user preferences

New Events

France / Belgique / Luxembourg

no event posted in the last week

Ce pour quoi nous luttons dans les mouvements sociaux

category france / belgique / luxembourg | luttes en milieu de travail | déclaration de principes author Monday April 26, 2010 03:01author by Secrétariat aux relations extérieures - Coordination des Groupes anarchistesauthor email relationsexterieures at cga dot org Report this post to the editors

Texte sur les luttes sociales adopté lors du 4ème congrès de la CGA

Nous défendons la dimension collective de la lutte. Cela n'exclut pas les initiatives individuelles, mais cela signifie que nous mettons en avant la force collective que procure le fait de s'associer pour lutter, la force supplémentaire qu'amène la solidarité et l'entraide face au pouvoir.


Ce pour quoi nous luttons dans les mouvements sociaux

Texte sur les luttes sociales adopté lors du 4ème congrès de la CGA


Lutte collective

Nous défendons la dimension collective de la lutte. Cela n'exclut pas les initiatives individuelles, mais cela signifie que nous mettons en avant la force collective que procure le fait de s'associer pour lutter, la force supplémentaire qu'amène la solidarité et l'entraide face au pouvoir.

Organisation

Nous défendons la nécessité de s'organiser pour lutter, ce qui découle directement de la nécessité de s'associer. S'organiser, cela veut dire se donner les moyens de prendre des décisions, collectives, mutualiser les moyens (notamment matériels) pour démultiplier nos capacités d'action. Selon la nécessité, l'organisation peut être ponctuelle ou s'inscrire dans la durée. Nous ne fétichisons pas les organisations en tant que structures, mais nous défendons la nécessité de s'organiser.

S'organiser avant, pendant, après la lutte

Nous défendons la nécessité de s'organiser avant, pendant, et après la lutte. Nous considérons que les luttes émergent d'une convergence entre une révolte ponctuelle et la diffusion préalable d'une autre manière de voir que celle du pouvoir. C'est pour cela que nous travaillons à l'insertion sociale de l'anarchisme, et que nous refusons une logique suiviste qui consisterait à ne participer aux luttes que lorsqu'elles sont à leur pic. Nous considérons qu'il est nécessaire de participer à la construction des luttes, car c'est à ce moment là que se joue le succès futur de celles-ci et la possibilité plus ou moins grande de développement de dynamiques d'auto- organisation.

Auto-organisation

Nous défendons comme mode d'organisation l'auto-organisation des exploité-e-s en lutte. Cela signifie que l'organisation, n'est pas imposée par une minorité dirigeante ou d'autres organisations, mais est un choix volontaire des participant-e-s de la lutte. Cela peut passer selon les cas par la constitution de comité de grèves, d'assemblées générales, de coordinations, d'assemblées populaires, mais cette dynamique passe aussi par la lutte pour la démocratie directe et le fédéralisme au sein des organisations pré-existantes à la lutte (syndicats, associations, collectifs).

Refus de la hiérarchie, décisions collectives

Pour nous, l'auto-organisation ne prend son sens réel que par le refus de la hiérarchie, de la division dirigeants/dirigés, ce qui suppose la prise de décision par la collectivité en lutte au moyen du vote décisionnel (et non de l'élection), et non par une avant-garde élue ou auto-proclamée. La mise en œuvre des décisions doit aussi être portée collectivement.

Organisation formelle

Nous défendons l'organisation formelle, que nous ne confondons pas avec le légalisme, parce que nous pensons que la formalisation de modes de décisions permet d'identifier les lieux et les rapports de pouvoirs, le décalage entre le fonctionnement souhaité et le fonctionnement réel, et donne ainsi la possibilité de rectifier les dysfonctionnements, de combattre les logiques de domination en les identifiant, de contrôler le pouvoir.

