user preferences

[Oaxaca] Nous n'abandonnerons pas, et nous ne permettrons pas qu'on assassine nos camarades

category amérique du nord / mexique | luttes dans la communauté | nouvelles author Sunday February 08, 2009 01:01author by APPO Report this post to the editors

Nous exigeons, l’arrêt de la répression à l’encontre de toutes celles et tous ceux qui, depuis la base, et à gauche, construisent des modes de vie, de communication et de cohabitation alternatifs, comme le font les peuples d’Oaxaca.

Respect de l’autodétermination des communautés indigènes et l’arrêt de leur militarisation

Pour la défense de nos cultures, de la terre et du territoire

Contre les entreprises multinationales et leurs projets mensongers, mortels et de destruction de la nature

Vive l’autonomie des peuples d’Oaxaca

62911_appo1.jpg

Oaxaca, (México, Monde), le 27 janvier 2009

Camarades,

Par ce texte, nous apportons notre soutien et exprimons notre solidarité envers notre camarade Ruben Valencia Núñez.

Les différences physiques et linguistiques qui caractérisent les peuples d’Oaxaca n’auront pas eu raison de notre soif commune de rébellion. Un véritable mouvement de résistance s’est ainsi développé et structuré sur l’ensemble du territoire. Tels des milliers de rochers au coeur d’un puissant courant de rivière, cette résistance a pris une nouvelle ampleur avec la création en 2006, de l’Assemblée populaire des peuples d’Oaxaca (APPO). Le mouvement a donc atteint son degré le plus élevé d’organisation et d’unité, en fédérant les différents peuples de la région, les syndicats, les collectifs mais aussi et surtout, les masses populaires qui en ville comme à la campagne ont développé un mode de vie qui dépasse le capitalisme. Malgré la répression, les escroqueries en tout genre, les comportements racistes auxquels nous devons faire face et des pratiques comme la cooptation, notre action, jusqu’alors niée, s’exprime au grand jour dans les villes et les communautés. Nous incarnons la résistance face aux atteintes que subissent notre territoire, nos ressources naturelles, notre culture, notre identité, notre liberté, notre justice et notre autodétermination. Nous contribuons par ce biais à construire et à défendre physiquement et symboliquement notre territoire. En même temps, nous développons des liens avec d’autres peuples qui, comme nous, luttent pour l’autogestion ou pour le contrôle des gouvernements par les peuples.

Nos actions ne visent pas à conforter l’élite dirigeante, par les partis politiques, les institutions qu’elle contrôle ou les profits qu’elle peut tirer de tout projet développementaliste, mais à ce que celles et ceux qui ont accepté ou subi des gouvernements ou du capitalisme, la pauvreté et l’accaparation des terres, la renverse. C’est pourquoi, nous sommes victimes d’une importante répression de la part des forces de l’ordre, tant au niveau municipal, fédéral que national. Ces actes désespérés de violence institutionnelle prennent parfois la forme d’agressions graves, affectant la vie et l’intégrité physique ou émotionnelle des camarades investis dans les collectifs, les organisations et les communautés. Si nous ne renonçons pas à notre rêve d’un Oaxaca meilleur, nous ne négocierons donc pas non plus avec l’Etat. Non pas parce que nous nions toute forme de pouvoir et d’économie capitaliste mais parce que nous souhaitons les attaquer l’un et l’autre sur leurs fondements. Nous souhaitons par ce biais, faire la démonstration pratique que l’Etat et l’économie capitaliste ne sont pas incontournables et qu’ils sont autant d’entraves à la vie digne et pacifique des peuples ; qui restent les principes de base de notre action. A l’inverse, nous pouvons affirmer que tout mouvement qui cherche à construire d’autres réalités, ne peut contenir de trahison ou d’oubli. Nous pouvons même souligner qu’à mesure que nous nions le système oppresseur nous tentons de construire de nouvelles réalités sociales et humaines, qui sont autant de préludes à la nouvelle société que nous souhaitons pour le tout un chacun. Une société où la politique est axée sur le bien communautaire et non sur l’individualisme issu du colonialisme capitaliste occidental et dans laquelle liberté personnelle et liberté collective s’équilibrent.

