user preferences

Solidarité avec la lutte des peuples de l’Amazonie du Pérou !

category bolivie / pérou / Équateur / chili | luttes des peuples autochtones | appel / pétition author Tuesday June 09, 2009 20:08author by Unión Socialista Libertaria - USLauthor email uslperu at yahoo dot es Report this post to the editors

Déclaration internationale libertaire

Nous appelons les camarades libertaires à organiser, en relation avec d’autres secteurs proches et en lutte, des mobilisations et des rassemblements devant les ambassades du Pérou dans chaque pays, pour dénoncer les actions de l’Etat et des multinationales dans notre pays. [Castellano] [English] [Italiano]

campana.jpg


Déclaration internationale libertaire


Le communiqué suivant est une initiative de solidarité libertaire internationale avec les peuples originaires et amazoniens du Pérou dans leur lutte en défense de leurs terres et culture ancestrale. Celle-ci est atteinte et menacée par le gouvernement péruvien en alliance avec l’impérialisme, les multinationales et la droite (principalement l’APRA, l’Union nationale et le fujimorisme), à travers des décrets législatifs inconstitutionnels et violateurs, dans le cadre de la signature du Traité de Libre Commerce avec les Etats-Unis. ».

Nous, Unión Socialista Libertaria, exhortons les organisations anarchistes, libertaires et proches du monde entier à signer ce document, à le faire vôtre et à diffuser son contenu à travers vos espace virtuels, listes e-mail, journaux, revues, bulletins, communiqués, peintures murales, forums, actions publiques, culturelles, politiques, etc… avec l’objectif d’établir une claire position libertaire et militante sur ce qui se passe au Pérou

Pour cela nous appelons les camarades libertaires à organiser, en relation avec d’autres secteurs proches et en lutte, des mobilisations et des rassemblements devant les ambassades du Pérou dans chaque pays, pour dénoncer les actions de l’Etat et des multinationales dans notre pays.

Nous en appelons à la vocation solidaire qui nous caractérise comme révolutionnaires libertaires pour faire cause commune, pour nos frères amérindiens et pour leur faire savoir qu’ils ne sont pas seuls, que leurs luttes sont les nôtres, jusqu’à parvenir à la véritable société de pleine liberté, autonomie, progrès humain, sans exploités ni exploiteurs.


Solidarité avec la lutte des peuples de l’Amazonie du Pérou !


Les communautés amazoniennes et originaires de la forêt péruvienne (en particulier à Loreto, San Martín, Amazonas, Ucayali, Huánuco, Cuzco et Madre de Dios) font de nouveau sonner leurs tambours de lutte et de résistance contre les assauts du modèle économique néo-libéral préconisé par le gouvernement péruvien (avec le parti apriste à sa tête) et comme une moyen de force lancent l’appel à la rébellion populaire après la grève générale illimitée massivement suivie depuis le 9 avril de cette année. Ces communautés sont depuis plus de 50 jours engagées dans une lutte qui ne manquera pas de représenter un clair exemple de courage, d’héroïsme et d’organisation.

Ce processus intense de la lutte indigène et amazonienne a commencé après que l’État péruvien, en contradiction avec ses propres traités internationaux, ait violé systématiquement la Convention 169 de l’Organisation internationale du Travail (OIT), qui prévoit une consultation préalable des peuples amérindiens ou originaires avant toute intervention dans leurs territoires par des instances étrangères à leurs propres communautés.

Cela signifie que le gouvernement apriste a lancé (ou plutôt, a relancé) une nouvelle phase de pillage et de vente au plus offrant auprès des multinationales des terres qui, de par la tradition et l’histoire, appartiennent à chaque communauté (Awajun-Wampis, Quechua , Arabela, Huaronis, Pananujuris, Achuar, Murunahus ou Chitonahuas, Cacataibo, Matsés, Candoshis, Shawis, Cocama-Cocamilla, Machiguenga, Yines, Ashaninkas, Yanesha et autres, y compris les “sans contact” ou isolés) qui affirment leur droit à l’existence et à la résistance.

