user preferences

New Events

Amérique du Nord / Mexique

no event posted in the last week

Au mouvement "Occupons"

category amérique du nord / mexique | la gauche | opinion / analyse author Saturday November 19, 2011 00:15author by Common Struggle - Libertarian Communist Federation Report this post to the editors

Nous sommes tant inspiré-e-s de prendre part à ce nouveau mouvement populaire, luttant en se réclamant des 99% contre un système qui permet aux corporations de diriger le monde. Nous sommes intéressé-e-s par l’usage répandu de la démocratie directe et des assemblées populaires, la participation des syndicats et des groupes de la communauté et les efforts honnêtes pour inclure les voix des personnes les plus opprimé-e-s. Nous considérons cela les blocs de fondation d’une saine société basée sur la liberté et l’égalité – ce pour quoi nous militons. [English] [Italiano]
460_0___30_0_0_0_0_0_occupy.jpg


Nous sommes tant inspiré-e-s de prendre part à ce nouveau mouvement populaire, luttant en se réclamant des 99% contre un système qui permet aux corporations de diriger le monde. Nous sommes intéressé-e-s par l’usage répandu de la démocratie directe et des assemblées populaires, la participation des syndicats et des groupes de la communauté et les efforts honnêtes pour inclure les voix des personnes les plus opprimé-e-s. Nous considérons cela les blocs de fondation d’une saine société basée sur la liberté et l’égalité – ce pour quoi nous militons.

Comme anarchistes, dans la lutte pour cette société future, nous avons par le passé participé à des occupations, des assemblées en démocratie directe, des mouvements de masse des opprimé-e-s, des manifs sans autorisations et différentes autres actions directes. Aujourd’hui, nous, de l’organisation Common Struggle, sommes impliqué-e-s à nouveau dans ce répertoire d’action avec le mouvement « Occupons » à travers les États-unis. En ré-observant l’histoire de notre mouvement, comme anarchistes, et en analysant ce mouvement émergent en y participant, nous pouvons voir quelques blocages plus loin sur le chemin que nous espérons pouvoir tou-te-s éviter dans le mouvement « Occupons ».

Premièrement, il y a eu beaucoup de débat au sujet de la police. Est-elle avec nous ou contre nous? Certainement, elle est dans les 99%. Et si nous réussissons à construire un nouveau monde, nous voulons que les êtres humains sous les uniformes en fassent parti. Toutefois, la police est présentement une partie spécifique des 99% dont le boulot est de protéger l’accumulation de la richesse, la propriété privée et les intérêts du 1%. Quotidiennement, cette tâche les amène à cibler les gens de couleur, les immigrant-e-s, les personnes transsexuelles et les autres groupes pauvres et opprimés, aidant le 1% à diviser les 99%. Ce travail leur requiert également de réprimer physiquement ceux et celles qui menacent la richesse, la propriété et les intérêts du 1% - par exemple, les personnes en résistance. Dans plusieurs villes à travers les États-unis, la police n’a pas attaqué les occupant-e-s… encore. Dans d’autres endroits, comme Wall Street, San Francisco, Boston et Oakland, la police a commis de multiples assauts et arrestations de masse, rendant claire leur intention de continuer à faire leur boulot. Alors que le mouvement croît à des proportions menaçant réellement la domination du 1%, nous devrions prévoir des arrestations de masse et l’utilisation des armes par les policiers envers nous. Nous devrions être préparé-e-s à défendre contre la police nos sites d’occupation – l’élément vital du mouvement d’occupation. Ils tenteront de nous évicter.