Mais c’est tout simplement parce que notre priorité est la construction d’une autonomie et d’une alternative sur les bases d’un « autre monde possible », que nous subissons des provocations et des agressions violentes de la part de différentes corporations policières nationales et fédérales. Ces derniers jours, nous avons appris que des menaces de mort ont été proférées à l’encontre du camarade Angélico Solano Jimenez qui comme Benito Juarez réside à San Miguel Chimalapa. La communauté à laquelle il appartient est connue dans tout le pays pour son acharnement dans la défense de sa terre, de son territoire, de sa forêt et de ses ressources naturelles. Il ne fait nul doute que ces menaces sont à mettre en lien avec les ambitions des exploitants sylvicoles ne parvenant pas à exploiter librement le bois de la région et avec celles des entreprises transnationales qui tentent de piller la zone avec la complicité des gouvernements d’Oaxaca, du Chiapas et du pays. De la même façon nous avions dénoncé les menaces formulées à l’encontre d’une radio communautaire de Juchitàn de Zaragoza (Isthme de Tehuantepéc), Radio Totopo, qui depuis plusieurs années contribue par la défense de la culture et l’accès à l’information à construire l’autonomie des peuples d’Oaxaca. Rappelons cependant, qu’en mai dernier, des jeunes camarades du mouvement social d’Oaxaca ont constitué une caravane, « le sentier du jaguar pour la régénération de la mémoire », et rejoint différent-e-s camarades en lutte sur l’Isthme de Tehuantepéc (dont ceux de la communauté de Benito Juarez, de la région de Chimalapas, de Radio Totopo, de l’Assemblée de défense de la Terre de Juchitan, du collectif « instituteurs populaires du 14 juin » et de la communauté San Blas Taempa où l’un d’entre eux avait été menacé). Durant cette campagne, des policiers fédéraux (qui ne se sont pas identifiés) et des civils armés ont organisé un barrage sur un tronçon inhabité de la route qui mène jusqu’au village de Benito Juarez et ont eu l’intention de menacer les peuples en lutte.

Il convient d’ajouter les récentes agressions commises à l’encontre des camarades membres de la Maison Autonome Solidaire d’Oaxaca du travail autogéré (COSATA) qui ont été calomniés et discrédités par l’ensemble des médias locaux. Télévisions et radios ont en effet justifié les agressions physiques émises à l’encontre de la Maison et de ses résidents. Le 8 décembre 2008 pourtant, policiers nationaux et municipaux ont tenté d’arrêter les camarades en lutte, en ont agressé quelques uns, lancé des gaz lacrymogènes et des pierres, et ont détruit les vitres des portes et des fenêtres principales. Avec l’accord et la complicité des fédéraux, ces mêmes policiers, ont, le 3 janvier dernier, arrêté 19 camarades qui ont manifesté contre le génocide du peuple palestinien à Gaza. Une part non négligeable d’entre eux, était également résident de la CASOTA ou membres des collectifs Vocal, Dignité Rebelle (dignidad rebelde) ou des Brigades indigènes 94 (brigadas indigenas 94).

S’ajoute à cette liste d’agressions, une initiative des plus lâches : la tentative d’homicide qui a eu lieu à l’encontre de notre camarade Ruben Valencia Nunez. Membre du collectif VOCAL et résidant de la CASOTA, il a également participé à la caravane « sentiers du jaguar pour la régénération de notre mémoire » et à diverses autres initiatives en faveur de l’autonomie. Dans la nuit du samedi au dimanche 10 janvier dernier, plusieurs personnes à bord d’une automobile ont donc commencé par l’insulter. Puis, l’un d’entre eux, avec une apparence de flic, l’a agressé verbalement en faisant référence à sa participation à l’APPO avant de se jeter sur lui avec une arme blanche et de lui provoquer plusieurs blessures à la nuque. Le caractère direct et rapide de l’agression lui donne un aspect relativement grave, d’autant que l’une des blessures a été localisée à un centimètre de la veine jugulaire, ce qui aurait pu lui être fatal. Cela nous amène à penser que cette agression a été perpétrée dans le seul but d’éliminer un militant du mouvement populaire et autonome d’Oaxaca. Depuis le Congrès constitutif de novembre 2006 par ailleurs, Ruben Valnecia Nunez est conseiller de l’APPO au sein de la région de l’Isthme de Tehuantepec. Il a également participé aux différents mouvements qui ont eu lieu dans la région à l’encontre des entreprises transnationales et en faveur de la défense du territoire et de la culture.

