user preferences

La victoire au bout des doigts

category amérique du nord / mexique | Éducation | article de fond author Friday April 13, 2012 18:25author by Marc-André Cyr Report this post to the editors

featured image

Depuis 2008, partout dans le monde, les classes populaires luttent contre les politiques d’austérité qu’on tente de leur faire avaler à coup de discours serviles et de violence policière. La détermination est grande, les combats sont parfois épiques, mais les victoires sont malheureusement très rares. Les étudiantes et les étudiants québécois ont présentement tout en leurs mains pour créer une brèche dans ce long parcours de défaites populaires et de repli.

Voir aussi:
22 mars : Les anarchistes ont fait bloc et la lutte n’est pas prête de s’éteindre!
The role of anarchists in the Quebec student movement
Anarquistas en el movimiento estudiantil de Quebec


La victoire au bout des doigts


On a demandé aux étudiantes et aux étudiants de ne pas faire la grève.

Politiciens et chroniqueurs ont tenté de nous faire croire que cette grève avait pour objectif de refiler la facture à la « classe moyenne » et que la cause étudiante en était une égoïste. En boucle, tel que le veut la machine de propagande, on a répété et répété (et répété et répété) que les étudiantes et les étudiants étaient des « paresseux », des « communistes », de la « racaille », des « écervelés », des « bébés gâtés »…

Mais les grévistes n’ont par cru les politiciens et les chroniqueurs, et ils ont poursuivi.

On a alors dit que leur grève n’en était pas une, qu’il s’agissait d’un « boycott » et qu’ils allaient être les seuls à en payer les conséquences. Autant de la part de la ministre, des directions des institutions scolaires que de la fédération des cégeps, les menaces allant en ce sens ont été nombreuses.

Mais les étudiants n’ont pas eu peur. Et ils ont reconduit cette grève qui coute des millions de dollars chaque jour au gouvernement.

On a alors ajouté que les assemblées générales n’étaient pas démocratiques et qu’elles étaient soumises à de l’intimidation. Fait en apparence paradoxal : les mêmes chroniqueurs qui dénoncent cette pseudo intimidation (qui s’appuie sur les propos anecdotiques de quelques membres du Parti libéral) ne soufflent mot sur la brutalité policière, pour sa part bien documentée et objectivement plus brutale.

Mais les étudiantes et les étudiants connaissent leurs assemblées. Ils savent qu’elles permettent à tous sans exception de prendre la parole. Ils savent qu’elles sont qualitativement plus démocratiques que cet ersatz de démocratie parlementaire asservi au pouvoir de l’argent.

Ils ont donc continué, envers contre tous, en s’appuyant sur la démocratie directe, sur leur propre autorité, afin de poursuivre la lutte.

Pour plaire à l’opinion publique qui la regarde lovée dans tous divans tranquilles de la province, on a également demandé aux étudiants d’être plus sages et respectueux. On leur a demandé de cesser les blocages et les occupations. On leur a demandé d’enlever leur masque et de donner le parcours de leur manifestation.

Mais encore une fois, ils n’ont pas écouté.

Avec ou sans l’accord de la police, ils ont manifesté, manifesté et encore manifesté. Ils ont bloqué les ponts Jacques Cartier, Champlain et de la Concorde, bloqué l’accès à Loto Québec, bloqué l’accès aux quais de débarquement de la SAQ, bloqué le port de Montréal (à quatre reprises!), bloqué la Banque nationale, bloqué à de nombreuses reprises les bureaux administratifs de leurs universités. Ils ont défendu les lignes de piquetages contre les forces de l’ordre et la violence des étudiants réactionnaires, dressé des barricades pour défier les injonctions, attaqué (littéralement!) le banquet de l’assemblée des actionnaires de la Banque Nationale, peinturé de rouge le ministère de l’Éducation, perturbé un souper de Jean Charest, accroché un drapeau rouge au pont Jacques-Cartier, infesté les HEC de criquets…

Restait donc la matraque. On leur a envoyé la police qui, avec tout le courage et le discernement qu’on lui connait, a fait son travail avec zèle et passion. Elle ne s’est évidemment pas gênée pour réprimer des manifestations pacifiques et briser des lignes de piquetages. Elle a d’ailleurs utilisé de nombreux moyens illégaux pour y parvenir : menaces, fouilles et arrestations illégales, policiers non identifiés, usage de grenades assourdissantes à hauteur de sol, etc.