Fédéralisme et contrôle des mandats

Nous pensons que l'organisation ne peut se concevoir de manière localiste, sous peine de voir se maintenir les dynamiques dirigistes à l'échelle extra-locale (nationale, internationale). Pour coordonner les différents niveaux d'organisation sans reproduire la distinction dirigeants/dirigés et en maintenant le cadre de décisions collectives, nous défendons le fédéralisme, la pratique du mandatement contrôlable, révocable et de la rotation des mandats.

Complémentarité des tactiques

Nous défendons la complémentarité des tactiques, c'est à dire le soucis permanent non d'opposer à priori les tactiques dès lors qu'elles s'inscrivent dans une volonté émancipatrice, mais de travailler à leur complémentarité réelle, c'est à dire qu'elles se renforcent mutuellement. Cela ne signifie pas une juxtaposition de tactiques sans prise en compte de celles des autres, qui n'est que source de conflit et de division, mais la construction d'une complémentarité entres tactiques différentes et la solidarité face à la répression. Par exemple, pour la lutte des sans-papiers, les investissements, qu'ils soient dans des collectifs locaux, dans une stratégie syndicale ou dans une approche plus globale contre les frontières, ne s'opposent pas mais se renforcent si ils se nourrissent les uns des autres et qu'ils sont tournés vers une perspective et des mots d'ordres communs.

Construction du rapport de force

Nous pensons que la lutte ne peut marquer des points que si elle développe le rapport de force. Pour nous ce rapport de force ne se situe pas pour l'essentiel dans « l'opinion publique », qui est une construction médiatique. Il se situe à la fois dans la diffusion des idées opposées à la domination auprès de nos collègues, nos voisins,... mais aussi et surtout dans le basculement de ceux-ci de la passivité à l'action collective de confrontation avec le pouvoir.

Cela signifie taper au portefeuille des patrons et actionnaires en s'en prenant à la bonne marche de la production par la grève, le blocage, l'occupation, le ralentissement de la production, etc...

Cela signifie aussi défendre l'idée que l'État n'est pas un partenaire, un interlocuteur neutre, mais un ennemi dans la lutte, au service de la bourgeoisie, et qu'il faut construire un rapport de force par rapport à celui-ci également.

Refus de la récupération bureaucratique et politicienne

Nous nous opposons aux velléités de récupérations par les bureaucraties (minorités dirigeantes d'organisations syndicales), et par les politiciens. Cela signifie défendre l'idée que la lutte ne voit pas son débouché dans les élections, mais dans ses succès propres, sur son propre terrain. Cela signifie refuser que la lutte soit le terrain de construction de carrières politiques, d'ambitions électorales.

Rupturisme

Nous défendons dans les luttes les revendications de rupture, c'est à dire celles qui mettent intrinsèquement en cause les systèmes de domination. Celles qui construisent les possibilités d'une remise en cause globale des systèmes de domination. Les revendications de rupture sont pour nous un moyen de dépasser l'opposition entre revendications immédiates et revendications révolutionnaires, conçues comme antagonistes, en développant des dynamiques qui relient ces deux revendications, l'une renforçant l'autre plutôt que l'affaiblissant.

Par exemple, la lutte concernant le logement oppose la possibilité pour toutes et tous de bénéficier d'un toit et le système capitaliste de propriété privée. Non seulement les gains de cette lutte permettent d'améliorer nos conditions de vie, mais ils permettent également d'attaquer les fondements idéologiques de la société capitaliste.

Éthique

La construction des luttes passe pour nous par le respect des autres personnes en lutte, ce qui signifie le refus du sectarisme (ce qui n'empêche pas la critique ferme et déterminée), des injures et de l'usage de la violence pour régler les conflits politiques internes aux mouvements de lutte émancipateurs.