Nous avons cependant conscience qu’à Oaxaca comme dans tout le Mexique, d’autres agressions de formes et d’intensités diverses sont commises à l’encontre de militants. Les camarades du mouvement zapatiste EZLN au Chiapas, ceux de Radio Nomada (la parole de l’eau), les camarades de Atenco détenus à Mexico, les habitants de la colonie « les Fermes des collines de pouliot » (Chihuahua) et beaucoup d’autres peuples qui luttent depuis le lieu où ils vivent, sont ainsi dans une situation similaire à la notre. Nous savons également que progressent dans le monde entier, les luttes pour la défense des territoires, des ressources naturelles, de l’autonomie des peuples et de leur autodétermination. L’actuelle résistance du peuple palestinien face à la honteuse guerre de destruction que mène contre lui le gouvernement sioniste d’Israël avec le soutien des gouvernements étrangers (dont celui des Etats-Unis), en est un exemple.

Que nous soyons visibles ou non (en dépit de notre grand nombre), avec toutes celles et ceux qui nous ont rejoints dans la lutte pour l’autonomie des peuples d’Oaxaca, nous persisterons dans la voie de la résistance afin de nous libérer de l’exploitation et de l’oppression. Le silence sur notre action, la désinformation et la complicité des médias sur les agressions que nous subissons, n’auront pas raison des bases que nous avons bâties par les luttes. Nous rendons responsables le gouvernement central et le gouvernement fédéral de l’ensemble des agressions commises à l’encontre de chaque militant en lutte pour l’autodétermination au sein de sa communauté et pour l’autonomie en tout lieu des campagnes comme des villes. A tous nos camarades au Mexique et dans le monde, nous vous invitons à vous porter solidaires des éventuelles répressions dont nous pourrions être victimes à travers l’action que nous menons.

Nous exigeons, l’arrêt de la répression à l’encontre de toutes celles et tous ceux qui, depuis la base, et à gauche, construisent des modes de vie, de communication et de cohabitation alternatifs, comme le font les peuples d’Oaxaca.

Respect de l’autodétermination des communautés indigènes et l’arrêt de leur militarisation

Pour la défense de nos cultures, de la terre et du territoire

Contre les entreprises multinationales et leurs projets mensongers, mortels et de destruction de la nature

Vive l’autonomie des peuples d’Oaxaca

Les Membres de l’APPO dans la région de l’Isthme de Téhuantepec : Assemblée de défense de la terre et du territoire (Juchitan), Bibaani (Ixtepec), Conseil des Ancien-e-s de Ranchu Gubina (Union Hidalgo), Benito Juarez (Chimalapa), Municipalité populaire et autonome de San Blas Atempa, Conseil citoyen d’Hidalgo, Conseil Guie Tiqui (Ixtepec), Collectif magistral-popular du 14 juin (Juchitan), Gubina XXI, A.C. (Union Hidalgo), Radio Totopo (Juchitan), Radio Didxaza (San Blas Atempa), Conseil citoyen indigene de Zapoteca, Vocal.

This page has not been translated into Nederlands yet.

This page can be viewed in
English Italiano Deutsch
E

Front page

The experiment of West Kurdistan (Syrian Kurdistan) has proved that people can make changes

[Chile] EL FTEM promueve una serie de “jornadas de debate sindical”

Ukraine: Interview with a Donetsk anarchist

The present confrontation between the Zionist settler colonialist project in Palestine and the indigenous working people

Prisões e mais criminalização marcam o final da Copa do Mundo no Brasil

An Anarchist Response to a Trotskyist Attack: Review of “An Introduction to Marxism and Anarchism” by Alan Woods (2011)

هەڵوێستی سەربەخۆی جەماوەر لە نێوان داعش و &

Contra a Copa e a Repressão: Somente a Luta e Organização!

Nota Pública de soldariedade e denúncia

Üzüntümüz Öfkemizin Tohumudur

Uruguay, ante la represión y el abuso policial

To vote or not to vote: Should it be a question?

Mayday: Building A New Workers Movement

Anarchist and international solidarity against Russian State repression

Argentina: Atentado y Amenazas contra militantes sociales de la FOB en Rosario, Santa Fe

Réponses anarchistes à la crise écologique

50 оттенков коричневого

A verdadeira face da violência!

