preferenze utente

cerca nell'archivio del sito Cerca cerca nell'archivio del sito


Search comments

Advanced Search

Nuovi eventi

Machrek / Arabie / Irak

nessun evento segnalato nell'ultima settimana

Palestine-Israél: Nabi Salih, la mort d'un lanceur de pierres

category machrek / arabie / irak | luttes dans la communauté | nouvelles author Monday December 26, 2011 01:52author by Jonathan Pollak - Anarchists Against the Wall Segnalare questo messaggio alla redazione

Un Palestinien est mort courageusement, entouré de pierres

Le porte-parole militaire avait raison - Mustafa est mort parce qu'il jetait des pierres, il est mort parce qu'il avait osé parler d'une vérité, avec ses mains, dans un endroit où elle est interdite. [Hebrew] [English] [Italiano] [Castellano]

jihadplstin3_2.jpg


Nabi Salih, la mort d'un lanceur de pierres


Mustafa Tamimi a jeté des pierres. Sans remord, et parfois sans crainte. Pas uniquement cette journée, mais presque tous les vendredis. Il a également dissimulé son visage. Non par peur de la cellule de prison, dont il avait déjà appris à connaître intimement les recoins, mais afin de préserver sa liberté, afin qu'il puisse continuer à jeter des pierres et résister au vol de ses terres. Il a continué à le faire jusqu'au moment de sa mort. ---- Selon le journal britannique The Daily Telegraph, en réponse aux rapports sur le meurtre de Tamimi, le porte-parole du Commandement de la GC Sud a dit sur son compte Twitter: "A quoi s’attendait Mustafa en courant après une jeep en mouvement tout en lançant des pierres # échouer. " Ainsi, de manière simple et moqueuse, le porte-parole a expliqué pourquoi Tamimi était à blâmer pour sa propre mort.

Mustafa Tamimi, du village de Nabi Saleh - fils d’Ikhlas et d’Abd al-Razak, frère de Saddam et Ziad, jumeaux d’Oudaï et de Louai et frère d’Ola - a reçu une balle dans la tête à bout portant, le vendredi. Quelques heures plus tard, à 9h21 le samedi matin, il est décédé de ses blessures. Une grenade à gaz a été tirée sur lui à partir d'une jeep blindée militaire à une distance de quelques mètres seulement. Ce n'était pas par peur que le tireur à appuyé sur la détente. Il passa le canon de son fusil par la porte du véhicule blindé et tira avec l'intention claire de tuer. Le tireur est un soldat. Son identité reste inconnue et le restera peut-être toujours. Peut-être que cela est pour le mieux. L’identifier et le punir ne servirait pas à blanchir les crimes de l'ensemble du système. Comme si les civils israéliens indifférents, le sergent, le commandant de compagnie, le commandant du bataillon, le commandant de brigade, le commandant de division, le ministre de la Défense et le Premier ministre n'avaient aucune responsabilité dans la fusillade.

Le porte-parole militaire avait raison. Mustafa est mort parce qu'il jetait des pierres, il est mort parce qu'il avait osé parler d'une vérité, avec ses mains, dans un endroit où elle est interdite. Toute discussion sur la manière dont la fusillade s’est déroulée, sa légalité et l'ordre de l'ouverture du feu, conclut que le bailleur est interdit d'expulser l'intrus. En effet, l'envahisseur est autorisé à tirer sur l’homme du pays.

Le corps de Mustafa est couché sans vie, parce qu'il a eu le courage de jeter des pierres sur le 24e anniversaire de la première Intifada, qui engendra les enfants des pierres palestiniens. Son frère Oudaï est emprisonné à la prison d'Ofer et n'a pas été autorisé à assister à l'enterrement, parce que lui aussi osé jeter des pierres. Et sa sœur n'était pas autorisée non plus à être à son chevet, dans ses derniers moments, même si elle n'est pas soupçonnée d'avoir jeté des pierres, mais simplement parce qu'elle est une Palestinienne.

Mustafa est un homme courageux tué parce qu'il jetait des pierres et refusait d'avoir peur d'un soldat portant des armes, assis en toute sécurité dans la jeep militaire couvert d’armure. Le jour de la mort de Mustafa, le silence glacé de la vallée d'itinérance a été seulement légèrement moins froid que le bruit strident des lamentations de sa mère qui sont tombés sur elle à l'occasion.

Des milliers de lanceurs de pierres l'ont suivi lors de ses funérailles. Il était descendu dans sa tombe et des pierres couvrirent son corps. Les soldats se situaient à l'entrée de son village. Même l'angoisse et la solitude de la séparation était intolérable pour l'armée, qui a mis ses soldats et ses armes à doucher les endeuillés avec des gaz lacrymogènes alors qu’ils descendaient dans les terres du village suivant les funérailles. Alors que le soldat qui a tiré sur Mustafa est libre, six manifestants ont été mis derrière les barreaux.

Mustafa, nous marchons derrière ton corps, têtes baissées et les yeux pleins de larmes. Nous te chérissons, car tu es mort pour avoir jeté des pierres et nous non.

Jonathan Pollak


Article d'abord publié sur Haaretz.com on-line, le 13.12.11. L'auteur est un des fondateurs de l’initiative des Anarchistes Israéliens Contre le Mur et un conférencier du Comité de Cisjordanie des comités populaires locaux.

Traduction: Organisation Socialiste Libertaire.

Link esterno: http://awalls.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
© 2001-2014 Anarkismo.net. Salvo indicazioni diversi da parte dell'autore di un articolo, tutto il contenuto del sito può essere liberamente utilizzato per fini non commerciali sulla rete ed altrove. Le opinioni espresse negli articoli sono quelle dei contributori degli articoli e non sono necessariamente condivise da Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]