user preferences

Caisse de dépôt et placement du Québec - Nous cotisons, vous placez, ILS EMPOCHENT !

category amérique du nord / mexique | Économie | article de fond author Tuesday April 28, 2009 17:48author by Cause commune - Union communiste libertaireauthor email journal at causecommune dot net Report this post to the editors

featured image
Premier mai 2009: les anticapitalistes ciblent la CDPQ

Depuis quelques semaines, la Caisse de dépôt et placement du Québec [CDPQ] a fait couler beaucoup d’encre. L’annonce des résultats de rendement de la Caisse a fait l’effet d’un puissant séisme, tant chez les financiers que pour la classe politique. Les travailleurs et les travailleuses, qui étaient déjà inquiets et inquiètes face aux conséquences de la crise économique, ont maintenant peur des répercussions sur les fonds de retraite administrés par la Caisse.

Les grands médias, les économistes et les partis d’opposition se sont surtout attardés aux mauvais résultats financiers dévoilés récemment par la CDPQ. Mais la Caisse, c’est plus que ça ! Cette institution est en fait l’un des principaux vecteurs du développement du capitalisme québécois, en particulier sous sa forme financière. La Caisse de dépôt, c’est l’utilisation de l’argent des travailleurs et des travailleuses à des fins de rentabilité et d’accumulation de capital sans aucune autre considération.

Des placements qui profitent de l’exploitation et de la pollution ?

La Caisse se comporte comme une entreprise privée de gestion de portefeuille: sa seule et unique considération, c’est le rendement de son capital. Il s’agit d’argent public, mais le comportement, lui, est celui de tous les capitaux financiers. En ce sens, la Caisse est un vecteur essentiel du développement capitaliste du Québec, mais aussi du développement de l’impérialisme québécois et canadien. Un examen rapide des investissements de la Caisse permet de constater à quel point cette institution contribue à enrichir des entreprises antisyndicales, polluantes et impérialistes.

Premièrement, les mises à pied réalisées, depuis deux ans, par les compagnies où la CDPQ est présente s’élèvent à plus de 30 000 travailleurs et travailleuses partout dans le monde. À elle seule, la compagnie pharmaceutique américaine Pfizer a licencié près de 15 000 employé-e-s en deux ans. À cela il faut rajouter 5000 pour Microsoft, 2000 pour BHP Billiton, 2000 pour Nokia, 1500 pour Bombardier, etc. Il faut aussi mentionner que la CDPQ a des parts chez Québecor Media, les mêmes qui mettent en lockout les travailleurs et les travailleuses du Journal de Montréal.

Deuxièmement, la Caisse participe à des compagnies pétrolières comme Exxon Mobil, que l’on accuse notamment d’être derrière l’invasion de l’Irak. Exxon Mobil est aussi responsable de nombreuses études réfutant les changements climatiques. La CDPQ a des parts également chez Total, compagnie pétrolière française accusée de soutenir la junte militaire du Myanmar et aussi responsable de la catastrophe écologique suite au naufrage de l’Erika au large de la Bretagne. On retrouve aussi des placements dans des compagnies pétrolières russes, comme Lukoil et Gazprom, qui ne sont pas étrangères à la guerre en Géorgie à l’été 2008, de même que dans des entreprises chinoises, britanniques, etc.

Au secteur énergétique, on doit aussi ajouter le secteur minier. La Caisse est présente dans plus d’une dizaine d’entreprises aux pratiques douteuses et agressives notamment en Afrique, comme par exemple les compagnies canadiennes CNR et Barrick ou coréenne comme POSCO. La société aurifère Barrick, mieux connue comme la Barrick Gold, est d’ailleurs responsable d’un baillon légal (SLAPP) contre la maison d’édition Écosociété qui a publié un livre sur les pratiques antisociales et anti-environnementales de la compagnie (chut !!! en espérant ne pas se faire poursuivre !).

La Caisse possède de nombreuses actions de grandes banques étrangères, dont la Citigroup, la Bank of America, JPMorgan and Chase. Ce sont, en partie, ces trois grandes banques américaines qui sont responsables du fiasco des « subprimes» et des PCAA. De plus, la Citigroup est soupçonnée de contribuer à l’évasion fiscale en facilitant l’accès à des comptes offshores dans des paradis fiscaux des Caraïbes ou d’Europe.

À ce bilan, il faut ajouter des participations dans des compagnies comme Microsoft, accusée de pratiques monopolistes, comme la prise de contrôle de la bannière ISO pour bloquer l’émergence du logiciel libre ; Google, qui est responsable d’un stockage d’information en quantité inimaginable ; Nestlé, souvent pointée du doigt pour ses pratiques antisyndicales et pour ses négligences coupables dans le dossier de la nourriture pour bébé ; etc.