The Battle for Burgos

Face à l’antisémitisme, pour l’autodéfense

Reflexiones en torno a los libertarios en Chile y la participación electoral

Mandela, the ANC and the 1994 Breakthrough: Anarchist / syndicalist reflections

Melissa Sepúlveda "Uno de los desafíos más importantes es mostrarnos como una alternativa real"

On Sectarianism

Amérique du Nord / Mexique | Luttes dans la communauté | Nouvelles | fr

Tue 02 Sep, 17:18

browse text browse image

sante.jpg image[Québec] Action à Saguenay 11:01 Mon 08 Nov by Voix de faits 0 comments

Les camarades du Collectif Emma-Goldman (UCL-Saguenay) et du Syndicat des étudiants employés de l'Université du Québec à Chicoutimi ont organisé samedi le 6 novembre une action contre la tarification et la privatisation des soins de santé. [English]

textUn monarque élu au Saguenay 18:18 Tue 04 May by Cause commune 0 comments

Avec les dernières élections municipales, entachées par les révélations de scandales et de corruption ainsi que par les déclarations d'élus se tapant dans le dos de faire campagne sans véritable opposition, il y a sérieusement affaire à se questionner sur l'état de putréfaction de la « démocratie municipale » au Québec.

textÀ la charité capitaliste, opposons une solidarité internationaliste 09:23 Tue 09 Mar by Cause commune 0 comments

En dehors des grandes ONG, diverses initiatives en solidarité avec Haïti ont été lancées par des militants et des militantes libertaires afin d'amasser des fonds. Nos camarades de l'organisation Miami Autonomy and Solidarity, qui entretient des liens avec une organisation haïtienne du nom de Batay Ouvriye (Bataille Ouvrière), ont mis en place une caisse de solidarité et un système de récolte des dons vers Haïti. Du côté de l'UCL, nous avons répondu à cet appel international en amassant, via nos membres, sympathisants et sympathisantes, quelques centaines de dollars.

Affiche de l'UCL-Montréal image[Canada] Échangeur Turcot : La lutte s’intensifie. 00:10 Tue 08 Dec by Cause commune 0 comments

Les deux dernières semaines n’ont pas été de tout repos pour les politicien-nes du sud-ouest montréalais. Tout d’abord, les récentes élections municipales les ont forcé-es à se mouiller dans le dossier de la réfection de l’échangeur Turcot, qui en plus d’être une catastrophe sur le plan de l’urbanisme, de l’environnement et de la santé, provoquerait l’expropriation de plus de 400 locataires en bordure de l’échangeur actuel. Les candidat-es de ce mauvais feuilleton électoral – qui en ont déjà lourd sur les épaules (et les poches) avec les récentes allégations de corruption et de collusion avec la mafia et les firmes de la construction – n’ont eu d’autres choix que de promettre de s’opposer au projet du gouvernement (qui couterait plus d’un milliard et demi de dollars).

textÉchangeur Turcot: Des logements, pas du béton! 23:59 Wed 09 Sep by Cause commune 0 comments

En 2007, le gouvernement libéral, par le biais du Ministère des Transports du Québec (MTQ), imposait aux habitantes et habitants des quartiers Saint-Henri, Ville-Émard, Côte-Saint-Paul ainsi qu’à l’ensemble des quartiers du sud-ouest de Montréal, son énorme projet de réfection de l’échangeur Turcot. Un projet qui coûtera 1,5 milliard de dollars sur sept ans et aura un impact environnemental énorme en plus de provoquer l’expropriation d’environ 170 logements, soit près de 400 personnes. Ces locataires seront évidemment faiblement dédommagé-e-s (trois mois de loyer et les frais de déménagement) en plus d’être laissé-e-s à eux-mêmes dans un marché locatif en pénurie, alors que 86 % des familles dans Saint-Henri sont locataires. Pour couronner le tout, la principale raison des expropriations repose sur le fait que le projet du MTQ consiste à reconstruire à côté des structures actuelles et sans arrêter la circulation, un nouveau réseau routier, entrainant ainsi la destruction de ces logements. Un projet dont le manque de vision est largement dénoncé par divers urbanistes et architectes qui prônent plutôt une vision à long terme de développement urbain à l’exemple de villes telles que San Francisco. En fait, quoi de mieux qu’en période de crise que de créer des grands projets d’infrastructures aux frais de la population et au détriment de l’environnement afin de relancer la machine capitaliste?