Mais les étudiantes et les étudiants ne sont pas rentrés chez eux. Ils ont plutôt redoublé d’ardeur et de détermination dans leurs actions.

Reste alors le pouvoir des juges. Pour ceux et celles qui sont trop lâches pour débattre démocratiquement de politique, le recours aux avocats peut toujours être utile (du moins pour ceux et celles qui en ont les moyens). C’est désormais à coup d’injonctions que les adversaires de la grève tentent de stopper l’élan contestataire. Dans quelques quatre ou cinq établissements, elles interdisent les lignes de piquetages et la perturbation des cours. La ministre, avec tout le courage que cela nécessite, fait désormais des appels au « retour forcé en classe ». Trop faible pour faire face à la musique, elle se cache derrière le pouvoir des juges pour gérer le conflit

Mais les étudiantes et les étudiants ne sont pas dupes. Ils savent que leur autorité n’a pas à se soumettre à celle du droit. Ils savent que ce n’est pas en cours que se règlera cette grève. Et ils les combattent, ces injonctions.

Nous l’avons déjà dit : cette grève est historique. Elle est la plus longue et la plus turbulente de l’histoire du Québec. Les grévistes ont affronté la démagogie et la sensiblerie des chroniqueurs de droite, la brutalité et l’arrogance des forces de l’ordre, la lâcheté et le mépris du gouvernement, les menaces venant des institutions d’enseignement et les injonctions des juges.

Les étudiantes et les étudiants ont refusé de se soumettre à la logique du statu quo qu’ils combattent. Ils ont refusé d’obéir et pour le malheur du gouvernement et de ses alliés, c’est de cette désobéissance qu’ils tirent leur force.

Mais vont-ils tenir encore assez longtemps? Vont-ils avoir encore le courage de reconduire cette grève jusqu’à ce que le gouvernement flanche? Iront-ils au bout de leur lutte, de leurs idéaux ?

Depuis 2008, partout dans le monde, les classes populaires luttent contre les politiques d’austérité qu’on tente de leur faire avaler à coup de discours serviles et de violence policière. La détermination est grande, les combats sont parfois épiques, mais les victoires sont malheureusement très rares. Les étudiantes et les étudiants québécois ont présentement tout en leurs mains pour créer une brèche dans ce long parcours de défaites populaires et de repli.

La victoire est désormais au bout des doigts. Il suffit, pour les grévistes, de serrer les poings encore quelques jours. Si cette grève est déjà historique, imaginez un instant combien le serait la victoire…

Publié à l'origine sur le blog de Marc-André Cyr le 11 avril 2012: http://voir.ca/marc-andre-cyr/2012/04/11/la-victoire-au-bout-des-doigts/

This page has not been translated into Other yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Issue #3 of the Newsletter of the Tokologo African Anarchist Collective

Front page

Elementos da Conjuntura Eleitoral 2014

The experiment of West Kurdistan (Syrian Kurdistan) has proved that people can make changes

[Chile] EL FTEM promueve una serie de “jornadas de debate sindical”

Ukraine: Interview with a Donetsk anarchist

The present confrontation between the Zionist settler colonialist project in Palestine and the indigenous working people

Prisões e mais criminalização marcam o final da Copa do Mundo no Brasil

An Anarchist Response to a Trotskyist Attack: Review of “An Introduction to Marxism and Anarchism” by Alan Woods (2011)

هەڵوێستی سەربەخۆی جەماوەر لە نێوان داعش و &

Contra a Copa e a Repressão: Somente a Luta e Organização!