Coordination des Groupes Anarchistes
texte adopté lors du 4ème Congrès,
les 3, 4 et 5 avril 2010


Related Link: http://www.c-g-a.org
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
E

France / Belgique / Luxembourg | Luttes en milieu de travail | fr

Fri 22 Aug, 07:58

browse text browse image

textANI, Retraites et… INsécurité sociale ! 17:35 Fri 03 Jan by RE Coordination des Groupes Anarchistes 0 comments

L’année 2013 nous a apporté son lot de forfaitures et de basses lâchetés. Le gouvernement socialdémocrate a su se montrer l’égal de ses devanciers libéraux :

Après l’ANI (Accord National Interprofessionnel) du 11 janvier 2013, puis le 14 mai 2013, l’adoption de la loi transposant l'accord sur la sécurisation de l'emploi, c’est le 18 décembre que la réforme des retraites vient d’être définitivement adoptée, une réforme "clé" du quinquennat de F. Hollande, loi jugée timide par les institutions internationales, dont la Commission européenne.

textLe racket sur nos retraites c'est le Capitalisme et l’État! Combattons les et développons les luttes 23:15 Mon 26 Aug by Relations Exterieures de la CGA 0 comments

La réforme proposée par le gouvernement ce mois de septembre annonce une nouvelle étape dans le démantèlement du système de retraite qui, dans la lignée des réformes engagées depuis 20 ans, va se traduire par une diminution des pensions, que cela soit cette fois-ci par une augmentation de la CSG, des suppressions d'avantages fiscaux, ou encore une sous-indexation des pensions et des salaires portés au compte. A long terme, les mesures envisagées comprennent le relèvement de l'âge de l'ouverture aux droits à la retraite et de la retraite sans décote, un allongement des durées de cotisations pour un taux plein, et la possibilité pour le gouvernement de réduire les pensions très rapidement selon la situation économique et sociale.

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT imageLes amis de l’ANI sont nos ennemis 17:30 Fri 05 Apr by Alternative libertaire 0 comments

L’attaque contre les droits des travailleuses et des travailleurs s’accélère toujours plus avec la signature en janvier de l’accord national interprofessionnel (ANI) entre le patronat et trois syndicats minoritaires (CFDT, CGC, CFTC). Ce texte préconise un détricotage en bonne et due forme du code du travail : accélération des procédures de licenciements, limitation des possibilités de recours des salarié-e-s, légalisation du « chantage à l’emploi », généralisation de contrats dérogatoires (CDI intermittents)… on croirait lire le programme du MEDEF. [Italiano]

sanofi.jpg imageSanofi: L’essentiel, c’est l’actionnaire 20:41 Fri 23 Nov by Boris 0 comments

Depuis cet été, la direction de Sanofi, obsédée par la rentabilité de l’entreprise, envisage plusieurs centaines de licenciements. Face à l’inertie des pouvoirs publics, les salarié-e-s s’organisent.

loi.jpg imageFace à la crise, la seule solution, à Aulnay comme ailleurs, est l’expropriation des capitalistes! 23:29 Thu 26 Jul by Alternative Libertaire 0 comments

A PSA, les licenciements c’est maintenant!

textDerrière le « dialogue » et la « conférence » sociales, c'est le Capital qui impose la cadence. 03:51 Sun 15 Jul by RE CGA 0 comments

Tandis que la crise du capitalisme s'étend, les travailleurs et travailleuses d'Europe (comme en Espagne, Grèce et Italie) continuent à subir les plans d'austérité. La France n'en est pas exempte, même si de nombreuses mesures avaient été suspendues le temps que se déroule le cirque électoral : l'augmentation des prix (en particulier du gaz), le gel des salaires et des minimas sociaux, la destruction des services publics et les licenciements reprennent de plus belle, à peine un mois après la fin des élections.

arton4799190x145.jpg imageLe vrai changement se fera par les luttes 19:44 Wed 02 May by Alternative Libertaire 0 comments

Pour résister aux politiques d’austérité qui s’annoncent, il n’y a pas de secret, il va falloir se retrousser les manches, défendre pied à pied les droits sociaux qui vont être attaqués et stopper, entreprise par entreprise, les destructions d’emplois menées tambour battant par les petits soldats du capitalisme. C’est possible.