textFredy Villanueva : Un an plus tard à Montréal-Nord 00:34 Wed 09 Sep by Cause commune 1 comments

Le 9 août dernier, à l’appel de la CRAP (Coalition contre la répression et les abus policiers), avait lieu une manifestation à la mémoire de Fredy Villanueva. Un an après sa mort, tout porte à croire que la société québécoise en entier met tout en œuvre afin de donner raison aux émeutiers et aux émeutières.

quebectowers.jpg image[Luttes urbaines] Le centre-ville de Québec dans la mire des promoteurs 04:35 Sat 05 Sep by Cause commune 0 comments

Depuis son arrivée au pouvoir, le maire de Québec, Régis Labeaume, n’a qu’une idée en tête : assurer coûte que coûte le développement économique de «sa» ville. Et tant pis pour le reste! Quand les résidants et les résidantes d’un secteur décident de se regrouper pour s’opposer à la destruction d’un boisé ou la tenue d’un événement touristique particulièrement dérangeant, Labeaume sort ses crocs. Avec lui, les promoteurs en tout genre ont trouvé un allié précieux, capable d’écraser l’opposition populaire quitte à s’allier aux radios poubelles pour s’assurer la victoire.

textLe droit à l’avortement de nouveau menacé 19:52 Tue 20 May by Cause commune 0 comments

La Fédération québécoise pour le planning des naissances a lancé une campagne pour défendre le droit à l’avortement au Canada. Le Parlement étudie présentement le projet de loi C-484 du député conservateur Ken Epp qui vise de façon détournée à interdire l’avortement. Concrètement, le projet de loi veut modifier le Code criminel et faire reconnaître comme une infraction le fait de blesser ou de causer la mort d’un enfant non encore né, donc du fœtus. Bien que les défenseurs de ce projet de loi déclarent vouloir mieux protéger les femmes enceintes contre la violence, le cœur de l’enjeu est la reconnaissance des droits du fœtus

textDroit au logement : Le FRAPRU propose le camp des 4 sans 23:45 Sat 19 Apr by Cause commune 0 comments

Environ 250 locataires ont défilé à Québec, le 11 mars, à l’appel du FRAPRU. Ultime pression avant le dépôt du budget provincial, la manif était également prétexte à annoncer le Camp des 4 sans qui aura lieu cet été, en plein 400e anniversaire de la Ville de Québec.

imageConstruire le potentiel anarchiste et révolutionnaire du mouvement Occupy Wall Street Oct 23 by First of May Anarchist Alliance 0 comments

Ceci est une déclaration conjointe de First of May Anarchist Alliance et The Utopian: A Journal of Anarchism and Libertarian Socialism. Nous devrions viser à convaincre le mouvement que le problème actuel aux États-Unis ne concerne pas seulement Wall Street, les entreprises ou le fait que le système économique est actuellement « manipulé » ou « truqué » par des individus égoïstes et rusés. Nous devons expliquer que la source de la crise c'est le système capitaliste lui-même, un système où la production n'a lieu que lorsqu'elle génère des profits qui sont ensuite en grande partie accaparés par la minuscule élite qui dirige le pays. Ainsi, nous devrions chercher à démontrer au mouvement que son objectif utlime devrait être la démocratisation radicale de toute notre société, ou, en d'autres mots, une révolution, par laquelle la vaste majorité de la population saisit des riches le contrôle de l'économie et du pays dans son ensemble pour ensuite disperser le plus largement possible le pouvoir et le contrôle direct sur tous les aspects de la vie sociale. Conséquemment, nous devrions proposer et appuyer les revendications radicales qui à la fois soutiennent cette perspective et unissent les secteurs de la population aussi largement que possible. [English] Articles reliés : Le politique évité : réflexions sur le mouvement « Occupons X » Des places publiques, jusqu’aux pâtés de maison, jusqu’aux lieux de travail : Propageons les occupations au milieu du tourbillon de la crise

textDes places publiques, jusqu’aux pâtés de maison, jusqu’aux lieux de travail: Oct 13 by Miami Autonomy & Solidarity 0 comments

Un mouvement est né. À travers les États-Unis et le monde, les occupations se sont propagées. Nous sommes témoins de la beauté et de la lutte d’un nouveau protagoniste joignant le combat contre l’oppression et l’exploitation.

