user preferences

New Events

Amérique centrale / Caraïbes

no event posted in the last week

3 Haïtiens mutilés par un groupe de Dominicains

category amérique centrale / caraïbes | migration / racisme | presse non anarchiste author Monday May 25, 2009 18:22author by Groupe d'Appui aux Rapatriés et Réfugiés - GARRauthor email garrhaiti at yahoo dot com Report this post to the editors

Agressions contre des Haïtiens en République Dominicaine

Un groupe de Dominicains ont blessé à l’arme blanche 3 travailleurs agricoles haïtiens : Eligène Exavier, Désir Rénold, Charles Nerostène près d’une ferme à Karata, non loin de la ligne frontalière Ti Lori/Restauracion, le 11 mai 2009.

Après avoir tranché une oreille à chacun d’eux, les agresseurs dominicains leur ont infligé diverses blessures à coups de piques et de couteaux au dos, aux fesses, au thorax, ont rapporté les trois blessés qui étaient soignés jusqu’à mardi soir dans un centre hospitalier.

Les trois hommes ont été attaqués au moment où ils rentraient chez eux à Ti Lori, un quartier de la section Lamielle dans la commune frontalière de Cerca-La Source dans le Haut Plateau Central. Eligène Exavier, Désir Rénold et Charles Nérostène revenaient d’une journée de travail passée sur des fermes en République Dominicaine.

La localité de Ti Lori a connu une vive tension à l’annonce de cette agression. En réaction, des riverains ont retenu un ressortissant dominicain en otage, pendant une heure, a appris le GARR auprès du maire de la commune de Cerca-la-Source, Pierre Pétrus.

Par ailleurs, des résidents de Ti Lori ont réclamé la mise en place d’infrastructures propres à la création d’emplois pour éviter, disent-ils, que des Haïtiens soient obligés d’aller travailler en République Dominicaine et d’être victimes de violences.

Ces actes de mutilation commis à l’encontre de ces travailleurs agricoles du Plateau Central interviennent à 9 jours de la décapitation en pleine rue, à Santo Domingo, du jeune migrant haïtien Carlos Nérilus par un groupe de Dominicains qui l’avaient torturé auparavant.

Des voix continuent de s’élever en Haïti et ailleurs dans le monde pour condamner cette exécution que le nouvel ambassadeur dominicain accrédité en Haïti a lui-même qualifié de barbare.

Dans un document transmis aux autorités haïtiennes et dominicaines, le 8 mai 2009, un collectif d’organisations de la société civile avaient formulé des recommandations pour «l’organisation dans le meilleur délai, d’un dialogue entre les deux gouvernements autour de la migration, comme le demandent les organisations de la diaspora haïtienne en République Dominicaine, en vue de garantir le respect des droits des migrants, assurer la convivialité, préserver la paix et la coopération entre les deux nations».


Lisane André

Responsable de la Section Communication & Plaidoyer

GARR

Related Link: http://www.garr-haiti.org
author by Henri Alphonsepublication date Mon May 25, 2009 18:26Report this post to the editors

Bonjour à tous,

La décapitation de Carlo Nerilus n'est que la pointe de l'iceberg. De graves dangers menacent la diaspora haitienne en République Dominicaine ainsi que les relations entre les deux peuples ...

Pour conjurer le mauvais sort, il en faudra beaucoup plus que cette invitation réitérée au >.

Soyons réalistes !

Ce n'est pas la première invitation du genre lancée aux deux Chefs d'Etat. Ils se sont rencontrés à plusieurs reprises et lors de l'une de ces rencontres, le président Préval aurait déclaré, selon ce qu'a rapporté la presse dominicaine : "C'est faux ! Les Haitiens ne sont pas victimes de mauvais traitements en République Dominicaine ! ".Cette nouvelle avait provoqué tout un tollé qui à son tour a inspiré un démenti officiel qui n'a jamais convaincu personne.

Mais le démentir était admettre le contraire sans coup férir, sans bravoure !!!

Et aujourd'hui, après tout ce qui s'est passé depuis, notre président déclare devant la presse qu'il revient à la justice dominicaine de régler tout ca... Comme pour lui donner .. raison, nous voila encore aujourdh'ui en face d'autres "faits divers" à soumettre au bon vouloir de la justice dominicaine .. [voir le communiqué de GARR reproduit ci-apres]

Il est évident que les deux gouvernants réagiront comme ils l'ont toujours fait : en se félicitant de la bonne tenue des relations entre les deux gouvernements, des relations toujours au beau fixe, des relations harmonieuses ...

Et le sang qui coule ! Et continuera de couler. Qui protègera nos ressortissants en Republique Dominicaine de ces actes xénophobes et des calculs malsains inavoués ?!!

Haiti doit protéger ses ressortissants en danger en terre étrangère.. Il n'y a pas de raison d'Etat plus "légitime" que cela. N'est-ce pas ?!

Les intérets économiques haitiens qui encouragent ce "laissez grennen" ont plus à perdre qu'à gagner en cas d'aggravation de la situation.