redimlive.jpeg image[France] Retraites : amplifions la mobilisation ! 04:04 Mon 27 Sep by Coordination fédérale 0 comments

La journée de mobilisation du 23 septembre a montré la détermination de la rue à faire tomber la contre-réforme des retraites du gouvernement. Plus de 3 millions de personnes ont manifesté leur colère face à un gouvernement embourbé dans des affaires et qui persiste à imposer une loi uniquement destinée à servir les intérêts du capital. Dans les entreprises, de plus en plus de travailleurs et de travailleuses ont envie d’en découdre en radicalisant les actions. Certaines boîtes partent en grève reconductible.

conf.jpg imageLa Confédération Paysanne occupe La Maison du Lait à Paris ! Soutenons la ! 00:40 Wed 22 Sep by Des paysans d’Alternative Libertaire. 0 comments

Le 21 septembre 2010 - La Confédération Paysanne occupe depuis maintenant 14 jours (depuis le mercredi 8 septembre) la Maison du Lait, siège du CNIEL ( Interprofession Laitière Nationale) afin d’obtenir une représentation pluraliste au sein de cette interprofession. Le CNIEL regroupe aujourd’hui des producteurs et des transformateurs (industries) de la filière laitière en France. Seul le syndicat de filière dépendant de la FNSEA (Fédération Nationale des Exploitants Agricoles) participe aux négociations au sein de cette interprofession. Autrement dit, c’est le point de vue d’une agriculture productiviste qui prime au sein de cette instance.

cgt.jpg imageNous ne paierons pas leur crise 08:28 Tue 07 Sep by Secrétariat permanent du Comité confédéral 0 comments

La CGT d’Espagne désir exprimer son soutien et sa solidarité à la grève générale contre l’augmentation de l’âge de départ en retraite, qui aura lieu en France le 7 septembre. Nous envoyons notre soutien à toute la classe ouvrière et aux organisations qui appellent à cette grève, avec une mention spéciale pour les camarades de la CNT-f et de Solidaires.

[Castellano]

more >>

textComme une impression de déjà-vu Sep 16 by Alternative libertaire 0 comments

Comme prévu, la rentrée va être agitée par la cinquième «  réforme  » des retraites en vingt ans  ! Mais cette fois-ci, la gauche est au pouvoir ! Loin de nous rassurer, cela inquiète plutôt tant on connaît l’habileté du PS pour faire passer dans le feutré des saloperies qui feraient rougir la droite. Songeons un instant aux privatisations massives du gouvernement Jospin (l’équivalent de 31 milliards d’euros en quatre ans, contre « seulement » 26 milliards pour les gouvernements de Balladur et Juppé dans les quatre années précédentes !). [English]

textSécurisation des licenciements... Précarité à tous les étages. Apr 29 by Relations Extérieures de la CGA 0 comments

Le 11 janvier 2013, les organisations patronales et trois syndicats -CFDT, CGC et CFTC- ont signé un Accord National Interprofessionnel (ANI) qui représente un pas supplémentaire dans les attaques que portent, de manière conjointe, Capital et Etat, à l’encontre des acquis ouvriers, niant ainsi les intérêts des travailleuses et travailleurs. Au nom de la « sécurisation de l'emploi », il s’agit en fait de « sécuriser » les plans sociaux à venir. Le projet de loi prévoit une simplification des procédures de licenciement collectif. L'employeur pourra : soit passer par un accord majoritaire, soit par une homologation via l'administration. Dans ce dernier cas, l'Inspection du travail vérifiera la validité de l'ensemble de la procédure avant que les licenciements ne soient prononcés. Un salarié pourra refuser cet accord, auquel cas l'entreprise aura le droit de le licencier pour « cause réelle et sérieuse ».

imageGoodyear : les affrontements de Rueil-Malmaison en photo Mar 20 by Alternative Libertaire 0 comments