Il ne s’agit ici que d’un bref coup d’œil sur la composition du portefeuille de la Caisse de dépôt et placement du Québec et pourtant, il est déjà possible d’affirmer que cette institution profite de pratiques douteuses, agressives, expansionnistes, polluantes, déstabilisatrices et antisyndicales du capital privé. À l’heure du soi-disant «développement durable», servi à toutes les sauces par les politiciens et les politiciennes, il y a tout lieu de se questionner.

Le 1er mai, allons exiger ce qu’ils nous ont volé!

En plus de jouer au poker avec l’argent des travailleurs et des travailleuses, le gouvernement et ses sbires de la finance profitent de l’exploitation éhontée et de la destruction de la nature. Nous ne sommes pas complices et c’est pour cela que nous irons nombreux et nombreuses, le 1er mai à Montréal, dénoncer cette institution, fleuron du capital québécois.

Notes
[1] Voir la chronique #3 «Le capital en déroute» sur le blog de l’UCL-Montréal

[2] Les papiers commerciaux adossés à des actifs sont des titres financiers basés sur les hypothèques à risque, ou «subprime», en vigueur aux Etats-Unis.

==
Extrait du numéro 24 du journal Cause commune

Related Link: http://www.causecommune.net
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch

Amérique du Nord / Mexique | Économie | fr

Tue 25 Nov, 00:52

browse text browse image

textDu côté des patrons... 22:08 Mon 03 May by Cause commune 0 comments

Équité salariale chez Desjardins

Preuve que la crise est bel et bien terminée pour le mouvement Desjardins, le salaire de la présidente et chef de la direction, Monique Leroux, a plus que doublé en 2009, atteignant 1,56 millions $. De plus, la coopérative financière annonce des « excédents avant ristournes » de 1,08 milliards $ en 2009. Il n'empêche, 1,56 millions $, ça commence à faire beaucoup d'argent! Et pourtant... C'est moins que les 1,64 millions $ qu'a touché Alban D'Amours, le prédécesseur masculin de Madame Leroux, en 2007. C'est également moins que ce qu'ont touché en 2009 Louis Vachon (6,15 million $) et Réjean Robitaille (1,94 millions $), respectivement patrons de la Banque Nationale et de la Banque Laurentienne. Deux banques pourtant plus petites que Desjardins.

Les organisateurs demandaient aux gens d'amener des balais pour symboliser le ménage à faire dans les finances publiques. image[Québec] Manif d'une droite confuse 10:58 Mon 12 Apr by Voix de faits 0 comments

Le 11 avril dernier, plusieurs milliers de personnes ont convergé vers Québec pour une grande manifestation contre le budget libéral. Officiellement non-partisane et citoyenne, la marche a été lourdement soutenue par certains médias de masse identifiés à la droite populiste (la station FM93, le Journal de Québec, TVA, etc.).

manif1eravril.jpg image15 000 personnes contre le budget à Montréal 08:21 Fri 02 Apr by Secrétariat aux relations extérieures 0 comments

Le 1er avril 2010 quelques 15 000 personnes ont envahi le quartier des affaires à Montréal à l'appel de plus de 95 organisations syndicales, populaires, féministes et étudiantes. Première étape d'une riposte unitaire contre le budget libéral? Seul l'avenir le dira. En tout cas, c'était une belle manif de type grande procession populaire, très diversifiée, unitaire et combative (au moins au niveau du discours...).

[English]

usinessanspatron.gif imageUsines sans patrons (Prise 2) 09:27 Tue 29 Dec by Secrétariat 0 comments

Nous traversons l’une des pires crises économiques de l’histoire du capitalisme et les réponses fournies par l'État et ses laquais sont illusoires. En plus, face à cette impasse nos dirigeant-e-s tentent de faire porter tout le fardeau de la crise aux travailleurs et travailleuses.

[English]

usinessanspatron.gif imageUsines sans patron - une tournée organisée par l'UCL 23:33 Mon 05 Oct by Secrétariat de l'UCL 2 comments

Nous traversons l’une des pires crises économiques de l’histoire du capitalisme et les réponses fournies par l'État et ses laquais sont illusoires. En plus, face à cette impasse nos dirigeant-e-s tentent de faire porter tout le fardeau de la crise aux travailleurs et travailleuses.

text[Le capital en déroute] Chronique no.1:Rio Tinto 04:15 Mon 26 Jan by Makhno 0 comments