Haiti a cependant des atouts pour éviter le pire :

1. le recours à des instances internationales d'arbitrage /

2. l'appel à la médiation internationale /

3. le support d'amis (Caricom - la diaspora haitienne aux USA pour "travailler" Obama et le Black Caucus.) /

4. Et +

1937, ce n'est pas si loin que cela.... ! Bonne réflexion.

Utopiquement,

Henri Alphonse

author by Henri Alphonsepublication date Tue May 26, 2009 22:29Report this post to the editors

Chers compatriotes,

Je ne me fais absolument pas d'illusions sur la volonté du gouvernement haïtien de prendre les initiatives que j'ai suggérées. C'est le contraire qui me surprendrait plutôt.

Si vous avez pu suivre mes nombreuses interventions publiques, particulièrement dans la presse nationale (Le Matin et récemment Vision 2000), vous verriez que c'est justement pour constater et déplorer cette absence de volonté politique.

Si j'ai remis ma démission de Conseiller au Cabinet du Ministre Manigat du MHAVE en décembre 2008, c'etait justement pour protester contre le silence suspect du Président Préval que j'avais qualifié d'assourdissant.

En réalité, j'ai voulu, comme d'autres compatriotes l'ont fait, attirer l'attention sur le talon d'Achille de la République Dominicaine : une peur bleue du scandale pouvant affecter son image sur le plan international et, conséquemment, le risque élevé que cela ait un impact négatif sur son industrie touristique.

Nous devrions travailler en synergie -- ce qui nous fait cruellement défaut -- pour nous constituer en groupes de pression dans toute la diaspora, particulièrement en Amérique du Nord où l'on pourrait obtenir d'intéressants résultats. Nous pourrions nous associer aux secteurs organisés de la diaspora pour mener à bien cette entreprise de sensibilisation du Black Caucus, du Président Obama et de son entourage,

Nous devrions pouvoir instruire nos amis de la CARICOM sur les effets macabres d'une politique avec de forts relents de racisme. Nous devrions pouvoir déclencher une campagne à l'échelle internationale et agiter devant tous cet épouvantail que l'on voudrait recouvrir de feuilles mortes.

Il n'est pas nécessaire en effet d'attendre que les autorités haïtiennes veuillent bien réagir dans un dossier qui prend chaque jour de l'ampleur.

Mais le pourrons-nous ? Sommes-nous capables de faire cet effort ?

Sommes-nous suffisamment organisés, solidaires, outillés pour le faire ?

Divisés en Haiti. Divisés dans la diaspora.

Notre principal handicap est le fait que parmi tous ceux qui donnent de la voix dans ce dossier, beaucoup ont des intérêts inavoués qui les empêchent d'y donner toute la mesure de leurs ressources.

J'ai noté le silence des élites, des intellectuels, du patronat, des partis politiques, des socio-professionnels, de plusieurs autres secteurs de la société civile [...] dans ce dossier. Ce silence-là est également assourdissant.

Qu'est-ce qui l'explique d'apres vous ?

Il y en a qui utilisent la langue de bois. D'autres se taisent. Car le roi se tait et impose le silence à ses courtisans. L'on se tait, par lâcheté, par calcul politique, par indifférence.. [et oui, il y en a qui s'en foutent éperdument]....

Je ne veux pas non plus sous-estimer le poids des intérêts financiers haitiens en République Dominicaine. Ni le poids du capital international (surtout américain) qui par le biais de"capataces" dominicains, exploite de facon éhontée une main-d'oeuvre corvéable à merci.

N'oublions pas le Plan américain pour Haiti des années 70-80 : réduire Haiti en un réservoir de main-d'oeuvre à bon marché (la division internationale du travail) et en une foule de consommateurs (il est vrai qu'il eut si peu de résistance intérieure). Le problème est qu'entret emps nous avons scié la branche sur laquelle nous étions assis et que nous retombons aujourd'hui comme du crachat sur leur visage.

Que voyons-nous aujourd'hui ? Il nous faut nous rendre à l'évidence : la cohérence des actions relatives à la mise en application de ce plan fameux. Les années 80, 90, 2000, ça concorde parfaitement.

Alors, chers amis, sans remettre en question la nécessité de travailler en synergie avec la diaspora sur le plan international pour forcer les autorités dominicaines à respecter notre intégrité, notre humanité, nous devons parallelement nous investir dans la troisieme option présentée par un internaute dans un courriel :

" Nous impliquer pour un changement dans la direction politique de l´Etat dont la gestion des rapports avec la RD n´est que le reflet du manque de leadership qui caractérise le pouvoir actuel ".

Car pourrait surgir un second 1937. Et qui pourrait bien finir dans l'indifférence presque générale, dans le "aisser grennen", comme pour la premiere fois. Comme aujourd'hui.

Leur slogan est resté le meme, invariablement : " Privatisons les gains [ tous les gains] et socialisons les aspects négatifs et les dommages colatéraux ".

Pure logique.

Utopiquement vôtre.

 
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
E

Amérique centrale / Caraïbes | Migration / racisme | fr

Wed 30 Jul, 08:57

browse text browse image

Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.
Sorry, no stories matched your search, maybe try again with different settings.
Sorry, no press releases matched your search, maybe try again with different settings.
© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]