Le rôle de l’État péruvien

La loi 20653, connue sous le nom de la Loi générale des communautés autochtones, prise par le gouvernement de Velasco Alvarado le 24 juin 1974, reconnaît “l’existence légale et la personnalité juridique des peuples autochtones d’Amazonie et leurs territoires, en les déclarant inaliénables, insaisissables et imprescriptibles”, loi confirmée dans la Constitution de 1979, puis rayée d’un trait de plume par la Constitution de Fujimori de 1993 (qui a marqué le début de la dictature civico-militaire de l’actuellement condamné Alberto Fujimori) ouvrant la voie à la dépossession et au pillage par les gouvernements successifs et ouvrant la voie à l’Accord de libre-échange (ALE) qui, avec les décrets-lois de l’actuel gouvernement apriste, ont acquis force de loi.

Nous ne pouvons oublier le fait que, depuis la Constitution de Fujimori de 93 elle-même, la voie a été ouverte à la spoliation des ressources mentionnées ci-dessus. Il est donc évident qu’a été commencé l’étranglement et l’isolement des communautés, pendant que la cupidité des multinationales parvenait à obtenir l’établissement de concessions en faveur d’entreprises pétrolières, gazières, minières, du tourisme et de l’exploitation forestière dans les régions qui ont traditionnellement appartenu aux populations qui y sont installés.

C’est ce qui a ouvert la voie à des règlements dans lesquels l’Etat lui-même, en esquivant les instances législatives (la Parlement), par le biais de divers décrets-lois, déclare les territoires des peuples autochtones : “négociables en fonction de l’économie de marché”.

Une fois de plus, l’Etat péruvien a fait la preuve de son caractère d’instrument de domination et d’exploitation pour les classes dominantes de notre pays qui continuent d’exproprier non seulement les droits politiques mais aussi les ressources propres à nos populations amérindiennes (peuples originaires) qui aujourd’hui se sont soulevées dans une rébellion contre le pouvoir oppresseur.

En tant que communistes libertaires, nous déclarons que le droit à la libre autodétermination des communautés originaires est un véritable exercice du pouvoir populaire, car ils se fonde sur des principes communautaires, sur l’usage collectif des ressources naturelles, et dans les méthodes communautaires de travail et de répartition des bénéfices, qui depuis des lustres se sont conservés dans la région amazonienne, où se trouvent 31 des 114 zones de vie et des écosystèmes dans le monde, 95% des forêts du pays et un important potentiel pour l’eau ou l’énergie hydroélectrique.

Les peuples de Abya Yala sur le pied de guerre

Dans le cadre de la grève générale amérindienne, s’est déroulée une importante réunion des communautés andines dans la région sud du Pérou, en particulier à Puno. Cette rencontre a été “la IVème Rencontre continentale des peuples et nationalités indiennes de l’Abya Yala” qui s’est terminé le dimanche 31 mai dernier par l’engagement unanime de respecter la terre-mère et les ressources naturelles pour le bénéfice de l’homme et le rejet catégorique de la privatisation de l’eau, de la présence de sociétés multinationales et du modèle économique néolibéral.

Tous ces principes sont inclus dans la Déclaration de Mama Quta Titicaca (lac Titicaca situé entre le Pérou et la Bolivie), qui a également décidé de mobiliser les organisations sociales et autochtones au mois de juin en défense des peuples de l’Amazonie et d’organiser des manifestation ou des rassemblements devant les ambassades du Pérou dans chaque pays.

Il est important, également, de souligner le caractère de ce Sommet amérindien qui porte en son essence le germe de l’auto-organisation, que nous-mêmes, militants libertaires, défendons car dans ses recommandations finales il est mis en avant “la construction de peuples plurinationaux communautaires, qui se fondent sur l’autogouvernement et la libre détermination de tous les peuples.”

