user preferences

New Events

France / Belgique / Luxembourg

no event posted in the last week

Crise financière: Leur dette, c’est leur intérêt

category france / belgique / luxembourg | Économie | communiqué de presse author Friday January 13, 2012 03:44author by Alternative Libertaire - AL Report this post to the editors

Nous ne sommes pas responsables de la crise de la dette: nous n’avons pas à la payer. Or, quel que soit le prochain président de la République, il appliquera un programme d’austérité drastique pour plaire aux marchés financiers. Nous sommes la «gauche de la rue», n’attendons rien des urnes et organisons la riposte!
crisisfrance.jpg

Le capitalisme est en crise. Une crise qui provient du cœur même de la machine. Depuis les années 1970, le capitalisme nous écrase toujours plus, baisse les salaires directs, mais surtout indirects (primes, retraites, allocations…). C’est à ce prix qu’il a pu maintenir ses profits.

Les travailleurs et les travailleuses, les États eux-mêmes ont pourtant voulu continuer à consommer… mais à crédit, du coup. Et ce qui est vrai pour les salarié-e-s l’est aussi pour l’État : l’endettement, aussi bien public que privé, a explosé ces dernières années, de nouveaux crédits devant rembourser les intérêts de crédits précédents. C’est le serpent qui se mord la queue.

Pourquoi il faut refuser de payer leur dette

Mais au fait, dans quel but les États se sont-ils endettés ? Pour assurer une meilleure redistribution des richesses ? Pour aider les plus démunis ? Non. C’était pour financer les cadeaux faits aux capitalistes (« bouclier fiscal », privatisations, exonérations de charges…) !

L’endettement des États est une manière d’alléger les impôts des riches et d’éviter de redistribuer les richesses. Si les États se financent en empruntant sur les marchés financiers, c’est parce que, dans les années 1980, ils ont choisi de substituer un financement par endettement au financement par l’impôt. En France, la décision a été prise par le gouvernement socialiste de Pierre Bérégovoy. La dictature des marchés, dont les gouvernements se plaignent, résulte en fait d’une servitude volontaire de la part des États. Les deux avancent main dans la main pour enrichir les classes privilégiées et pressurer les travailleuses et les travailleurs.

La même logique est à l’œuvre dans les plans de rigueur. L’État cherche à éviter aux classes possédantes de payer la crise dont elles sont responsables. Et cela, au nom de la « bonne gestion » et des « marchés », comme s’il s’agissait d’entités surnaturelles planant au-dessus de nous, alors que ce ne sont que des fétiches, du vent.

Refusons la fausse évidence selon laquelle nous vivrions « au-dessus de nos moyens ». Nous vivons avec beaucoup moins que ce que nous produisons. Refuser intégralement de payer la dette, c’est simplement récupérer une petite partie de l’argent qu’on nous a volé.

Comment ne pas payer la dette ? En s’opposant à toutes les mesures d’austérité que les gouvernants (UMP ou PS) veulent nous imposer : coupe dans les budgets sociaux, travail gratuit imposé aux chômeurs, diminution des retraites, privatisation et casse des services publics, etc.

N’attendons rien des urnes

Depuis des mois on sauve l’Europe et l’euro chaque semaine, à la faveur d’un sommet de chefs d’États, qui décide de récupérer des dizaines ou des centaines de milliards, en sacrifiant les budgets sociaux. La semaine suivante, le plan est déjà obsolète, et il faut de nouveau se réunir pour de nouveau « sauver l’Europe ».

On jongle en fait avec des sommes astronomiques, qui n’ont plus aucun sens. La seule chose réelle et tangible dans tout cela, ce sont les coupes sociales, licenciements et baisses de salaire. La guerre aux pauvres est déclarée, et quel que soit le vainqueur du scrutin présidentiel, il poursuivra ce programme. Comme chez nos voisins européens, les partis gouvernementaux ont le même discours : il n’y a pas d’alternative à l’austérité.

La parole est à la gauche de la rue

Partout dans le monde, il n’y a pas que les puissants qui se réunissent. Peu à peu, le prolétariat se réveille. D’abord « indigné », puis enragé. Il forme une gauche de la rue authentique, sincère, entière, dénuée de calculs politiciens. C’est la gauche des syndicats combatifs, des mouvements sociaux, féministes, antiracistes, de la jeunesse, des luttes contre les privatisations, les licenciements, les délocalisations, la précarité, les discriminations.

Cette gauche de la rue se distingue en tous points de la gauche gouvernementale rose, rouge, ou verte qui aspire à gérer le capitalisme.

Pour peser politiquement, cette gauche de la rue aux contours encore flous devrait se constituer en un front social. Agissant hors du terrain institutionnel et politicien, ce front saurait s’opposer à l’austérité par le rapport de forces et imposer des avancées dans l’ensemble de la société, des entreprises aux quartiers, en passant par les services publics.

Seule l’existence d’un tel front peut rendre crédible une alternative au capitalisme. C’est l’objectif qu’il faut se fixer : construire une société nouvelle, débarrassée des diktats de la bourgeoisie. Une société fondée sur le socialisme et l’autogestion.

Alternative Libertaire

Related Link: http://www.alternativelibertaire.org

This page has not been translated into Português yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
¿Què està passant a Catalunya?

Front page

Noi comunisti anarchici/libertari nella lotta di classe, nell'Europa del capitale

Luttons contre le harcèlement et toutes les violences patriarcales !

The Old Man and the Coup

Hands off the anarchist movement ! Solidarity with the FAG and the anarchists in Brazil !

URGENTE! Contra A Criminalização, Rodear De Solidariedade Aos Que Lutam!

¡Santiago Maldonado Vive!

Catalunya como oportunidad (para el resto del estado)

La sangre de Llorente, Tumaco: masacre e infamia

Triem Lluitar, El 3 D’octubre Totes I Tots A La Vaga General

¿Què està passant a Catalunya?

Loi travail 2017 : Tout le pouvoir aux patrons !

En Allemagne et ailleurs, la répression ne nous fera pas taire !

El acuerdo en preparacion entre la Union Europea y Libia es un crimen de lesa humanidad

Mourn the Dead, Fight Like Hell for the Living

SAFTU: The tragedy and (hopefully not) the farce

Anarchism, Ethics and Justice: The Michael Schmidt Case

Land, law and decades of devastating douchebaggery

Democracia direta já! Barrar as reformas nas ruas e construir o Poder Popular!

Reseña del libro de José Luis Carretero Miramar “Eduardo Barriobero: Las Luchas de un Jabalí” (Queimada Ediciones, 2017)

Análise da crise política do início da queda do governo Temer

Dès maintenant, passons de la défiance à la résistance sociale !

17 maggio, giornata internazionale contro l’omofobia.

Los Mártires de Chicago: historia de un crimen de clase en la tierra de la “democracia y la libertad”

Strike in Cachoeirinha

© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]