Nota Pública de soldariedade e denúncia

Üzüntümüz Öfkemizin Tohumudur

Uruguay, ante la represión y el abuso policial

To vote or not to vote: Should it be a question?

Mayday: Building A New Workers Movement

Anarchist and international solidarity against Russian State repression

Argentina: Atentado y Amenazas contra militantes sociales de la FOB en Rosario, Santa Fe

Réponses anarchistes à la crise écologique

50 оттенков коричневого

A verdadeira face da violência!

The Battle for Burgos

Face à l’antisémitisme, pour l’autodéfense

Reflexiones en torno a los libertarios en Chile y la participación electoral

Mandela, the ANC and the 1994 Breakthrough: Anarchist / syndicalist reflections

Melissa Sepúlveda "Uno de los desafíos más importantes es mostrarnos como una alternativa real"

Amérique du Nord / Mexique | Éducation | fr

Tue 23 Sep, 06:20

browse text browse image

quebec.jpg imageVive l’université québécoise libre! 01:33 Wed 30 May by Alternative Libertaire 0 comments

Un mouvement étudiant sans précédent secoue le Québec depuis plusieurs mois, contre la hausse de 75% des frais de scolarité à l’université que veut imposer le gouvernement libéral de Jean Charest.

classequebec.jpg imageQuébec: La lutte c’est Classe 22:10 Sun 20 May by Union Communiste Libertaire 0 comments

Un mouvement social secoue actuellement les universités québécoises, contre la hausse des frais d’inscription.

safe_image.php.jpeg imageRectificatifs sur les liens entre la CLASSE et l'UCL 23:13 Fri 11 May by Union Communiste Libertaire 0 comments

Plusieurs affirmations ont circulé récemment à l’effet que des anarchistes seraient actifs et actives dans le mouvement étudiant. Des liens entre la Coalition large de l’ASSÉ (CLASSE) et l’Union communiste libertaire ont en particulier été faits sur de nombreux blogues et journaux. Si certaines informations sont vraies, la plupart sont fausses et méritent quelques rectificatifs

quebec.jpg image22 mars : Les anarchistes ont fait bloc et la lutte n’est pas prête de s’éteindre! 22:02 Sat 24 Mar by Union Communiste Libertaire 0 comments

L’Union Communiste Libertaire tient à remercier et saluer les quelque 150 personnes qui ont participé au contingent anarchiste appelé par celle-ci lors de la manifestation étudiante nationale du 22 mars à Montréal.

textGrève générale à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) 20:26 Wed 08 Apr by Ramona 0 comments

La grève générale se poursuit à l'UQAM, à Montréal. Après les profs et les étudiantEs, voici que les employéEs de soutien ont voté un mandat de grève de 24h. Voici un article écrit à la fin de la semaine dernière par une étudiante de l'UCL-Montréal. Source: La Commune

textLa désertification militante au MAGE-UQAC Sep 09 by Collectif Emma Goldman 0 comments

Depuis la création de SAGE-UQAC (Service de l’association générale étudiante de l’UQAC), un conseil d’administration a été mis sur pied. Ce C.A a pour mission la viabilité financière du MAGE-UQAC, via la création de services dans les murs de l’université. Historiquement, le MAGE-UQAC n’a jamais été une association étudiante très combative; elle misait beaucoup plus sur la collaboration et le copinage avec les « gestionnaires » de l’université. Ayant été créée en 1969, l’UQAC a toujours accueilli énormément d’étudiants et étudiantes en administration. Ils et elles ont d’ailleurs été les créateurs et créatrices du MAGE-UQAC et de ses services. La vision entrepreneuriale de ceux et celles-ci a amené la base militante étudiante à déserter cette association étudiante puisqu’elle ne représentait pas ses intérêts et n’était pas fidèle à sa mission.

textN’attendons rien du MAGE : Pour une Autonomie combattante au Saguenay Sep 09 by Collectif Emma Goldman 0 comments