Le rituel est connu : dès que les opprimé-e-s se révoltent, ils et elles sont qualifiés d’ « extrémistes » de « violents » et sont infantilisés par des journalistes. Les patrons voyous, les flics ripoux, les hommes ou femmes politiques corrompus n’ont pas droit au même traitement médiatique, loin de là !

imageSud-Rail: Anti-bureaucratisme petits bras Mar 03 by Cheminots d’Alternative Libertaire 0 comments

La stagnation des luttes fait mal au syndicalisme. Au lieu de militer, on se mange le nez. Au lieu de combattre le patronat, on se lance dans la chasse au «bureaucrate syndical». Le congrès de Sud-Rail, en octobre dernier, a subi ces avanies.

imageServices publics: La mobilisation naissante des précaires Feb 06 by Grégoire 0 comments

L’opposition acharnée des organismes de recherche et des universités à appliquer la loi Sauvadet de résorption de la précarité dans la fonction publique conduit les précaires de ce secteur à s’organiser.

more >>

textANI, Retraites et… INsécurité sociale ! Jan 03 0 comments

L’année 2013 nous a apporté son lot de forfaitures et de basses lâchetés. Le gouvernement socialdémocrate a su se montrer l’égal de ses devanciers libéraux :

Après l’ANI (Accord National Interprofessionnel) du 11 janvier 2013, puis le 14 mai 2013, l’adoption de la loi transposant l'accord sur la sécurisation de l'emploi, c’est le 18 décembre que la réforme des retraites vient d’être définitivement adoptée, une réforme "clé" du quinquennat de F. Hollande, loi jugée timide par les institutions internationales, dont la Commission européenne.

textLe racket sur nos retraites c'est le Capitalisme et l’État! Combattons les et développons les luttes Aug 26 Coordination des Groupes Anarchistes 0 comments

La réforme proposée par le gouvernement ce mois de septembre annonce une nouvelle étape dans le démantèlement du système de retraite qui, dans la lignée des réformes engagées depuis 20 ans, va se traduire par une diminution des pensions, que cela soit cette fois-ci par une augmentation de la CSG, des suppressions d'avantages fiscaux, ou encore une sous-indexation des pensions et des salaires portés au compte. A long terme, les mesures envisagées comprennent le relèvement de l'âge de l'ouverture aux droits à la retraite et de la retraite sans décote, un allongement des durées de cotisations pour un taux plein, et la possibilité pour le gouvernement de réduire les pensions très rapidement selon la situation économique et sociale.

imageLes amis de l’ANI sont nos ennemis Apr 05 AL 0 comments

L’attaque contre les droits des travailleuses et des travailleurs s’accélère toujours plus avec la signature en janvier de l’accord national interprofessionnel (ANI) entre le patronat et trois syndicats minoritaires (CFDT, CGC, CFTC). Ce texte préconise un détricotage en bonne et due forme du code du travail : accélération des procédures de licenciements, limitation des possibilités de recours des salarié-e-s, légalisation du « chantage à l’emploi », généralisation de contrats dérogatoires (CDI intermittents)… on croirait lire le programme du MEDEF. [Italiano]

imageFace à la crise, la seule solution, à Aulnay comme ailleurs, est l’expropriation des capitalistes! Jul 26 AL 0 comments

A PSA, les licenciements c’est maintenant!

textDerrière le « dialogue » et la « conférence » sociales, c'est le Capital qui impose la cadence. Jul 15 0 comments

Tandis que la crise du capitalisme s'étend, les travailleurs et travailleuses d'Europe (comme en Espagne, Grèce et Italie) continuent à subir les plans d'austérité. La France n'en est pas exempte, même si de nombreuses mesures avaient été suspendues le temps que se déroule le cirque électoral : l'augmentation des prix (en particulier du gaz), le gel des salaires et des minimas sociaux, la destruction des services publics et les licenciements reprennent de plus belle, à peine un mois après la fin des élections.

more >>
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]