user preferences

Upcoming Events

International | Genre

No upcoming events.

L’anarchie de A à Z - X comme... XXX

category international | genre | opinion / analyse author Thursday May 06, 2010 23:17author by Cause commune - Union communiste libertaire (UCL)author email journal at causecommune dot net Report this post to the editors

Un texte extrait du numéro de mai-juin 2010 du journal Cause commune

Le 20e siècle a été le théâtre d'une transformation de la sexualité humaine : autrefois prohibé par la morale judéo-chrétienne, le sexe est désormais omniprésent. La révolution sexuelle des années 1970, qui aspirait notamment à libérer les femmes d'une sexualité par et pour les hommes, a aussitôt été détournée par le patriarcat capitaliste qui s'est empressé de ravaler le sexe au rang de marchandise. La sexualité est aujourd'hui en vente partout, même chez vous.

cecinestpasunepipe.png

Si les années '50 et '60 sont généralement décrites comme « l'âge d'or » de la pornographie, c'est en 1972-73, avec la diffusion large du film Deep Throat et la mise en marché du Video Cassette Recorder, que s'amorcent l'expansion et la banalisation de cette vision du sexe comme consommation du corps-objet de l'autre. Actuellement, alors que la première exposition à des images pornographiques sur internet se fait en moyenne à 11 ans, que la publicité « porno-chic » a envahi nos milieux de vie, que des magazines pour pré-adolescentes donnent des trucs pour réussir une fellation, il convient de parler d'une pornographisation de la société.

Contrairement aux apparences, la pornographie n'est pas une représentation de la sexualité. De notre point de vue, le XXX, tant par sa mise en scène et son contenu, est en fait une dénégation de la sexualité humaine, son antithèse. Dans le réel, le sexe est un moment intense de rencontre, de dialogue, d'ouverture à la subjectivité et à la spontanéité de l'autre. La pornographie, au contraire, ne laisse aucun espace pour l'expression des désirs et la discussion. Dans un de ses livres, Michela Marzano la définit comme « le simple spectacle de morceaux de viande qui s'échangent et s'accouplent selon des règles visant à représenter la jouissance parfaite […] après lequel il ne reste plus rien à dire et/ou faire et pendant lequel tout est codifié. »

Alors que l'éducation sexuelle ne se fait ni à l'école ni par la plupart des parents, la pornographie est perçue par les jeunes comme un modèle reflétant la réalité. Car avec internet, consommer de la pornographie est, malheureusement, un jeu d'enfant. Et que dit la porno? Majoritairement produite et consommée par des hommes, elle enseigne, globalement, que les femmes prennent plaisir à être dominées pendant des heures par des hommes qui n'ont d'existence que dans la sainte-trinité de l'érection-pénétration-éjaculation. Alarmants, de nombreux témoignages de garçons, parfois à peine âgés de 9 ou 10 ans, ayant agressé sexuellement des fillettes, ont affirmé n'avoir que reproduit ce qu'ils avaient vu sur internet et ne pas comprendre la gravité de leurs gestes!

En plus de nous apprendre à concevoir nos relations sexuelles dans un mode de domination de l'autre en tant qu'objet, la pornographie a imposé ses normes. Pour plusieurs hommes, la consommation mène à s'accoutumer d'images toujours plus violentes, sans lesquelles ils ne peuvent se sentir « excités ». Leur sexualité est axée autour d'une obsession de la performance, car ils ont appris que leur partenaire féminine n'a de plaisir qu'en étant « prise » avec force, « défoncée »pendant des heures. Ne se sentant jamais à la hauteur, certains finiront par s'isoler dans l'univers pornographique, là où ils n'ont pas à affronter leurs craintes. Mais ce sont surtout les femmes qui, encore une fois, doivent « souffrir pour être belles ». Troubles alimentaires, maquillage, épilation, chirurgies plastiques sont le lot de trop de femmes à qui on a fait avaler qu'elles devaient être belles pour qu'on les considère, et qu'elles devaient paraître jeunes et sexuellement disponibles pour être belles.

D'une société sous l'influence de l'Église, qui niait l'autonomie, la volonté, et donc la sexualité des femmes, nous sommes passé-e-s à un monde pornographié où elles doivent désormais apprendre à aimer l'obéissance et la soumission à des fantasmes masculins de plus en plus « hardcore » et dégradants.

Nous rejetons d'emblée la pornographie, cette représentation d'une anti-sexualité de corps mécaniques sans émotions. D'une part, parce qu'elle est une violence, pour ces actrices qui subissent réellement des tournages brutaux où elles n'ont pas un mot à dire, mais aussi pour toutes les femmes qui font face à une société et des partenaires masculins ayant intégré les codes dégradants des films X. D'autre part, parce que l'industrie du sexe impose et normalise une vision du sexe façonnée à son image, reposant sur la négation de la subjectivité et de l'imagination des individus. Se débarrasser de la pornographie implique un changement radical des mentalités et un combat contre cette industrie bien implantée. Il n'est pas question de censure ou de morale : si nous nous opposons à la pornographie, c'est précisément parce que nous aimons la liberté et que nous voulons le droit à une sexualité égalitaire, riche et épanouissante pour tous et toutes.

Related Link: http://www.causecommune.net

This page has not been translated into Nederlands yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Revolutionary Trade Unionism: The Road to Workers’ Freedom

Latest News

International | Genre | fr

Fri 25 Apr, 16:25

browse text browse image

id1.jpg imageBolivie: Mujeres Creando, un féminisme de luttes concrètes 10:06 Mon 21 Sep by Helen Álvarez Virreira 0 comments

textRussie : Les LGBT sous un feu croisé 00:03 Sat 02 Jun by AL 0 comments

Press Releases

textRussie : Les LGBT sous un feu croisé Jun 02 Alternative libertaire 0 comments

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]