉIA POPULAR 1 comments

Durant notre tournée au Brésil, nous avons assisté à une réunion de l’Assemblée Populaire de ce pays. Là, en présence de représentants de plus d’une cinquantaine d’organisations et faisant suite à notre présentation de la situation, une résolution avait été acceptée unanimement de se prononcer sur l’occupation d’Haïti par les troupes latino américaines, en particulier celles du Brésil même.

Le « Manifeste » qui suit (la traduction est de nous, l’original se trouve plus bas) témoigne de cette décision. Il vient de nous être envoyé. Par l’intermédiaire de la presse nous souhaitons le rendre au grand public, pour qu’il puisse savoir qu’au pays du Brésil, il n’y a pas que des voix qui plaident en faveur d’une intervention militaire. Et tirer lui aussi les conséquences qui s’imposeraient.

Batay Ouvriyé, Port-au-Prince, mardi 17 avril 2007

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]