Une nouvelle chronique que nous vous proposons, enfin que nous tenterons de produire de manière régulière, et qui aura pour thème l’analyse de la crise et ses effets sur les travailleurs-euses. Avec la crise à nos portes, malheureusement nous entendrons de plus en plus parler de restructuration, de pertes d’emplois, de licenciement technique et de précarité. Nous tenterons d’analyser à chaque chronique le cas d’une compagnie ou d’un exploiteur qui pour une raison ou une autre tente de maximiser son profit au détriment des travailleurs-euses du Québec. Nous ne nous proclamons pas comme des spécialistes de l’économie, mais bien comme des témoins de cette lutte sans relâche qui oppose le capital aux exploitéEs. Cette semaine le cas de Rio Tinto…

imageBudget antisocial - Il faut faire reculer le gouvernement! May 06 by Cause commune 0 comments

Le budget déposé le 30 mars dernier est une véritable déclaration de guerre. Le gouvernement libéral a décidé de s'enfermer dans le plus court calendrier de "retour à l'équilibre budgétaire" possible et, pour y arriver, il a choisi la voie des compressions et des hausses de taxes et de tarifs. Alors qu'il avait le choix, le ministre des finances Raymond Bachand, un ancien du Fonds de solidarité de la FTQ (!), a décidé de systématiquement accabler les pauvres et les gens ordinaires, tout en épargnant l'élite et les entreprises. L'affront ne peut rester sans réponse. Il faut transformer la colère qui gronde en ouragan et augmenter la pression de la rue pour faire reculer le gouvernement.

textPerspectives libertaires : Faisons payer les pauvres Mar 09 by Cause commune 0 comments

Nous assistons depuis quelques mois à une offensive (presque) sans précédent pour faire payer la crise aux pauvres et aux prolos ordinaires. Depuis un an, la religion du déficit zéro en a pris pour son rhume. Les finances de la province sont dans le rouge et pas à peu près. Pour les élites, les solutions ne manquent pas: hausse des tarifs d'électricité, hausse des taxes, dégel des frais de scolarité, réduction des investissements dans les services sociaux, etc. Mine de rien, il se joue là une importante bataille idéologique dont l'enjeu est un transfert massif de richesse du bas vers le haut.

imageLe capital en déroute: une analyse communiste libertaire de la crise Dec 10 by Cause commune 0 comments

Texte diffusé à Montréal le 1er mai 2009

La crise des « subprimes » qui a éclaté aux États-Unis s’est transformée en crise financière mondiale. Cette crise, qu’on tente de faire passer pour une simple récession, est en fait l’une des plus profondes depuis la grande dépression de 1929. Dès lors, le capitalisme, au bord de la faillite, lance un vibrant (sic) appel à l’aide à l’État et exige des salarié-e-s qu’ils et elles se responsabilisent et acceptent de faire les frais de cette crise en réduisant leur salaire. Évidemment, personne n’est insensible aux flots de licenciements et aux nombreux ménages qui se retrouvent en situation difficile après avoir subi les conséquences de cette conjoncture économique.

image[Perspectives libertaires] La vraie fraude, c'est le capitalisme Sep 14 by Cause commune 0 comments

Depuis un certain temps, les médias de masse, ces entreprises qui déterminent quotidiennement les scoops les plus susceptibles de nous faire acheter leurs torchons, nous assomment avec des histoires de fraudes plates.

text[Le capital en déroute] Chronique no.2:Le budget fédéral 2009. Feb 06 by Makhno 0 comments

Une chronique que nous vous proposons, enfin que nous tenterons de produire de manière régulière, et qui aura pour thème l’analyse de la crise et ses effets sur les travailleurs-euses. Avec la crise à nos portes, malheureusement nous entendrons de plus en plus parler de restructuration, de pertes d’emplois, de licenciement technique et de précarité. Nous tenterons d’analyser à chaque chronique le cas d’une compagnie ou d’un exploiteur qui pour une raison ou une autre tente de maximiser son profit au détriment des travailleurs-euses du Québec. Nous ne nous proclamons pas comme des spécialistes de l’économie, mais bien comme des témoins de cette lutte sans relâche qui oppose le capital aux exploitéEs. Cette semaine le budget Flaherty…

more >>

imageUsines sans patrons (Prise 2) Dec 29 UCL 0 comments

Nous traversons l’une des pires crises économiques de l’histoire du capitalisme et les réponses fournies par l'État et ses laquais sont illusoires. En plus, face à cette impasse nos dirigeant-e-s tentent de faire porter tout le fardeau de la crise aux travailleurs et travailleuses.

[English]

imageUsines sans patron - une tournée organisée par l'UCL Oct 05 UCL 2 comments

Nous traversons l’une des pires crises économiques de l’histoire du capitalisme et les réponses fournies par l'État et ses laquais sont illusoires. En plus, face à cette impasse nos dirigeant-e-s tentent de faire porter tout le fardeau de la crise aux travailleurs et travailleuses.

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]