Benutzereinstellungen

Neue Veranstaltungshinweise

International

Es wurden keine neuen Veranstaltungshinweise in der letzten Woche veröffentlicht

Kommende Veranstaltungen

International | La Gauche

Keine kommenden Veranstaltungen veröffentlicht

Écoute, Trotskyste!

[English]

category international | la gauche | opinion / analyse author Montag November 07, 2011 01:56author by Wayne Price - NEFAC & NYMAA Report this post to the editors

Un tract anarchiste

Un tract anarchiste distribué lors d'une conférence à New-York de la International Socialist Organization (ISO) critiquant ses positions trotskistes.


Écoute, Trotskyste!


Le 28 octobre 2006 nous avons participé à la première de deux journées de la Northeast Socialist Conference intitulée Build the Left / Fight the Right! (Construire la Gauche / Combattre la Droite!) à New-York. Malgré son appelation universelle, la conférence était organisée par la International Socialist Organization (ISO) et limitée aux points de vues de cette organisation. Nous avons distribué le tract ci-dessous. L'ISO a les même positions que le British Socialist Workers Party et les autres membres de International Socialist Tendency, bien que l'organisation soit distincte (à cause d'une querelle quelconque). Certains passages du tract sont aussi applicables à d'autres variantes du trotskisme. (Pour information : j'ai été un membre fondateur de l'organisation qui a précédé l'ISO, International Socialists, après avoir été un anarchiste-pacifiste.)

Vous, trotskistes de la International Socialist Organisation déclarez avoir les même buts que nous, anarchistes sociaux lutte-de-classistes : une révolution mondiale de la classe ouvrière et de tous les opprimés contre les capitalistes et leurs États (incluant les régimes « communistes » de capitalismesd'état) et leur remplacement par des associations de conseils. Mais ruinez tout cela par vos méthodes : vous essayez de recréer le parti bolchévique de Lénine et Trotsky, et de faire ce que Lénine et Trotsky ont fait en Russie. Lorsque vous déviez de cette tentative, ce n'est que pour recourrir à des moyens sociaux-démocrates. Nous allons le démontrer.
  • Vous voulez créer un « État des travailleurs ». Mais il ne peut rien exister de tel. Engles a définit l'État comme une « force publique » qui « ne consiste pas seulement d'individus armés, mais aussi d'appendices concrets, de prisons et d'institutions coercitives de toutes sorte... ». Ses officiers sont « des organes de la société au-dessus de la société ... représentants d'un pouvoir qui les sépare de la société ... L'État est une organisation pour la protection de la classe possédante contre la classe non-possédante. » Est-ce que cela vous semble être quelque chose dont la classe ouvrière a besoin? Toutes les classes dirigeantes précédentes ont nécessité un État parce qu'elles étaient des minorités qui voulaient subordonner des majorités. Cette majorité c'est la classe ouvrirère et ses alliées. Dans une révolution, elle n'aura pas besoin d'une machine militaro-bureaucratique socialement aliénée pour renverser la minorité pro-capitaliste. Elle aura besoin de l'auto-organisation des travailleurs et des opprimés eux-mêmes : assemblées de quartier et dans les lieux de travail, conseils fédérés, et un peuple armé, une milice ouvrière. Ceci n'est pas un État. Parce que les bolchévique voulaient un État, ils se sont ramassés avec un État -- une monstruosité bureaucratique.

  • La Révolution Russe, dirigée par Lénine et Trotsky, a abouti en cauchemar totalitaire. Vous attribuez ça, non pas aux bolchéviques, mais aux « conditions objectives » -- la pauvreté de la Russie, l'échec de la propagation de la révolution, etc. Tout cela est réel. Mais il est aussi vrai que les bolchéviques n'ont jamais prôné les partis et les tendances multiples chez les soviets, l'autogestion des industries par la base, les syndicats indépendants, etc. Déjà en 1921, alors que Lénine et Trotsky étaient au pouvoir, ils ont interdit tous les autres partis (et emprisonné et massacré les anarchistes), ont banni tous les caucus au sein du seul parti légal et insisté pour que les syndicats soient contrôlés par le parti. C'est bien Lénine et Trotsky qui ont légalisé l'état-policier à parti unique! Staline a par la suite développé ce qu'ils avaient mis en place. Trotsky et son opposision de gauche ont combattu Staline tout en étant d'accord sur la dictature du parti unique. Jusqu'à sa mort, Trotsky a toujours considéré la dictature de Staline comme un « État des travailleurs » parce que l'économie était nationalisée.

  • Le parti d'avant-garde hiérarchisé et centralisé que vous prônez n'est bon que pour une chose : diriger un État. Nous sommes des anarchistes pro-organisation, de tradition plateformiste, especifismo, et de la F.A.I. Nous pensons que les anarchistes révolutionnaires doivent s'organiser eux-mêmes pour diffuser ces idées dans les syndicats et d'autres organisations populaires. Notre objectif est d'encourager les opprimés à prendre le contrôle de la société et la faire fonctionner par la démocratie directe et la délégation limitée. Mais votre but léniniste c'est que le parti dirige la société. Vous pensez que les travailleurs ne peuvent avoir du pouvoir que lorsque votre parti est au pouvoir. Votre but implicite c'est de régner au nom des travailleurs. Et bien, votre parti pourra bien arriver un jour au pouvoir, mais ce ne sera que pour régner sur les travailleurs.

  • Tout comme vos confrères trotskiste de la Ligne Spartakiste, votre objectif est un parti centralisé, dirigeant un État centralisé, gérant une économie planifiée centralisée, éventuellement à l'échelle internationale. Ce serait un système monstrueusement bureaucratique, inefficace et opprimant. Plutôt, nous proposons des associations fédérées, des communautées et des régions décentralisées, des industries autogérées, le tout planifié du bas vers le haut par la négociation entre conseils.