De même, il faut dénoncer le rôle rempli par les médias officiels qui s’occupent de désinformer, de mentir et d’occulter les mesures justes qui ont été massivement suivies dans la forêt péruvienne, en collusion avec le gouvernement néolibéral actuel avec à sa tête Alan García, le Vice-président et amiral en retraite Luis Giampietri, responsable des massacres dans les prisons au cours du premier gouvernement apriste des années 80, le Premier ministre, Yehuda Simon, ancien dirigeant de gauche, qui a même été emprisonné pour ses idées et qui est maintenant un gardien fidèle de la réaction apriste.

On voit clairement que pour la bourgeoisie qui contrôle l’État sous les ordres de l’impérialisme, la voie vers la dépossession des communautés est également un plan visant à détruire leur propre type d’organisation sociale et les rapports qui les lient à leurs territoires. Cette relation dans son essence s’oppose aux critères occidentaux de la propriété privée et pour cela constituent un frein à l’avidité du capital transnational qui cherchent à pénétrer ces régions, en s’en emparant en partenariat avec l’État et en les transformant en fiefs propres à assurer la prospérité et la domination des exploiteurs

Le président Alan García ment “subtilement” quand il dit que sur les 63 millions d’hectares de la forêt péruvienne, seulement 12 millions appartiennent aux communautés amazoniennes, alors qu’en fait, elles en couvrent plus de 25 millions, comme l’a affirmé le chef de file et principal représentant des communautés en lutte, Alberto Pizango, qui est poursuivi pour “atteinte à la sécurité commune et perturbation des services publics”, de concert avec les dirigeants autochtones Marcial Mudarra, les frères Saul et Servando Puerta, Daniel Marzano et Teresita Antazu. Pizango est par ailleurs déjà poursuivi pour “rébellion, sédition et autres” par le procureur pénal provincial de Lima et fait l’objet d’une troisième plainte devant le second procureur provincial pénal de Utcubamba (Amazonas), pour “trouble à l’ordre public sous la forme d’émeutes”.

Il est clair que l’ensemble de ce processus de poursuites et de persécutions politiques et judiciaires fait partie des efforts de l’État pour criminaliser les protestations populaires et de réprimer les justes demandes sociales, en présentant les frères et les sœurs amérindiens au public comme des “simples vandales ou des sauvages ignorant du progrès que signifie la mondialisation”.

Pour notre part, en tant que libertaires, nous entendons que la lutte des peuples autochtones de l’Amazonie et des Andes, dans la défense de leurs territoires, de leurs organisations et de leurs cultures, s’inscrit dans un programme minimum qu’implique la conquête des revendications des peuples opprimés par l’Etat, le capitalisme et l’impérialisme.

Cette plate-forme doit être basée sur l’utilisation de l’action directe pour exiger l’expulsion des multinationales de leurs territoires. Cela en défense de l’intégrité et de la durabilité de l’habitat et de l’écosystème de la région qui, il faut le rappeler, est l’un des "poumons" de la planète, pour un développement soutenable et l’exploitation planifiée de la faune et la flore sur la base de critères établis par les communautés. Et également, pour l’auto-défense active de leurs territoires et leur récupération.

Nous croyons que la véritable solidarité active avec les luttes amazoniennes et indiennes passent par l’approfondissement de la protestation populaire (agitation, propagande, grèves, arrêts de travail, actions directes, etc.) et en incorporant dans toute plate-forme de lutte celle des peuples originaires aujourd’hui.

Soutenir la juste protestation des peuples originaires de l’Amazonie

Bien que comme libertaires nous n’ayons rien à espérer et attendre de l’Etat (mais de sa destruction), nous comprenons la lutte des peuples autochtones comme la partie immédiate d’un projet de plus grande envergure pour la libération des exploités, et en ce sens elle s’insère dans une stratégie plus large ou un projet global de révolution sociale.

En ce sens, nous devons appuyer les revendications qui, dans l’immédiat portent en elles l’amélioration de leurs conditions de vie et la maturation de leur organisation sociale, politique et économique pour faire face à l’État et le détruire de l’intérieur, en édifiant ces germes de pouvoir populaire qui feront tomber ce géant aux pieds d’argile qu’est actuellement le capitalisme, mortellement blessé au niveau mondial, par une crise globale dont il ne pourra sortir si nous comprenons bien que cette crise, la bourgeoisie doit la payer et non les travailleurs.