Le second blocage sur le chemin est l’électoralisme. Tandis que ce mouvement croît, des politicien-ne-s et d’autres opportunistes avec des agendas politiques vont tenter de coopter le mouvement. Les plus prévisibles sont ceux et celles du Parti Démocrate. Ils et elles, comme tous les partis, nous promettent le changement jusqu’à ce que nous les élisions. Mais alors que la vie continue, rien ne change. Rien ne change parce que nous abordons le mauvais problème. Le problème n’est pas d’avoir assez de Démocrates au parlement (ou tout autre parti politique). Le problème c’est le système qui permet au même 1% - les riches – le contrôle total, sans égard au parti au pouvoir. Ce système est appelé capitalisme, et il a toujours été un système dans lequel l’argent c’est le pouvoir. Comme communistes libertaires, nous cherchons à abolir toutes les formes de capitalisme. Nos idées politiques ont été produites au sein, et développées à travers, les luttes de la vie quotidienne de la classe ouvrière contre l’oppression de la classe bourgeoise. Nous voulons enlever la richesse, les industries et le pouvoir aux quelques uns les plus riches et les redistribuer à la majorité. Nous voulons que les travailleurs et travailleuses, eux et elles-mêmes, gèrent les industries et les communautés, dans une économie coopérative et sans but lucratif.

Ce n’est pas une coïncidence que les partis Républicain et Démocrate soient les partis de la Grande entreprise. Ils ne représentent pas les 99% parce qu’ils ne sont pas conçus pour ça. Ils ne peuvent rien faire à part nous diviser, tandis que notre indépendance des partis amène au mouvement d’occupation le pouvoir d’atteindre toutes les idéologies et horizons politiques. Si nous voulons que le mouvement représente réellement les 99%, la direction politique doit continuer à venir des assemblées, des gens eux et elles-mêmes. Les partis politiques ne peuvent pas utiliser le système de gouvernement du 1% pour retirer le pouvoir au 1%. Ce ne peut être fait que par nous, le peuple. En occupant les places publiques à travers le pays, et créant ainsi des espaces libérés autogérés par des assemblées fonctionnant en démocratie directe, nous avons commencé la résistance. Toutefois, ces places publiques ne doivent pas demeurer les seules espaces où nous luttons. Si nous voulons sortir Wall Street de nos vies, confrontons-le sans intermédiaires dans les espaces et les communautés où nous vivons. Répandons nos expériences d’organisation, nos actions directes et notre démocratie directe. Occupons nos communautés où les saisies immobilières, la gentrification et les coupures de logements abordables nous chassent en dehors de chez-nous. Occupons nos lieux de travail où les boss se rendent riches en nous exploitant tous les jours – et utilisent la crise économique qu’ils ont causés comme une excuse pour nous faire travailler plus fort pour une rémunération plus basse, faisant planer des menaces de mise-à-pieds au dessus de nos têtes. Occupons nos écoles où la récession est utilisée comme une excuse pour couper dans le financement de l’éducation publique, pour le démantèlement des syndicats d’enseignant-e-s et pour la hausse des frais de scolarité, déjà élevés, alors que les étudiant-e-s obtiennent leur diplôme avec des dettes massives pour plonger dans un marché de l’emploi lugubre.

Dans tous nos efforts, amenons la voix des plus opprimé-e-s à l’avant-plan, et restons debout derrière elles et eux dans leurs luttes. Nous devons défaire le racisme, le sexisme, le colonialisme, l’homophobie et toutes les autres oppressions que le système dominant utilise pour nous garder divisé-e-s et faibles. Seulement alors, les 99% pourront se lever debout contre le pouvoir du 1% et fonder une nouvelle société basée sur la liberté, la justice et l’égalité.

Le problème n’est pas seulement à Wall Street, il est dans toutes nos rues! Débarrassons nos communautés du 1%! Construisons le pouvoir du 99%! Relions nos luttes! Si nous bougeons ensemble, nous pouvons les arrêter définitivement!

Avançons ensemble,

Common Struggle – Libertarian Communist Federation, États-unis

www.commonstruggle.org

Traduction du Blogue du Collectif Emma Goldman (UCL-Saguenay)

Related Link: http://www.commonstruggle.org/
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Neste 8 de Março, levantamos mais uma vez a nossa voz e os nossos punhos pela vida das mulheres!
© 2005-2019 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]