  • Votre philosophie politique centralisatrice et autoritaire affecte tout ce que l'ISO fait. Vous avez développé une réputation méritée d'être manipulateurs et contrôlants et pour vaciller entre le sectarisme et l'opportunisme. Par exemple, vous avez activement contribué aux campagnes de Ralph Nader, avec et sans le parti Vert. En oubliant pour un moment notre anti-électoralisme anarchiste, Marx, Lénine et Trotsky prônaient l'activité électorale mais seulement dans l'optique de développer l'indépendance politique de la classe ouvrière (ce qui n'a pas fonctionné trop bien, considérant l'historique des partis sociaux-démocrates et communistes). Nader est un partisan du capitalisme et de son État, tout comme le parti Vert ces jours-ci. Vous essayez de créer un troisième parti capitaliste et libéral. De faire campagne pour Nader, c'était traverser la ligne de classe. Vous l'avez fait uniquement pour construire l'ISO, pas au nom de quelconques principes.

  • De la même manière, dans le mouvement ouvrier : Votre annonce pour cette Northeast Conference dit « L'année dernière fut excitant pour le mouvement ouvrier... La  Transit Worker's Union (syndicat des travailleurs du transport en commun) à New-York a défié la Taylor's Law draconienne et sont entrés en grève, inspirant des travailleurs partout dans les trois états et au pays. Forcés à rentrer au travail par la MTA ... ils ont organisé leur base et gagné le vote pour le 'non' à leur nouveau contrat de travail. » Mais tout cela sans mentionner que la bureaucratie de la TWU, qui aurait pu continuer à « défier » l'État, a choisi d'abdiquer et de trahir les travailleurs en les démobilisant afin qu'ils votent éventuellement en faveur du contrat.

  • Dans le mouvement anti-guerre, vous avez appuyé Support the Resistance! (Appuyez la Résistance!). Il est louable d'exprimer sa solidarité avec les peuples opprimés d'Iraq et du Liban contre l'impérialisme américain. Mais il est inexcusable d'utiliser ces slogans qui impliquent (pour tout le monde ou presque) un appui politique à des dirigeants nationalistes, pro-capitalistes et misogynes. Les révolutionnaires devraient participer à tous les mouvements populaires afin de les construire, tout en développant leur propres politiques internationalistes lutte-de-classistes, et ce, en oppositions aux leaderships pro-capitalistes.

  • Avec la chute de l'Union soviétique, le marxisme a été discrédité aux yeux de beaucoup de gens. En contrepartie, l'impulsion radicale s'est réorientée vers l'autre radicalisme historique : l'anarchisme. Mais les idées de base sont les mêmes : les torts du capitalisme, l'importance de la classe ouvrière, l'importance des autres forces rebelles (les femmes, les LGBT, les opprimés selon leur 'race' ou leur nationalité, etc.), le combat contre l'impérialisme, la nécessité d'une révolution internationale -- et le besoin de construire une organisation révolutionnaire pour lutter pour ces idées. Le trotskisme n'est simplement pas le bon programme pour la révolution.
Pour en apprendre plus sur l'anarchisme à New York et au pays :

Northeast Federation of Anarchist-Communists
opencity@nefac.net
www.nefac.net

ou contactez :
New York Metropolitan Alliance of Anarchists
www.nymaa.org 

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
George Floyd: one death too many in the “land of the free”

International | La Gauche | fr

Mi 08 Jul, 16:17

browse text browse image

Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.

imageGramsci, notre contemporain Mai 18 by Franz Biberkopf 0 comments

Il est devenu urgent de lire ou relire l’œuvre d’Antonio Gramsci tant sa pensée critique est actuelle et en capacité d’éclairer les contradictions de notre temps. [Italiano]

imageLe politique évité : réflexions sur le mouvement « Occupons X » Okt 28 by Aidan Rowe 0 comments

Comment réagir face au mouvement « Occupons X » qui a explosé dans les rues de nombreuses villes à travers le monde, transformant des espaces publics en campements d'opposition? Certaines choses sont évidentes : premièrement, le fait que des milliers de personnes à travers le monde aient envahi des lieux publics pour exprimer leur colère contre le système financier est indéniablement une bonne chose. Ayant campé près de la Banque centrale, sur la rue Dame, samedi, je peux également témoigner du fait que ces manifestations dégagent un optimisme et une espérance qui font si souvent défaut aux parades cérémonielles du milieu militant « fâché ». Mais il y a également, à mon avis, de sérieux problèmes politiques qui empêchent ce mouvement de dépasser son état de « camping radical » et de devenir un véritable mouvement de résistance de la base contre les mesures d'austérité. [English]

imageRéflexions critiques sur Chomsky et ses détracteurs dans le mouvement anarchiste Jan 14 by Frank Mintz 0 comments

Il me semble qu’une partie des attaques du camarade Octavio Alberola contre Chomsky (article en castillan paru en septembre 2009 et repris en décembre sur ainfos) ont peu de fondement, car il ne s’est pas souvenu de positions élémentaires de Noam. Et je suis d’accord avec Octavio pour signaler des contradictions de Chomsky, encore que ce ne soient pas les mêmes.

Un autre plan complexe, est celui de la critique de Cuba et du Venezuela de Chávez, en écartant les arguments fallacieux qui cherchent à passer sous silence la rébellion, et en jugeant une réalité avec des aspects ouvriéristes, sans blesser les travailleurs, surtout latino-américains, qui maintiennent une certaine confiance dans des directions et des leaders qui ne nous paraissent ni fiables ni sérieux.

Sorry, no press releases matched your search, maybe try again with different settings.
© 2005-2020 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]