En ce sens, nous soutenons la lutte du peuple amazonien et de ses diverses communautés pour obtenir des solutions immédiates et nous appelons à :

  • Abrogation de la loi qui attente et viole les intérêts des communautés originaires et paysannes. C’est-à-dire l’abrogation de la loi n ° 29317 ou la nouvelle loi sur les forêts et la faune sylvestre, produit de la modification précipitée et partielle du décret n ° 1090 (“Loi de la jungle”) et les décrets législatifs connexes 1089, 1064 et 1020. C’est-à-dire, les 99 décrets imposés aux peuples qui n’ont jamais été consultés.

  • Exiger le respect de l’autonomie et de l’autodétermination pour les communautés autochtones et leur participation politique active dans la prise de décision et l’approbation ou non, par le biais des mécanismes de démocratie directe (assemblées populaires, référendums, etc.) des règles légales ou de contrats de concession.

  • Exiger des moyens et facilités pour que les communautés et les peuples originaires puissent développer leurs activités productives, de commerce et d’industrialisation, avec la perspective d’un contrôle direct de ces processus par les habitants eux-mêmes en se basant sur des principes d’autonomie et de socialisation.

  • Exiger les moyens et les facilités nécessaires à l’ouverture et la promotion de l’éducation et de culture dans les communautés (par elles et pour elles). Plus d’écoles, plus d’enseignants formés en vue de promouvoir la professionnalisation des étudiants des populations originaires. C’est-à-dire, la construction d’un système éducatif rationnel et de qualité, loin des tendances concurrentielles et voraces qui commandent le marché capitaliste mondial.

  • Exiger que les plus grands bénéfices de l’exploration et l’exploitation du pétrole et du gaz, pour les peuples originaires, ainsi que la construction d’hôpitaux, de routes et les infrastructures nécessaires, à condition qu’elles soient issues de l’approbation de la population elle-même et que les mécanismes de contrôle et d’administration soient gérés par les communautés elles-mêmes.

  • La cessation immédiate de la campagne de criminalisation de la lutte que le gouvernement apriste et la droite péruvienne ont entrepris, la fin du harcèlement des militants sociaux et de la création de constantes psychosociales qui détournent l’attention sociale sur les problèmes réels du pays.

Solidarité internationaliste avec la lutte des peuples de l’Amazonie du Pérou !

Abogation immédiate des décrets-lois qui portent atteinte à la souveraineté des peuples originaires !

Pour la liberté et la défense de la pensée, de la culture et de l’autodétermination de tous les peuples du monde !

Contre l’autoritarisme de l’Etat, organisation et lutte depuis la base ! A bas l’ALENA et les autres traités capitalistes !

Dehors les multinationales impérialistes et les bases militaires yankee en Amérique latine !

Halte à la criminalisation des luttes et libération immédiate des prisonniers ! Vive les luttes héroïques des peuples amérindiens d’Abya Yala !

Nous sommes tous des Amazoniens !

Vive ceux qui luttent !



Lima, le 5 Juin 2008

Signataires :