La crise nourrit le conflit : le pillage des communautés galvanise les gens de la Grèce au Chili, du Bangladesh à la Chine, des États-Unis à l’Espagne. Une vague massive d’appauvrissement, de perte d’emploi, d’austérité et de vol des ressources a été déchaînée par le Capital, les gouvernements et les riches. Nous faisons face à la perte de nos emplois, de nos domiciles et d’une façon de vivre, avec aucune avenue pour contester ces problèmes à l’intérieur des institutions du pouvoir. Les portes sont fermées. Les futurs sont volés.

Les nouveaux et nouvelles appauvri-e-s, les étudiant-e-s dont les espoirs ont été anéantis par une vie de dette et de chômage, les vétérans retournant d’une guerre infernale pour être rejetés, les travailleurs et travailleuses faisant face à une augmentation de la cadence de travail et aux coupures partout, les familles déplacées et attaquées par la réaction anti-immigrante, les malades sans accès aux soins, les gens forcés hors de leur domicile : nous sommes les indigné-e-s. Alors que les restructurations économiques créent de nouvelles opportunités de piler la richesse par-dessus plus de richesse et d’entasser la pauvreté par-dessus la pauvreté, de nouveaux et nouvelles protagonistes sortent dans les rues. La classe ouvrière se recompose : les puissant-e-s forcent des changements dans nos vies, et nous répondons avec de nouvelles luttes, de nouvelles revendications et de nouveaux rapports sociaux – un nouveau combat social. [English]

imageSi les élections pouvaient changer la ville... Elles seraient interdites! Sep 15 by Cause commune 0 comments

Cet automne, les villes québécoises seront en campagne électorale. Avec quelques 8000 postes à combler, on imagine déjà des débats enlevants et relevés, à l’image de notre vigoureuse démocratie municipale... En fait, pas vraiment. Si les élections réussissent à attirer l’attention de la majorité, ça va être une grande surprise.

textD’une crise à l’autre... Feb 28 by Cause commune 0 comments

Cette année encore, le FRAPRU récidive et publie son Dossier Noir «Logement et pauvreté au Québec». Cette brochure, qui tente de montrer le vrai visage de la «belle province», révèle des chiffres préoccupants à défaut d’être surprenants. On apprend entre autres que les locataires ont, en moyenne, un revenu 16,6% plus bas quʼen 1981(toutes proportions gardées). Pendant ce temps, le loyer a augmenté bien au-delà du coût de la vie. Le coût des logements est tellement élevé que cela se manifeste par une augmentation importante du nombre de recours pour non-paiement introduits par les proprios à la Régie du logement : 14,4% depuis 2001. De 1995 à 2004, le nombre dʼévictions à Montréal a même augmenté de 120%!

textLe Camp des «4 sans»: Se mobiliser pour le droit au logement Jun 26 by Cause commune 0 comments

Du 26 au 28 juin, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) organise à Québec le Camp des «4 sans». L’action vise à permettre aux «sans toit», aux «sans l’sou», aux «sans droits» et aux «sans voix» de prendre le haut du pavé en occupant pendant quelques jours un lieu au cœur des festivités marquant le 400e anniversaire de la Ville de Québec. Pour le FRAPRU, l’objectif est «de frapper l’imaginaire par une mobilisation exemplaire dans le but de faire avancer la cause des locataires».

more >>

imageL’UCL se joint à la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics Jun 08 Union communiste libertaire (UCL) 0 comments

Le 1er mai 2010, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics a lancé un appel à la constitution d’un large front social, déterminé à poser des actions qui ébranleront le gouvernement. Cet appel se situe dans la continuité de la lutte contre le budget antisocial adopté par le gouvernement du Québec le 30 mars dernier.

L’Union communiste libertaire (UCL) a décidé de répondre à cet appel et de rejoindre la Coalition à titre de membre sympathisant. L’UCL ajoute ainsi sa voix à celle des mouvements sociaux en résistance pour faire reculer le gouvernement et exiger le retrait des mesures anti-sociales du dernier budget libéral.

© 2005-2014 Anarkismo.net. Unless otherwise stated by the author, all content is free for non-commercial reuse, reprint, and rebroadcast, on the net and elsewhere. Opinions are those of the contributors and are not necessarily endorsed by Anarkismo.net. [ Disclaimer | Privacy ]