Les étudiantes et étudiants de l’UQAC sont aux prises avec une association étudiante générale, le MAGE-UQAC, constituée comme corporation de services, éteignoir de la contestation universitaire locale. Plutôt que droit acquis de chaude lutte (menée au niveau national), le MAGE-UQAC considère apparemment sa reconnaissance comme un privilège à conserver par une collaboration active dans les objectifs du rectorat; par la cooptation. De même, sa « défense des membres » passe essentiellement par les désirs passagers de fêtes et activités sociales et non, par la défense des intérêts réels étudiants, revendications historiquement définies depuis le mouvement d’occupations étudiantes d’octobre 1968. Un masque doit tomber!

textLe néant féministe du MAGE-UQAC Sep 09 by Collectif Emma Goldman 0 comments

Au Mage-uqac tout comme à la FEUQ, le trou est béant, même carrément géant: le féminisme n’existe pas. Aucune de ces instances ne présente une forme, un embryon, un quelque chose aussi minime soit-il qui s’apparente au féminisme. Bien entendu, la FEUQ a développé quelques publications, par-ci et par-là, mais sous la rubrique ‘’Dossier’’, parmis les Droits d’auteur et les Finances publiques québécoises, aucune trace des revendications des femmes. Or, pour un syndicat étudiant, il est abérant voir inacceptable de faire fie des réalités de près de la moitié de ses membres. Autour de ce vide se place quelques éléments fondamentaux qui ne démentissent pas sur la mauvaise foie et l’inaction de Mage-Uqac envers les femmes.

imageL’acharnement répressif de l’État : Un attaque contre toutes et tous Aug 10 by Ouananiche anarchiste 0 comments

Le texte qui suit est intégralement issu d'une brochure du même nom lancée le 8 août 2012 à Chicoutimi. Il traite de la répression et ses mécanismes dans le contexte du grand mouvement social étudiant maintenant connu comme "Printemps érable" au Québec. En partant d'observations dans diverses régions du Québec, le texte analyse la répression subie et lance quelques interprétations libertaires de la justice, de la loi et de la police.

textGrève étudiante : l’exercice d’un droit collectif May 20 by Cause commune 0 comments

Depuis l’avènement du mouvement étudiant en tant qu’acteur social au Québec, la grève demeure un moyen privilégié de faire pression sur les gouvernants afin de nous faire entendre. Sept grèves générales illimitées et un nombre incalculable de grèves locales ont eu lieu depuis 1968 dans le but de se doter d’une éducation accessible et de qualité, mais aussi pour construire une société plus juste, en lien avec les diverses luttes sociales. La grève étudiante de 2005, malgré les dérapages encourus, aura permis au mouvement étudiant combatif de s’imposer comme un acteur incontournable du monde de l’éducation. Les réactions ne tardèrent pas à venir…

more >>

imageVive l’université québécoise libre! May 30 AL 0 comments

Un mouvement étudiant sans précédent secoue le Québec depuis plusieurs mois, contre la hausse de 75% des frais de scolarité à l’université que veut imposer le gouvernement libéral de Jean Charest.

imageRectificatifs sur les liens entre la CLASSE et l'UCL May 11 0 comments

Plusieurs affirmations ont circulé récemment à l’effet que des anarchistes seraient actifs et actives dans le mouvement étudiant. Des liens entre la Coalition large de l’ASSÉ (CLASSE) et l’Union communiste libertaire ont en particulier été faits sur de nombreux blogues et journaux. Si certaines informations sont vraies, la plupart sont fausses et méritent quelques rectificatifs

image22 mars : Les anarchistes ont fait bloc et la lutte n’est pas prête de s’éteindre! Mar 24 UCL 0 comments

L’Union Communiste Libertaire tient à remercier et saluer les quelque 150 personnes qui ont participé au contingent anarchiste appelé par celle-ci lors de la manifestation étudiante nationale du 22 mars à Montréal.

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]