1.- Unión Socialista Libertaria (Lima, Pérou)
2.- Red Libertaria Popular Mateo Kramer (Colombie)
3.- Periódico Barrikada (Uruguay)
4.- Convergencia Anarquista Específica (Chili)
5.- Corriente Acción Libertaria (Chili)
6.- Huancayo Rebelde (Huancayo, Pérou)
7.- Centro de Estudios Sociales Manuel González Prada (Huancayo, Pérou)
8.- Columna Libertaria Joaquín Penina (Argentine)
9.- Organisation Communiste Libertaire (France)
10.- Asociación Obrera de Canarias / Ēššer Ămăhlan n Təkanaren (Îles Canaries, Afrique)
11.- Frente de Estudiantes Libertarios (Chili)
12.- Federazione dei Comunisti Anarchici (Italie)
13.- Ateneo Autónomo de Contracultura y Estudios “La Libertaria” (Venezuela)
14.- Red Libertaria (Argentine)
15.- Antorcha Libertaria (Colombie)
16.- Revista libertaria Divergences (Belgique)
17.- Colectivo de comunicación y agitación popular “Mecha” (Colombie)
18.- Colectivo ReXiste Riot Grrrl (Colombie)
19.- Estrategia Libertaria (Chili)
20.- Federación Anarquista Uruguaya (Uruguay)
21.- Organización Socialista Libertaria (Argentine)
22.- Organización Comunista Libertaria (Chili)
23.- Colectivo Agitación Libertaria (Chili)
24.- The Anarchist International (...)
25.- Espacio Libertario (Argentine)
26.- Kolectivo Utopía Ácrata Libertario (Argentine)
27.- Colectivo ResGestae (Colombie)
28.- Fédération Anarchiste (France/Belgique)
29.- Colectivo Qespikay (Cusco, Pérou)
30.- Periódico Anarquista "El Surco" (Chili)
31.- Buffalo Class Action (États-Unis)
32.- Zabalaza Anarchist Communist Front (Afrique du Sud)
33.- Unión Solidaria y Libertaria (Argentine )
34.- Workers Solidarity Alliance (États-Unis et le Canada)
35.- La Batalla de los trabajadores (Chili)
36.- Colectivo: Kolumna Insumisa Fraternal Anarquista (Colombie)
37.- Alternative Libertaire (France)
38.- Coordination des Groupes Anarchistes (France)
39.- Federação Anarquista do Rio de Janeiro (Brésil)
40.- Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte (France)
41.- Miami Autonomy and Solidarity (États-Unis)
42.- Társadalmi Forradalom -anarcho communist portal- (Hongrie)
43.- North Eastern Federation of Anarchist-Communists (États-Unis)
44.- Colectivo de Género Libertario de Arica (Chili)
45.- Grupo Militante Libertario (Mexique)

Traduction par l’Organisation Communiste Libertaire (OCL)

Related Link: http://www.uslperu.blogspot.com/
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

Front page

Solidarité avec Théo et toutes les victimes des violences policières ! Non à la loi « Sécurité Publique » !

Solidaridad y Defensa de las Comunidades Frente al Avance del Paramilitarismo en el Cauca

A Conservative Threat Offers New Opportunities for Working Class Feminism

De las colectivizaciones al 15M: 80 años de lucha por la autogestión en España

False hope, broken promises: Obama’s belligerent legacy

Primer encuentro feminista Solidaridad – Federación Comunista Libertaria

Devrimci Anarşist Tutsak Umut Fırat Süvarioğulları Açlık Grevinin 39 Gününde

The Fall of Aleppo

Italia - Ricostruire opposizione sociale organizzata dal basso. Costruire un progetto collettivo per l’alternativa libertaria.

Recordando a César Roa, luchador de la caña

Prison Sentence to Managing Editor of Anarchist Meydan Newspaper in Turkey

Liberación de la Uma Kiwe, autonomía y territorio: una mirada libertaria para la comprensión de la lucha nasa

Misunderstanding syndicalism

American Anarchist and Wobbly killed by Turkey while fighting ISIS in Rojava

Devlet Tecavüzdür

Attaque fasciste sur la Croix Rousse et contre la librairie libertaire la Plume Noire

Red November, Black November – An Anarchist Response to the Election

Resistance at Standing Rock

1986-2016: 30° anniversario di Alternativa Libertaria/fdca

El feminismo es cuestión de vida o muerte

International Campaign for the Freedom of Rafael Braga/Campaña Internacional por la Libertad de Rafael Braga

Sou Siklonn Matyou

¡Contra el machismo dominante Anarquismo Militante!

[Colombia] El NO se impuso, ¿qué sigue?

Bolivie / Pérou / Équateur / Chili | Luttes des peuples autochtones | fr

Sun 26 Feb, 01:09

browse text browse image

Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.
Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.
Sorry, no press releases matched your search, maybe try again with different settings.
© 2005-2017 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]