user preferences

New Events

Région Sud de l'Afrique

no event posted in the last week

A Madagascar, même après la colonisation, le pillage des ressources continue

category région sud de l'afrique | impérialisme / guerre | presse non anarchiste author Wednesday March 25, 2009 19:24author by Michel Collon Report this post to the editors

...

Historique

Dès 1642, Madagascar, encore dans l'époque royale, faisait l'objet de convoitises de la France et était marquée par plusieurs séries de conflits franco-malgaches. Vers 1817, Madagascar a d'abord été placée sous le protectorat anglais avant de devenir en 1896 une colonie française. Les colons vont y installer une administration violente et difficile. L'Eglise protestante s’associa à la lutte contre l'entreprise coloniale. Plusieurs mouvements nationalistes malgaches ont précédé l'indépendance de Madagascar en 1960. Le plus marquant fut le mouvement nationaliste de 1947 conduit par le MDRM, Mouvement de la Rénovation Malgache, parti nationaliste animé principalement par les Merina, l'ethnie des hauts plateaux. Pour contrer ce mouvement, la France encouragea la création du parti des déshérités de Madagascar, le PADESM. L'Eglise catholique quant à elle s’associa à la France coloniale.

Depuis l'indépendance et pratiquement jusqu’en 2002, les dirigeants de la République malgache sont issus du PADESM et de ses descendants directs. L’amiral Didier Ratsiraka, également issu du milieu du PADESM, a tenu le pouvoir pendant plus de 25 ans. Il s’est finalement exilé en France après l'accession au pouvoir en 2002 d'un industriel, Marc Ravalomanana.

Les conflits d'intérêts

Dès l'indépendance en 1960, une sorte de société secrète, le « club des 48 », est créée par les grosses fortunes malgaches et les grandes sociétés françaises pour sauvegarder leurs intérêts . Ce club réunit également des officiers de l'armée, des juristes et de grands avocats. Ce « club des 48 » a été impliqué dans les différents coups d'Etat et autres secousses politiques à Madagascar. En fait, des opérations sont lancées dès qu'on touche à leurs intérêts. La présence de grands cadres fonctionnaires de l'Etat malgache dans le club a permis, par exemple, de faire avorter le grand procès autour de l'assassinat du colonel Ratsimandrava, président de courte durée en février 1975.

Parmi les acteurs du conflit actuel, on retrouve des descendants du club des 48 tels que la famille Ramaroson de la Savonnnerie tropicale et Madeleine Ramaholimihaso, fille du richissime Ramanandraibe, spécialisé entre autres dans l'import-export.
A elle seule, Madeleine Ramaholimiaso cumule les postes de « représentant de la société civile » ou « d'organisme des droits de l'Homme ». Ses communiqués sont par ailleurs cités en référence par la presse française.

L'ancien président, Didier Ratsiraka, a largement ouvert les vannes du pays aux capitaux français. Les investissements massifs assurent aux sociétés étatiques et privées françaises la mainmise sur les infrastructures malgaches.
Plus de deux-tiers des investissements étrangers à Madagascar sont français. Ces investissements contrôlent tout ou partie des Télécoms Malagasy (Orange, France Telecom et Groupe Bourbon), des mines avec les sociétés de JC Mitterrand ainsi que de l'industrie du transport, avec le groupe Bolloré, Total (pétrole), Colas (travaux publics), Veolia (eau) et Société Fraise.

Potentiellement, Madagascar est un pays très riche. L’île regorge de minerais (charbon, bauxite, fer, chromite) mais aussi de pierres précieuses ou semi-précieuses (rubis, saphir, émeraude, tourmaline, béryl). Elle produit du bois précieux et des fruits et légumes pouvant faire l’objet d’exportations à haute valeur ajoutée (café, vanille, poivre, girofle, bananes, litchis, légumes issus de cultures biologiques). Ses ressources halieutiques sont considérables, qu’il s’agisse de la pêche en haute mer ou de l’aquaculture. Son cheptel de zébus est appréciable. La CFDT étant devenue Dagris, le coton et le textile, toujours géré par les Français, sont proches de la compétivité internationale. Des activités de service, telles que les télécoms et le télétraitement, pourraient se développer. Notons que le tourisme n’est pour l’instant pratiquement pas mis en valeur.

Le club 48 d'aujourd'hui

Au pouvoir depuis 2003, le président Ravalomanana a axé son mandat sur la lutte contre la corruption et la réforme des secteurs-clés : le redressement des finances et le redressement fiscal, la régulation des exportations de pierres précieuses et de bois ainsi que le changement de lois d'adoption d’enfants, suite aux trafics d’humains qui ont causé scandales et suspicions autour de riches familles.

Ces réformes ont apparemment été très mal acceptées par les grandes familles. En effet, les journaux annonçaient déjà en 2004 le retour de multiples réunions du « club des 48 » préparant des complots contre le président actuel, Marc Ravalomanana.

Related Link: http://www.michelcollon.info/index.php?view=article&cat...id=11
This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
Rojava: Mensaje urgente de un compañero anarquista en Afrin

Front page

[Colombia] Perspectivas sobre la primera vuelta de las elecciones presidenciales de Colombia 2018

Call for Solidarity with our Russian Comrades!

8 reasons anarchists are voting Yes to Repeal the hated 8th

Comunicado de CGT sobre la Nakba, 70 años de dolores para el Pueblo Palestino

[ZAD] Les expulsions ont commencé, la zad appelle à se mobiliser

Assassinato Político, Terrorismo de Estado: Marielle Franco, Presente!

La Huelga General del 8 de Marzo, un hito histórico

A intervenção federal no Rio de Janeiro e o xadrez da classe dominante

Halklarla Savaşan Devletler Kaybedecek

Σχετικά με τον εμπρησμό

Ciao, Donato!

[Uruguay] Ante el homicidio de un militante sindical: Marcelo Silvera

[Argentina] Terrorista es el Estado: Comunicado ante el Informe Titulado "RAM"

[Catalunya] Continuisme o ruptura. Sobre les eleccions del 21D

Reconnaissance par Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël : de l'huile sur le feu qui brûle la Palestine

Noi comunisti anarchici/libertari nella lotta di classe, nell'Europa del capitale

Luttons contre le harcèlement et toutes les violences patriarcales !

The Old Man and the Coup

Hands off the anarchist movement ! Solidarity with the FAG and the anarchists in Brazil !

URGENTE! Contra A Criminalização, Rodear De Solidariedade Aos Que Lutam!

¡Santiago Maldonado Vive!

Catalunya como oportunidad (para el resto del estado)

La sangre de Llorente, Tumaco: masacre e infamia

Triem Lluitar, El 3 D’octubre Totes I Tots A La Vaga General

© 2005-2018 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]